Carte scolaire : deux classes sauvées

jeu 30/04/2015 - 17:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Ces dernières semaines ont été particulièrement animées par les parents d'élèves mécontents de la carte scolaire qui entrera en vigueur à la rentrée prochaine. Actions choc pour les uns comme à Blavozy ou en douceur pour les autres comme à Brives-Charensac. Mardi 28 avril, la commission technique avait déçu puisque presque rien n'avait changé. Les seuls changements qui y ont été envisagés étaient des ouvertures de demi-postes pour les écoles de Saint-Martin-de-Frugères, Siaugues-Sainte-Marie, Yssingeaux et Villeneuve-d'Allier.

Ce jeudi 30 avril, le Conseil départemental de l'Education nationale s'est tenu en préfecture du Puy-en-Velay. À l'ouverture déjà, plusieurs dizaines de parents brandissaient des banderoles devant les grilles de l'institution. 

Ne pas fermer deux classes dans une même commune
À l'issue de la réunion, les syndicats sortent satisfaits mais sans plus. L'école de Corsac, à Brives-Charensac et de Beaux/Saint-Julien-du-Pinet échape à la fermeture. " Ils ne voulaient pas fermer deux classes dans la même commune de Brives ", explique Jean-Pierre Chambon de l'UNSA éducation.
L'établissement du Brignon se trouve, lui, dans une situation particulière. Menacée de fermeture, une classe pourrait être maintenue à la rentrée, qaund le nombre d'élèves sera définitif.

Les risques de fermetures peuvent ressurgir à la rentrée
Pour pallier ces démarches, l'Inspection Académique se voit obligée de supprimer 2,5 postes de titulaires-remplaçants sur le département. " Ils sont une centaine pour un millier d'enseignants. Ça risque de poser problème s'il n'y en a pas suffisamment pour remplacer les professeurs absents ", dénonce le représentant syndical. Il ne reste que 0,67 équivalent temps plein disponible. " On ne pourra rien en faire, explique Jean-Pierre Chambon, si Saint-Martin-de-Frugères et Siaugues Sainte-Marie ont besoin d'ouvrir une classe à la rentrée, il faudra en fermer ailleurs. "

" C'est une injustice "
L'Inspection d'Académie doit, quoiqu'il en soit, trancher avec les moyens qui lui sont attribués. En l'occurrence, la fermeture de 15 classes sur l'ensemble du département semble inévitable. Au total, le département perd cinq postes. Jean-Pierre Chambon dénonce : " Ce n'est pas évident de mobiliser les professeurs et les parents pour aller râler à Clermont. On va faire tout ce que nous pouvons mais je ne pense pas que le recteur accorde plus de postes. C'est une injustice par rapport à d'autres départements auvergnats. "

E.J. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire