Tous

Brioude

Brioude va voir de nouveaux services proposés dans son centre hospitalier

mar 07/07/2015 - 19:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

Une communauté hospitalière de territoire (CHT) est une innovation de la loi Hôpital, Patients, Sante, Territoires (HPST) du 21 juillet 2009. Sous forme de convention, elle regroupe des établissements publics de santé. Elle doit faciliter l’optimisation des ressources à disposition des établissements et la complémentarité entre les acteurs de terrain.
Les cinq établissements de la Haute-Loire (Le Puy-en-Velay, Craponne-sur-Arzon, Brioude, Yssingeaux, Langeac) et celui de Langogne se sont réunis depuis juin 2013 pour créer le Groupement des hôpitaux publics de Haute-Loire (GHPHL).
Dans le projet hospitalier de territoire 2013-2017, les établissements de santé du département se sont fixés comme objectif de renforcer l’égalité d’accès aux soins sur l’ensemble du département et de fluidifier le parcours patients. La mise en place de l'hospitalisation à domicile et de la chirurgie ambulatoire de proximité sont deux moyens pour réaliser ces objectifs.
Cette coopération avait été abordée par Olivier Servaire-Lorenzet, le directeur du centre hospitalier du Puy, dans l'émission Le Scan fin mai, tout comme le serpent de mer du scanner de Brioude.

----Les services d'hospitalisation à domicile répondent aux mêmes obligations de qualité et de sécurité que les soins classiques et assurent la continuité des soins 24H/24 et 7j/7. L'admission dans un établissement d'HAD est obligatoirement soumise à prescription médicale et doit recueillir l'accord explicite du patient ou/et de sa famille et de son médecin traitant.-----Qu'est-ce que l'hospitalisation à domicile ?
Les patients pris en charge en hospitalisation à domicile (HAD)sont le plus souvent adressés par un médecin hospitalier, leur retour à domicile faisant suite à une hospitalisation dans un hôpital ou une clinique après un problème de santé sérieux. Une hospitalisation à domicile peut aussi être demandée par le médecin traitant d'un patient dont l'état de santé s'aggrave, qui à ce titre justifierait d'une hospitalisation ou ré hospitalisation, mais dont le souhait est de rester à son domicile.
Les soins se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile, par la technicité, la fréquence et la durée des actes. Ils peuvent être ponctuels et d'une durée limitée ou continus, associant divers types de soins se prolongeant parfois plusieurs mois. Ce peut être aussi des soins de réadaptation après la phase aigue de certaines maladies, prescrits pour une durée déterminée. Ce sont des soins palliatifs, des soins de nursing lourds, de la nutrition entérale, des pansements complexes, une nutrition parentérale, des traitements anti-infectieux et autres traitements par voie veineuse, une rééducation neurologique, une assistance respiratoire, une chimiothérapie...

Comment ça fonctionne ?
Le CHER dispose de l’autorisation administrative ARS (agence régionale de santé) pour exercer l’hospitalisation à domicile sur le territoire de la Haute-Loire. L’antenne de Brioude est installée dans des locaux identifiés du Centre Hospitalier. Véronique Sejalon, infirmière à 100%, et Kévin Chaninbaud, logisticien à 50%, sont affectés, pour cette activité, sur place. Toutes les demandes médicales d’hospitalisation à domicile sont réceptionnées au niveau du secrétariat du Puy. L’accord du médecin traitant est alors requis car celui-ci reste le médecin référent et prescripteur pendant le séjour en hospitalisation à domicile.
Après validation de la demande par le médecin coordonnateur, le dossier est transmis à l’IDE coordinatrice de Brioude qui organise la prise en charge (préparation et fourniture de l’ensemble des produits hôteliers, biomédicaux, pharmaceutiques) et planifie, en collaboration avec les professionnels libéraux de proximité, leurs différentes interventions auprès du patient. L’IDE coordinatrice assure au minimum une visite hebdomadaire de suivi chez le patient pour évaluer l’adéquation de la prise en charge au projet de soins initial et réacheminer le matériel nécessaire. L’équipe de coordination est joignable 24H/24, 365 jours/an.

Un acte chirurgical majeur proposé à Brioude
La chirurgie de la cataracte est désormais proposée au centre hospitalier de Brioude. Elle représente un geste chirurgical majeur, car elle consiste à inciser l’œil et à en extraire l’un de ses éléments internes, le cristallin. Il s’agit de microchirurgie par une incision de 2,2 mm. Une immobilisation minimale de quelques heures est nécessaire mais il s'agit bien de chirurgie ambulatoire, avec une entrée le matin et une sortie l’après-midi. L'anesthésie peut être locale ou générale.
Dans la grande majorité des cas (95 %), l’œil opéré de cataracte est indolore. La vision s’améliore très rapidement et une correction adaptée par lunettes peut être prescrite au bout de quelques semaines. L’activité professionnelle, l’utilisation de machine ou d’instruments dangereux, la conduite automobile sont déconseillés pendant une période limitée qui sera définie par l'ophtalmologiste.

----En pratique :
* Intervention du Docteur Granier : un mercredi par mois
* Intervention du Docteur Nguyen : un vendredi par mois.
* Equipe pluridisciplinaire composée avec des personnels du CH de Brioude :
- Une infirmière et une secrétaire pour les consultations chirurgicales,
- Une infirmière coordinatrice qui gère l’ambulatoire,
- Une équipe paramédicale formée pour les interventions au bloc.-----Une chirurgie de proximité qui a un coût : 325 000 euros pour Emile Roux
Les patients nécessitant une chirurgie de la cataracte sont adressés par les médecins ophtalmologues libéraux de secteur aux praticiens du Centre Hospitalier Emile Roux, intervenant sur le Centre Hospitalier de Brioude. Dans ce schéma de fonctionnement, les patients doivent effectivement disposer d’un médecin référent car le suivi post opératoire sera réalisé par les praticiens de ville. Cette dynamique permet d’offrir à la population une chirurgie de proximité évitant ainsi les transports médicalisés de patients. Les consultations réalisées seront chirurgicales et non médicales.
Cette démarche a nécessité, pour le centre hospitalier Emile Roux, les investissements suivants : un microscope opératoire, un phacoémulsificateur et des boîtes de micro-chirurgie pour les interventions au bloc, à hauteur de 225 000 euros. Un poste de consultation et du petit matériel pour les consultations, à hauteur de 100 000 euros. Total de l’investissement : 325 000 euros.

Les avantages de cette avancée
Pour conclure, le centre hospitalier résume tous les avantages de cette avancée : "ce type d’organisation améliore l’accès aux professionnels de santé, tout en tenant compte des problèmes de démographie médicale, de population fragile, etc. Pour le patient et sa famille, les intérêts sont nombreux : une offre de soins de proximité, des délais de rendez-vous raccourcis, une diminution des déplacements, des échanges facilités entre le praticien et le médecin traitant, une sensibilisation du médecin libéral, une offre de soins hospitalière à domicile".

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire