Altercation d'une rare violence sur la RN88

lun 08/02/2021 - 17:00 , Mise à jour le 08/02/2021 à 17:00

Samedi 6 février, aux alentours de 16h50, les occupants d’une voiture ont été violemment agressés à hauteur de Saint-Étienne-Lardeyrol, alors qu’ils circulaient dans le sens Saint-Étienne – Le Puy sur la RN88.

Une queue de poisson mal digérée

Une voiture et ses cinq occupants (deux hommes et deux femmes d’une vingtaine d’années ainsi qu’un nourrisson) circulent pour rentrer au Puy-en-Velay. Arrivés au rond-point de Lachamp, juste avant de reprendre la 2x2 voies en direction de la cité ponote, la voiture s’engage et passe ainsi devant un autre véhicule qui venait de s’insérer dans ce même giratoire.
Selon les dires de la mère d'une des victimes, le véhicule des jeunes adultes s’engage ainsi sur la 2x2 voies et double un troisième véhicule tractant une caravane. Entre-temps, le véhicule croisé plus bas, dans le rond-point, rattrape les jeunes gens pour se mettre à leur hauteur. Les occupants de ce véhicule se mettent à leur proférer diverses insultes et menaces car ils estimaient que les jeunes leur avaient fait une queue de poisson au niveau du giratoire.
C’est à ce moment-là que la caravane doublée plus tôt aurait dépassé le véhicule des jeunes gens, pour ensuite les forcer à se rabattre en les « poussant » sur le bas-côté et en freinant brusquement, mettant au passage en danger tous les usagers de la route. Les jeunes se seraient trouvés alors littéralement pris en sandwich entre les deux véhicules.

Du verre brisé et du sang

Une fois le convoi arrêté, le conducteur de la caravane serait descendu de son véhicule pour se diriger vers les cinq jeunes. D'un coup de poing, il brise la vitre avant. S'ensuivent alors des coups de poings au visage assénés au jeune conducteur. Un des passagers, installé à l’arrière gauche de la voiture, aurait tenté de s’interposer mais un des occupants du deuxième véhicule (celui croisé dans le rond-point) l’en aurait empêché en le rouant de coups lui aussi. Une extrême violence physique qui aurait été accompagnée de menaces de mort. Après quoi les agresseurs auraient repris leur route.

Parmi les quatre victimes, les deux hommes, qui se sont fait tabasser, ont été transportés à l’hôpital, bénéficiant de trois jours d’ITT (interruption totale de travail). Les deux jeunes femmes sont en état de choc, notamment la mère qui a eu très peur pour la vie de son bébé de quatre mois, présent dans la voiture.

Plusieurs plaintes déposées

Selon la mère d’une des victimes ainsi que les témoins et les victimes elles-mêmes, les agresseurs seraient des gens du voyage qui auraient été alcoolisés au moment de l’altercation. Deux plaintes ont été déposées par les victimes qui ont été entendues par les gendarmes de Saint-Julien-Chapteuil et du Puy-en-Velay. Deux témoins, ayant évité de justesse un accident qui aurait pu être provoqué par le comportement dangereux de la caravane, ont également sollicité les services de la gendarmerie. Les agresseurs présumés ont également été repérés et entendus. Ils auraient cependant porté plainte à leur tour pour agression. Une enquête de la gendarmerie a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l'altercation.

Une mère révoltée

La mère d’une des victimes de cet événement ne conçoit pas que les agresseurs aient été relâchés. C’est surtout cette extrême violence et cette cruauté qui la remue : « Quand bien même ils leur auraient fait une queue de poisson, cela ne justifie pas un tel comportement ni le fait de défoncer quelqu’un comme ils l’ont fait », déplore-t-elle douloureusement. Cette dernière entend pousser l’affaire jusqu’à ce que justice soit faite. À l’heure actuelle, les victimes sont traumatisées par cette mésaventure. L’enquête est toujours en cours et les familles des victimes sont toujours dans l’attente d’éléments supplémentaires.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

lo

mar 09/02/2021 - 07:02

S' il s'agit de gens du voyage, on sait très bien que les poursuites engagées contre ces assistés sont déclarées presque toujours sans suite malheureusement, tant la justice et forces de l'ordre se débinent le plus souvent...

st

mar 09/02/2021 - 04:37

Les agresseurs seront-ils poursuivis ? Travaillent-ils pour pouvoir payer des dommages et intérêts ?.....