Canicule : comment éviter l'insolation sur les chantiers ?

mar 25/06/2019 - 18:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

Quand on travaille sur un chantier, on a souvent peu d'alternative pour échapper à la chaleur. On peut chercher de l'ombre s'il y en a, mais souvent, mieux vaut se couvrir la tête. "On a pas bien le choix", répond dans un large sourire Nicolas Deliance, chef d'équipe à ODTP43, "on fait comme on peut, on essaie de bien s'hydrater et se couvrir la tête"
L'autre solution, c'est d'attaquer les chantiers "à la fraîche", au lever du soleil mais dans le cas que nous avons rencontré, à quelques encablures du centre ville du Puy et à proximité de zones résidentielles, c'est tout bonnement inenvisageable.

----Moins de rendement sous un soleil caniculaire
"C'est sûr que ça y change un peu", commente le chef d'équipe, "le rendement n'est pas le même avec une journée où il ne fait que 20°C par exemple".-----L'an dernier, "en plein cagnard", il a perdu connaissance
"Malheureusement, contre le chaud, il n'y a pas grand chose à faire". Le constat est sans appel pour Nicolas Deliance qui préfère le froid que le chaud. "En hiver, on peut un peu bouger pour se réchauffer alors que le chaud, on ne s'y habitue pas trop", témoigne-t-il.
L'an dernier, il attrapé une insolation sur un chantier du côté de Sainte-Sigolène. "On était en plein cagnard", raconte-t-il, "ça commence par un gros mal de tête et après on tombe. Les copains m'ont relevé, j'avais perdu connaissance". Ensuite il a eu un arrêt de travail, passage "obligatoire" car "la semaine qui suit, on a un gros mal de tronche". Depuis, il dit faire bien attention et essayer de boire davantage.


Ce mardi après-midi, ce thermomètre du centre-ville du Puy a grimpé jusqu'à 39°C au soleil. À l'ombre, Météo France a relevé un maximum de 31°C. Photo DR Maxime Pitavy / Zoomdici.fr

Sur le pont de 7h à midi puis de 13h à 16h
Chaussures de sécurité et pantalon qui descendent jusqu'aux chevilles, pas question de venir en short et en nu-pieds dans ces métiers, ce qui rajoute à cette sensation de chaleur, sans parler du faible confort avec ces équipements lors de températures élevées.
Les cinq ouvriers refont le revêtement des marches qui mènent à l'église Saint-Laurent, avec notamment la pose de pavés et de bandes en tuf scié. Chacun a sa bouteille d'eau et "on n'arrose pas que les pierres, nous aussi, de temps en temps, on se chambre et on s'envoie un peu d'eau, ça fait du bien", commente l'un d'eux.
Même la pause de midi n'est pas spécialement allongée, alors que c'est pourtant le moment le plus chaud de la journée. "Pas mieux", nous répond le chef d'équipe à ODTP43, "on essaie de faire de petites pauses dans la journée mais sinon, on travaille de 7h à midi puis de 13h à 16h". 

 

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire