Brésil : nos Ponots jonglent entre football, tourisme et sable fin

jeu 10/07/2014 - 15:31 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:23

Déjà avant leur départ, nous vous présentions un petit groupe de cinq Ponots qui prenaient la direction du Brésil pour vivre le mondial de football (lire). Arrivés à bon port, ils ne semblent pas déçu du voyage, comme ils nous l'avaient déjà confié lors des premiers jours (lire).
Avec encore un peu plus de recul, les Ponots reviennent sur leur séjour, où les matchs de folie se mêlent aux visites touristiques, entre deux mojitos sirotés sur le sable fin brésilien... Mais le rêve prend fin ce vendredi, avec le retour au bercail.

Coatis, chutes de 90 mètres et concert de Michel Telo
Dans la foulée de notre dernier article (lire), les cinq jeunes Ponots ont pris la direction du Sud du Brésil pour une visite touristique avec le Parque Das Aves et les chutes d'Iguazù, situées au milieu de la forêt équatoriale, à la frontière entre le Brésil et l'Argentine. Sur place, ils ont pu admirer la faune locale, entre perroquets et coatis (galerie photos).
Le site est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, avec ses 275 cascades formant un front de 3 kms environ, dont la plus haute atteint près de 90 mètres de hauteur. L'ensemble des cascades déverse jusqu'à six millions de litres d'eau par seconde ! Enfin le soir même, les Ponots ont eu la chance d'assister à un concert de Michel Telo.

Tribune tremblante pour l'Argentine, au Maracana pour les Bleus et dans les loges pour la Hollande
Côté tribunes maintenant, Damien Terle et ses amis ont d'abord assisté au huitième de finale opposant l'Argentine à la Suisse à Sao Paulo (1-0 après prolongations) : "les supporters argentins ont mis le feu et la tribune s'est mise à trembler lorsque Di Maria a marqué... Il a délivré tout un peuple et on a senti la tribune bouger, trembler... C'est ce qu'ils appelent le gourbit", commente-t-il.
Souvenir un peu plus amer mais tout de même inoubliable : le quart de finale français face aux Allemands, au Maracana. "On était vraiment dégoûtés", nous explique-t-il, "mais c'était quand même un grand moment dans un stade superbe". Enfin, nos Ponots ont eu la chance d'assister au quart de finale à Salvador opposant les Pays-Bas au Costa Rica... depuis les loges ! Ils ont donc pu manger et boire gratuitement, "surtout qu'ils ne contrôlent pas grand chose" s'amuse-t-il avant d'ajouter en riant : "on changeait souvent de places dans le match".

Malgré la défaite face à l'Allemagne, un peuple toujours aussi joyeux et accueillant
Contacté au lendemain de la cinglante défaite brésilienne face à l'Allemagne (7-1), Damien Terle nous explique qu'ils ont assisté à la déroute du Brésil "sur une île paradisiaque" appelée 'Morro de Sao Paulo'... avant de développer : "on pensait qu'il y allait avoir beaucoup de tensions mais finalement on a quand même fait une petite fête, les brésiliens pensaient déjà à la défaite avant le match .. C'est un peuple tellement joyeux et toujours aussi accueillant".
Alors que le groupe altiligérien doit rentrer au pays vendredi, ("on a pas bien envie", observent-ils assez logiquement), déjà, ils regardent dans le rétroviseur et constatent qu'ils ont assisté à un moment historique : "ce qui est certain, c'est que le Brésil a déjà marqué l'histoire du football avec cette large défaite... Si l'Argentine, ennemi intime, gagne à Rio, ça restera gravé dans l'histoire du foot à jamais", conclut Damien Terle.
En attendant, avant de reprendre l'avion, les jeunes Ponots profitent une dernière fois du sable fin des plages brésiliennes, des conditions de baignade "excellentes" et des caïpirinhas et mojitos sirotés à l'ombre des cocotiers.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire