Amy Sénégal : rassembler pour aider

dim 05/10/2014 - 17:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Annie Roux est la Présidente d'Amy Sénégal, c'est également elle qui a fondé l'association en 2006. Tout a commencé quand elle est partie au Burkina Fasso pour faire de l'humanitaire puis au Sénégal, mais cette fois pour faire du tourisme ce qui lui a totalement déplu. Elle raconte : " J'ai rencontré un petit Mamadou quand j'étais dans les résidences pour touristes. Je lui ai demandé de m'amener dans son village et j'ai eu un coup de coeur pour Saly-Joseph ". Elle a alors commencé à envoyer des médicaments pour les habitants de ce village mais très vite l'envie de faire plus a fait naître l'association Amy Sénégal. Le nom Amy vient de la première femme qu'Annie a rencontrée sur place.

Une évolution progressive
La jeune association s'est d'abord occupée du dispensaire mais lors du premier hivernage (saison des pluies) l'école du village s'est effondrée. Les bénévoles ont alors multiplié les actions pour récolter des dons et reconstruire l'établissement de deux classes qui accueillait déjà 35 élèves. L'association a offert deux repas par semaine à l'école pour pousser les enfants à l'éducation : " On s'est vite aperçu que les enfants ne venaient que les jours où il y avaient des repas alors en 2009, nous sommes passé à trois repas par semaine. Le nombre d'élèves est monté à 75. Aujourd'hui, l'école compte trois classes, nous avons deux monitrices et deux cuisinières pour 135 enfants ". Cet engagement coûte 600 à 700 euros par mois à l'association.

Aider les plus faibles
Les bénévoles se sont lancés un objectif supplémentaire : financer les soins des maladies graves. En 2013, l'association a soigné une petite fille atteinte d'un Staphylocoque aux joues ainsi qu'un bambin de 20 mois. Ce dernier était tombé dans une bassine d'eau bouillante et a été brûlé à 70%. C'est d'ailleurs la plus grande fièreté d'Annie Roux : " Ce petit était mourrant. Nous l'avons sorti d'un hôpital où il était mal soigné pour le faire hospitaliser à Dakar ". Le 18 novembre prochain, un jeune enfant atteint d'une malformation cardiaque vient à Paris grâce à Amy Sénégal pour se faire opérer. Il restera deux mois dans la capitale française.
L'association propose des micro-crédits sans intérêt aux femmes de Saly pour une durée de six mois. La Présidente nous explique : " C'est une vraie réussite. Grâce à cette démarche, les femmes peuvent ouvrir de petits commerces... ". 

Un coeur sur la main
Annie Roux se rend au Sénégal tous les six mois avec quelques bénévoles mais attention, l'association ne finance aucun frais : " Quand les gens partent, ils payent leurs déplacements, leurs hébergements... Ce n'est pas le rôle de l'association de payer ce genre de choses ".
Mais ce samedi soir la Présidente a réuni tous les bénévoles pour une soirée caritative. Le principe ? Chacun amène sa famille et ses amis. L'association qui compte une trentaine de membres actifs et de nombreux membres de soutien, a réussi à rassembler 700 personnes pour partager un repas. En général en une seule soirée, l'association récolte de quoi financer l'école pendant une année entière mais cette année, les fonds serviront à payer l'opération cardiaque du jeune garçon.

Ebola menace le petit village de Saly
Malheureusement le Sénégal fait partie des pays touchés par le virus Ebola. Annie Roux nous précise : " Notre village est très proche d'une zone touristique. Avec cette maladie, la saison touristique qui commence en novembre est perdue. C'est catastrophique ". A ce fléau, vient s'ajouter les mauvaises récoltes dues à un manque de pluie. L'association avait pris pour habitude de faire des réserves de mil pour aider la population donc malgré les mauvaises conditions les bénévoles vont faire leur possible pour maintenir l'aide apportée.

L'association continue à organiser divers événements pour récolter des dons tout au long de l'année.

E.J.

Plus de renseignement :
http://amysenegal.e-monsite.com 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire