Tous

Brioude

Brioude : la Biennale veut faire encore mieux

lun 27/07/2015 - 18:07 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

La 7e Biennale d'Aquarelle de Brioude s'est achevée ce samedi 25 juillet. L'heure est au bilan pour les organisateurs et il est, une fois de plus, très positif.

Des artistes très satisfaits. Ce qu'ils apprécient, c'est la beauté architecturale de la ville, l'affluence des visiteurs et, d'un point de vue plus professionnel, le fait de pouvoir exposer un grand nombre de toiles leur permettant de montrer un bel ensemble de leur travail, ainsi que l'organisation et les moyens mis à leur disposition par toute l'équipe de la Biennale. Les tableaux mis à la vente ont d'ailleurs séduit nombre de visiteurs puisque quelque 370 œuvres originales ont été vendues.
 

8 000 visiteurs et une nouvelle façon de communiquer 

L'association Festival d'Aquarelle, organisatrice de la manifestation, a misé sur des valeurs sûres comme les stages et démonstrations ou encore la programmation "festival ". La fréquentation des stages est encore en hausse. Le nombre de visiteurs est stable avec environ 8 000 visiteurs. Une évolution du public a cependant été remarquée : les festivaliers augmentent leur temps de résidence sur Brioude. L'édition 2015 a vu un nombre important de visiteurs venant pour la première fois à la Biennale et les 30-40 ans étaient mieux représentés.
" Nous avons beaucoup affermi notre communication à travers les réseaux sociaux, ce qui a certainement contribué à rajeunir notre public, mais ce n'est pas suffisant. Pour développer et pérenniser cette manifestation, rester leader dans la proposition, il est important de façonner le projet artistique en travaillant entre autres avec les artistes qui y jouent un rôle essentiel par leur regard, le partage de leurs expériences et leur parrainage, mais aussi en fortifiant le "Off" afin d'offrir des ouvertures aux visiteurs ", expose Sylvia Crozemarie, présidente du festival.

 

Autre axe de pérennisation : le financement
" Il faut absolument en trouver de nouveaux, que ce soit par le biais de sponsors, de subventions ou du soutien des adhérents. Nous pouvons compter sur les recettes dues aux ventes mais même si de nombreux étrangers fréquentent notre festival, notre public est impacté par la crise économique. Cependant, nous avons besoin d'argent pour continuer de professionnaliser les animations et l'accueil ", poursuit Sylvia Crozemarie. Les organisateurs attendent beaucoup du Département et de la Région pour que le festival soit reconnu comme un vrai festival : " Un label nous donnerait un positionnement et une visibilité plus importants ainsi qu’un meilleur référencement dans les guides. "
 
Besoin de bénévoles 
Deux autres axes sont à travailler. Premièrement : les lieux. D'une édition à l'autre, les organisateurs sont dans l'interrogation des lieux dont ils pourront disposer. Puis le bénévolat, car parmi les points forts de la Biennale, on compte l'accueil et le service aux artistes et pour maintenir cette qualité. " Il nous faut du monde ! " conclut la présidente de Festival d'Aquarelle.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire