Brives : la digue inaugurée, le seuil d'Audinet bientôt réparé

lun 28/01/2019 - 18:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Par cette inauguration officielle de la digue en présence du préfet de la Haute-Loire, le maire de Brives, Gilles Delabre, a voulu rendre à César ce qui appartient à César. Il s'agit-là d'un engagement financier porté par l'Etat pour la rénovation de la digue à Brives-Charensac dont il est le gestionnaire jusqu'alors. Coût de l'opération : 190 000€. Si cette digue a résisté à plusieurs crues et notamment à celle de 1980, son état s'était au fil des années détérioré, la végétation y poussait en masse. Suite aux travaux menés depuis 2017, l'ouvrage qui fait office de barrière de sécurité en cas d'inondations, a été dévêtu de tous végétataux avant de subir une opération de gunitage, un procédé de revêtement, par projection de mortier fluide au moyen d'air comprimé. Une technique qui permet d'obtenir des joints beaucoup plus denses et plus solides. 

>> A lire : Brives : la digue consolidée pour la sécurité de plus de 3 000 riverains

C'est donc un outil tout neuf que l'Etat transférera à l'Agglo du Puy qui sera en charge de sa gestion en 2024, dans le cadre de la loi MAPTAM (Modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles). "Pour autant, la communauté d'agglomération a déjà la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations, Ndlr) depuis le 1er janvier 2018. Une convention de gestion sera mise en place dans le courant de ce premier semestre pour le suivi de cet ouvrage d'aujourd'hui jusqu'à 2024", précise François Gorieu, directeur de la Direction départementale des territoires de la Haute-Loire. 
Réparation du seuil d'Audinet : un financement "qui dépasse le million d'euros"

(Le seuil d'Audinet de Brives-Charensac, inactif depuis plus de dix ans. Photo DR/S.Ma)

Lors de la terrible crue de 2008, les trois seuils qui enjambent la Loire à Brives-Charensac avaient essuyé de lourds dégâts. Une enveloppe de 500 000 € apportée en 2011 par le ministère de l'Ecologie avait permis de procéder aux réparations des seuils de la Chartreuse et de la Minoterie. Quant au troisième, le seuil d'Audinet, la municipalité de Brives alors menée par Jean-Claude Ferret, s'inquiétait de son avenir. La faute à un désengagement de l'Etat expliqué alors  les élus locaux. Mais depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Au mois d'octobre 2018, le préfet a informé les élus de la commune et de l'Agglo de l'engagement de l'Etat pour la réparation de ce dernier seuil. Une décision qui s'inscrit dans le cadre d'un transfert de la gestion des seuils de l'Etat vers l'Agglo qui prendra à sa charge le fonctionnement. Réfection des conduites hydrauliques et électriques de commande du seuil, remise en état de fonctionnement et protection de l'ouvrage, telles sont les grandes lignes du chantier qui nécessitera une intervention financière plus importante que prévue comme l'explique le préfet, Yves Rousset. "L'étude réalisée, c'est "ceinture et bretelles", risque maximum et coût maximum. Après, il est possible que les sommes en jeu soient moins importantes parce que les travaux seront moins importants.

  
La réparation de ce seuil d'Audinet attendue depuis plus de dix ans permettra également de réalimenter un canal historique aujourd'hui presque asséché. "Cet ouvrage assure la continuité écologique entre l'amont et l'aval quand les seuils sont en service. Ce canal qui est équipé d'une passe à poissons et d'une passe à kayak, doit être remis en service et pour cela doit être curé car il y a un certain nombre de sédiments qui se sont accumulés", explique François Gorieu, directeur de la Direction départementale des territoires de la Haute-Loire.

La création d'une micro-centrale hydroélectrique devrait être la prochaine étape de ce vaste chantier engagé le long de la Loire. Un projet porté par l'Agglo qui permettra de financier le coût d'exploitation et l'entretien des seuils.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire