Bonnefont : un chemin à la base d'un conflit entre associations

mer 01/04/2015 - 15:10 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Suite à l’accusation de SOS Loire Vivante envers les participants à la randonnée motorisée organisée par l’association Non à la réserve de la Haute Vallée de la Loire (NON RNR), leur reprochant d’avoir « saccagé » le chemin d’accès à Bonnefont, le président de l’association en question, Grégory Bonnaud, a été faire son propre état des lieux.

Accrochages entre associations
Lors de la participation à la journée nationale " J'aime la Loire...propre " organisée par l'association NON RNR, cette dernière avait pointé du doigt l'absence de SOS Loire Vivante. Remarque qui avait été plutôt mal reçue par le président de l'association incriminée, Robberto Eppelé. Ce dernier avait alors écorché à son tour NON RNR pour une réunion de 200 motos à Bonnefont (périmètre du projet de réserve naturelle régionale de la Haute Vallée de la Loire). Il avait alors annoncé la remise en l'état du chemin emprunté le 1er mai avec la présence de spécialistes pour guider la pose de sables et de pierres. Le président de NON RNR tient à préciser qu'il y avait 120 motos et non 200.

" De la mauvaise foi ou de la diffamation "
Ce dimanche 29 mars, le président de l’association NON à la réserve a donc été faire un état des lieux : " Après l’accusation de saccageur lu dans les médias, c’est plein de remords que je me suis rendu sur les lieux afin d’observer l’étendue des dégâts que nous avions pu provoquer lors de notre rando motorisée. " Il explique alors : " Quelle ne fut pas ma stupéfaction lors de mon arrivée sur les lieux du drame, à peine un mois après la randonnée : quasiment plus aucune trace de moto. " Grégory Bonnaud confirme cependant le mauvais état du chemin : " mais accuser les motos de l’avoir dégradé tient soit de la mauvaise foi, soit de la diffamation… Ce chemin est dans le même état que n’importe quel chemin pentu, jamais entretenu, et usé par l’érosion. "

Amer, il dénonce l'association : " Cela en dit long sur la crédibilité de cette association qui touche plus de 350 000 € de subvention par an (chiffre 2013) et qui réunit seulement une vingtaine de participants à leur assemblée générale mais qui revendique plus de 1 000 membres. Il serait peut-être temps de ne plus compter comme membres ceux qui ont pris leur carte il y a 25 ans… pour empêcher la construction d’un barrage… "

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire