Tous

Blavozy

Blavozy : le mouvement de grève risque de se durcir à Michelin

mer 11/02/2015 - 19:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:32

A la suite de la publication des résultats du groupe Michelin, les salariés réclament des hausses de salaire, et de meilleures conditions de travail. Ces résultats montrent une excellente performance et une marge opérationnelle en hausse. 

Les exigeances
La CGT dénonce : " La Direction vient de revoir à la hausse son plan de compétitivité 2012-2016 et de nouveaux sacrifices seront demandés aux salariés. " La coordination des syndicats CGT du groupe Michelin invite les salariés à se rassembler massivement le 12 février sur leur lieu de travail afin de définir les modalités d'actions. Les syndicats exigent donc de meilleurs salaires (+350 euros par mois), de meilleures conditions de travail, de l'embauche de personnel et des investissements en France sur des outils de production.

150 partcipants
Depuis le 29 janvier dernier, les salariés de Blavozy débrayent une heure par semaine en guise de protestation. Le délégué syndical CGT à Michelin Blavozy, Hervé Bancel détaille : " Sur les 500 employés, nous distribuons environ 300 tracts les jours de grève et nous sommes 150 au rassemblement. " Après une assemblée générale le 29 janvier, un cahier des charges a été établi et donner à la Direction de l'usine de Blavozy lundi 2 février. Jeudi, les représentants syndicaux sont allés à la rencontre de la Direction mais toujour rien. La mobilisation se poursuit. Hervé Bancel menace de durcir le mouvement : " Si nous n'obtenons pas satisfaction, nous pourrions débrailler une heure par jour comme à l'usine de Bourges. "

" Ce n'est pas utopique "
A Blavozy, environ 200 personnes devraient partir en retraite dans les cinq années à venir, la CGT demande leur remplacement. " Il faut mettre un système de tutorat en place pour que ces personnes qui ont tout le savoir-faire puissent le transmettre " explique Hervé Bancel. La hausse de salaire réclamée au niveau local est de 450 euros par mois. " Ce n'est pas utopique " clame le représentant syndical : " En 2013, 147 millions d'euros ont été reversés aux actionnaires, 164 millions en 2014. Nous sommes l'entreprise où les salaires sont les moins élevés.

Nous avons essayer de contacter la direction de l'entreprise Michelin à Blavozy, sans succès.

E.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire