Tous

Brioude

Agriculture : la Haute-Loire vient en aide au Cantal

lun 08/08/2016 - 13:52 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Pour la troisième fois depuis novembre dernier, les agriculteurs de Haute-Loire ont répondu à l'appel de leurs collègues du Cantal, dont les prairies et pâturages sont ravagés par les rats taupiers. Après leurs homologues des cantons d'Auzon et de Paulhaguet, les exploitants agricoles des cantons de Blesle et Brioude ont pioché dans leurs réserves de foin pour soulager les Cantaliens. Une grosse quarantaine d'agriculteurs ont ainsi fait don de quelque 400 ballots de foin, chargés vendredi 5 juillet, à Saint-Beauzire, sur 5 camions en partance pour le canton d'Aurillac Nord.

----Solidarité. Orchestrée par les FDSEA et les JA, l'opération solidarité foin, d'abord conduite sur le seul Cantal, a pris une dimension interdépartementale en novembre 2015, avec les dons du canton d'Auzon. Depuis d'autres départements tels le Maine-et-Loire et le Lot se sont portés au secours des Cantaliens. Moyennant la prise en charge du transport, quelque 250 exploitations ont été approvisionnées de 8 à 10 tonnes de fourrage chacune.----- Un soutien moral inestimable

400 ballots, ça ne remplira évidemment pas les hangars des agriculteurs sinistrés, mais ce n'est pas non plus une paille. Sans compter leur valeur symbolique. « Les bénéficiaires sont conscients que ça ne suffit pas, mais ils sont heureux de pouvoir compter sur cette solidarité propre au monde agricole », a témoigné Frédérique Ramadier, responsable de l'opération solidarité à la FDSEA 15. « Quand les premiers convois sont arrivés, on a vu les visages s'illuminer et de grands gaillards verser une larme. Ça donne un coup de fouet de se sentir épaulé, de savoir qu'on a le soutien de la profession ».

Une bonne année pour la Haute-Loire

Un soutien que les Altiligériens, année favorable oblige, peuvent se permettre d'apporter, chacun selon ses propres moyens. « On a eu de bons rendements cette année », a indiqué Nicolas Morona, venu de Chambezon avec 16 bottes destinées au Cantal. « On a eu la chance de faire de bonnes récoltes. Et puis on se dit que si on était dans la même situation que les collègues du Cantal, on serait bien content d'avoir des gens qui nous aident ». Ça, les Altiligériens peuvent y compter, comme l'a affirmé Frédérique Ramadier : « les personnes touchées aujourd'hui n'attendent qu'une chose, c'est de pouvoir rendre la pareille quand d'autres seront dans le besoin ».

 

I.A.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire