Tous

Beaulieu

Bain de foule en Emblavez pour Martin Fourcade

ven 27/05/2016 - 16:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Un palmarès qui donne le vertige : c'est ainsi que l'on pourrait qualifier celui de Martin Fourcade, qui s'est offert une nouvelle marche triomphale aux Championnats du monde à Oslo en début d'année : il a remporté le relais mixte jeudi 3 mars, le sprint samedi 5 mars, la poursuite le dimanche 6 mars... autant de médailles d'or en autant de courses disputées.
Il a également profité de ce succès pour remporter le classement général de la Coupe du monde (c'est le premier biathlète de l’histoire à remporter le général cinq fois consécutivement), ainsi que le petit globe de la spécialité. Vraiment irrésistible...

Avec un tel palmarès, certains prendraient la grosse tête. Pas Martin Fourcade.
C'est simple : Martin Fourcade est désormais nanti de neuf titres mondiaux (dont huit en individuel). C’est le nouveau record français, battant celui de Raphaël Poirée. Il compte quarante-huit victoires en carrière, quarante-six en Coupe du monde, auxquelles s’ajoutent ses deux titres olympiques conquis à Sotchi en 2014...
Avec un tel palmarès, certains prendraient la grosse tête. Pas Martin Fourcade, qui sait rester humble et disponible pour les nombreux fans qui étaient venus à sa rencontre (et celles des autres membres de l'équipe de France) ce jeudi soir au stand de tir de Beaulieu.

Ski à roulette, musculation, vélo et séances de tir avec Franck Badiou
L'essentiel de la préparation des bleus était axée sur le foncier et le tir durant toute la semaine. La délégation de onze athlètes a notamment pratiqué du ski à roulettes sur les routes de l’Emblavez en milieu de semaine, mais aussi de la musculation, grâce au matériel flambant neuf acquis par le club local. Le vélo est également inévitable pour travailler le foncier : les meilleurs biathlètes français ont sillonné les routes de Haute-Loire, une sortie de 120 kilomètres avec le charmant dénivelé propre à notre territoire.
Bien sûr, tout le volet technique du tir a été largement exploité, debout ou couché, grâce notament aux conseils de Franck Badiou, licencié au TSBE (Tir Sportif Beaulieu Emblavez) et médaillé olympique d'argent à Barcelone en 1992, multiple champion de France et spécialiste de tir à la carabine à 10 mètres... Il est aujourd'hui entraîneur de tir de l'équipe de France. 

Quels sont les principaux ingrédients de votre recette miracle ?
Grâce à notre partenariat avec la radio RCF Haute-Lore, notre confrère Stépane Marcelot nous a fait partager l'entretien qu'il a pu réaliser au micro avec Martin Fourcade.
Quant on voit un tel palmarès, on se demande s'il y a une recette miracle. Vous nous en livrer les principaux ingrédients ? On sait que certains biathlètes de renom ont persévéré au-delà de la quarantaine... Vous, vous n'avez "que" 27 ans finalement, alors on va encore vous voir longtemps soulever des trophées ? Vous vous êtes fixé des objectif précis dans le temps ?


Quels sont les points où vous pouvez encore vous améliorer ? 
On ne va pas revenir sur les nombreux titres glanés tout au long de cette saison mais le haut niveau, c'est aussi de l'exigence et la recherche perpétuelle de la perfection, alors selon vous, qu'est-ce que vous pouvez améliorer encore dans vos performances ? Quels ont été les principaux chantiers de ce premier stage ? On reprend les bases ?

 

La nomination de Franck Badiou comme entraîneur de tir change-t-elle quelquechose dans votre préparation ?
Franck Badiou est un peu le local de l'étape, il est licencié dans le club. On sait qu'il y est pour beaucoup si l'équipe de France vient se préparer en Haute-Loire. Est-ce que pour vous, sa nomination au poste d'entraîneur de tir de l'équipe de France (ndlr : il en est déjà l'armurier depuis plusieurs années) change quelque chose dans votre préparation ? 

Le centre de tir de Beaulieu est-t-il reconnu à l'international ?
Le centre de tir de Beaulieu est assez unique en son genre, on sait qu'il n'en existe q'un seul autre en Europe, à Munich, à proposer du tir indoor à 50 mètres... Est-t-il reconnu à l'international ? Est-ce qu'on en parle dans le milieu du biathlon ? D'autres athlètes vont-ils venir s'y préparer ? Quels sont les avantages de ce site ?

Reviendra-t-il en 2017 ? 
"Sans trop trahir le secret, il y a de fortes chances que l'on revienne", confie-t-il dans un ultime sourire avant de retourner se prêter au jeu des autographes et photos auprès des nombreux enfants qui le sollicitent.

Lors de notre article annonçant la venue de l'équipe de France de biathlon, nous avions évoqué les points suivants : 

----Cette année, ce sont 20 membres de l'équipe de France qui sont venus en Emblavez : sept hommes, sept femmes, et six cadres. Martin et Simon Fourcade, Jean-Guillaume Beatrix, Quentin Fillon-Maillet, Marie Dorin-Habert, Anaïs Bescond ou encore Enora Latuilliere seront les figures les plus célèbres des bleus présentes à Beaulieu.-----Une technologie unique en Europe... ainsi que l'air pur de moyenne montagne
En mai 2014 déjà, c'est dans les locaux du club de tir sportif de Beaulieu que onze membres de l'équipe de France de biathlon (dont Martin Fourcade) sont venus s'exercer à la carabine, sur les cibles électroniques, car l'équipement altiligérien possède une technologie tout à fait particulière : il propose des tirs à 50 mètres en indoor (à l'intérieur), un dispositif que seul Munich partage en Europe. 
Si on ajoute à cette technologie l'air pur de moyenne montagne, propice à la centaine de kilomètres quotidiens que les athlètes tricolores doivent réaliser à velo, ainsi que le matériel de musculation (voir encadré), toutes les conditions sont réunies pour un bon accueil. Surtout que contrairement à 2014, l'hébergement et la restauration se font cette fois-ci sur place. 

L'initiative d'un "bougnat"
L'équipe de France était venue à Beaulieu en 2014 grâce aux conseils de Franck Badiou, ce "bougnat" comme il se qualifie le sourire en coin, originaire de Sainte-Florine, médaillé olympique d'argent à Barcelone en 1992, multiple champion de France et spécialiste de tir à la carabine à 10 mètres.
Il entraîne aujourd'hui les biathlètes au tir et les a naturellement orientés vers le stand de tir de Beaulieu, moderne et confortable, le seul d'Europe (avec Munich) à proposer des tirs à 50 mètres en indoor. 

>> Retrouvez-ci-dessous notre reportage vidéo réalisé en 2014 :

 

Environ un million d'euros par an
Martin Fourcade n'est certes pas le sportif tricolore le plus à plaindre dans le domaine des revenus annuels mais sa situation dans le milieu du biathlon reste exceptionnelle. Absent de la liste des 50 sportifs français les mieux payés en 2015 (50e, Sébastien Loeb percevait 3,8 millions d'euros), le Pyrénéen toucherait selonL'Equipe environ un million d'euros par an. 
Une somme rondelette mais à des années lumière des stars du ballon rond, ou du tennis. La très grosse partie des revenus du biathlète provient de ses contrats publicitaires revus à la hausse depuis son double sacre aux JO de Stochi 2014 avec quatre sponsors phares: MGEN, Somfy, Rossignol, Adidas et BMW.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire