Cambriolages : en Haute-Loire, un agriculteur averti en vaut deux

mar 02/12/2014 - 13:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Une convention a été signée vendredi dernier entre la Chambre d'agriculture, la préfecture et le groupement départemental de gendarmerie pour lutter contre les cambriolages dans les exploitations.
Face à l'évolution du nombre de cambriolages au sein des exploitations agricoles, la Chambre d'agriculture a décidé de prendre le taureau par les cornes et en collaboration avec la préfecture et le groupement départemental de gendarmerie, un nouveau dispositif vient d'être mis en place.
"On va jumeler nos forces face à ce fléau", a déclaré Laurent Duplomb, Président de la Chambre d'agriculture lors de la session vendredi, "et on espère bien faire baisser le nombre de vols dans les fermes".

  • Le Président de la Chambre d'agriculture certifie qu'il y a une recrudescence des vols dans les exploitations agricoles, même s'il n'a pas de chiffre à fournir pour étayer son propos. Il reconnaît également que notre département demeure préservé de vols de gros métériel mais développe le type de larcins dont sont victimes les agriculteurs de Haute-Loire. Ecouter. {{audio1}}

Les agriculteurs de Haute-Loire trop "open-bar"
Ce dispositif est composé de deux volets et consiste à renforcer la protection des exploitations dans un premier temps, puis à alerter les agriculteurs par SMS en cas de vol signalé sur des exploitations similaires ou alentours.
Pour ce premier volet, Laurent Duplomb concède : "on est dans un département tranquille et on n'a pas forcément le réflexe de se protéger. Moi-même, je laisse presque toujours ma porte ouverte ou encore les clefs sur ma voiture. Nous sommes trop open-bar, on doit en prendre conscience et mieux se protéger".
Pour renforcer les liens avec la population, qui se sont distendus ces dernières années, la gendarmerie ira à la rencontre des agriculteurs et pourra également dispenser des conseils d'aménagement dans les exploitations pour mieux se protéger.

----Cette convention a également été signée par les présidents des syndicats de la FDSEA et des JA. Les autres syndicats devraient également être sollicités pour ratifier la convention et bénéficier du service.-----"Ce système d'alerte a déjà fait ses preuves"
Pour le second volet, "on a constaté que ces vols se font par vague", observe le lieutenant-colonel Jérôme Patoux, commandant du groupement de gendarmerie. Les agriculteurs seront ainsi informés en temps réel en cas de vols sur leur secteur et pourront redoubler de vigilance. Des rondes de gendarmerie sont aussi envisagées et "les agriculteurs, bien qu'excédés, ne doivent pas se faire justice eux-mêmes".
Ce dispositif est d'ailleurs une déclinaison du plan de lutte contre les cambriolages qui vise à "favoriser la circulation de l'information", a souligné le préfet de Haute-Loire Denis Labbé avant d'enfoncer le clou : "ce système d'alerte a déjà fait ses preuves hors du département et pour d'autres corps de métiers en Haute-Loire". En effet, en décembre 2013, une convention similaire avait été signée dans le département pour protéger les commerçants (lire).

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire