Carte scolaire 2014 : plus d'élèves, moins d'enseignants

mar 04/02/2014 - 09:12 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

« C'est une nouvelle dégradation des conditions d'enseignement qui se profile », le syndicat SNUipp FSU 43 s'insurge suite à l'annonce de la – possible – future carte scolaire. Selon le document provisoire, le département devrait gagner 69 élèves et perdre 5 postes d'enseignants, « si tout reste en l'état, la Haute-Loire aurait perdu depuis 2008, 47 postes pour seulement 76 élèves de moins », s'insurge le syndicat.

« Le département fait partie des plus mal dotés »
Alors que du côté de l'inspection académique on demande au département « de participer à l'effort national », en argumentant que la Haute-Loire est sur-dotée par rapport aux autres, on réfute âprement du côté de SNUipp FSU 43 : « le territoire fait partie des quatre seuls départements de France qui voient leur dotation baisser malgré l’accueil de plus d’élèves », en insistant sur le fait, « la Haute-Loire est le 91ème département de France en terme de part de moyens consacrés à la formation des personnels ».

Des classes surchargées et des RASED en difficultés
En outre, « les RASED (Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) sont décimés », argumente SNUipp FSU 43, en rappelant au passage le cas de l'école de Siauges-Sainte-Marie et du non remplacement d'un enseignant qui avait débouché sur la fermeture partielle de l'établissement. En Haute-Loire, les seuils d'ouvertures font partie des plus élevés du pays (ndlr, avec une moyenne à 28 élèves par classe à partir de trois classes qui mettent certaines écoles en grande difficulté).

Quelles revendications ?
Côté syndicat, on réclame une dotation académique à la hauteur des besoins des écoles, « nous exigeons un nombre de postes suffisant pour absorber la hausse démographique ainsi que le début de la mise en place du « plus de maîtres que de classes » sur des dotations ministérielles spécifiques », SNUipp FSU 43 réclame également, « des moyens de remplacement à la hauteur des besoins, et la reconstitution de brigades FC permettant une formation continue digne de ce nom ».

Concernant une possible mobilisation, le syndicat expliquait au début du mois de février, « la décision de report des opérations de carte scolaire après les élections rend la mobilisation difficile, mais nous travaillons à la mise en place d’une réaction la plus large possible ».

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire