Tous

Blanzac

Blanzac accueille le championnat d'Europe de tir aux armes préhistoriques

ven 09/05/2014 - 14:11 , Mise à jour le 09/05/2014 à 14:11

Le 7 juin prochain, la commune de Blanzac accueille un évènement tout ce qu’il y’a de plus original : la sixième manche du championnat d’Europe de tir aux armes de jet préhistoriques. C’est la quatrième fois que la Haute-Loire accueille cette compétition, après le Puy-en-Velay en 2010, Chilhac en 2011, Retournac en 2012 et Ceyssac en 2013.

Une cinquantaine « d’archers » attendus
Depuis 2010, Christophe Jamon, via son association Paléotir, organise en Haute-Loire une manche de championnat d’Europe de tir aux armes de jet préhistoriques. « Il existe plusieurs manches en France et en Europe, il y a presque une épreuve tous les week-ends organisée sur un site préhistorique connue », nous explique ce passionné de Paléolithique. Il y a quinze jours, il était par exemple à Tautavel (site où 100 fossiles humains ont été trouvés depuis 1963), dans les Pyrénées-Orientales, pour une énième manche de cette compétition originale. Christophe Jamon, comme tous les participants, fabrique ses propres armes de jet, notamment des arcs préhistoriques - en frêne ou en if - et des propulseurs. Il les teste sur un parcours composé de dix cibles animalières. « Ça ne fait pas partie d’une fédération de tir, c’est un championnat amical. » L’association attend une cinquantaine de participants le 7 juin, sachant qu’ils sont un petit millier d’adeptes en Europe.

« Expliquer ce qu’il se passait à Blanzac il y a environ 800 000 ans »
« Blanzac serait le site d’habitat humain le plus ancien d’Europe », nous confie Christophe Jamon. D’ailleurs, à l’occasion du championnat, l’association Paléotir invite un historien de l’université de Bordeaux pour que ce dernier vienne faire une conférence pour expliquer ce qu’il se passait à Blanzac il y a environ 800 000 ans. « Il y avait un site de fouille sur Blanzac qui est pour l’instant fermé mais qui va peut-être reprendre, selon les moyens qui seront mis en oeuvre. Dans les années 1980-1990, le site avait mis en évidence une présence humaine très très ancienne. » C’est donc Jacques Jaubert, chercheur au CNRS et auteur de « Préhistoires de France », qui aura la tâche de mettre en lumière ce chapitre de l’histoire blanzacoise.

A.L.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire