Agglo du Puy : Trois nouvelles compétences sauvées des eaux

ven 01/12/2017 - 18:32 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

Le 1er janvier 2017, l’Agglo du Puy a pris un tournant majeur dans son histoire, avec la mise en œuvre de la Loi NOTRe, qui en a redessiné les contours. De 28 communes, on est passé à 71, et la nouvelle collectivité compte désormais 81 669 habitants.
Elle exerce à présent de nouvelles compétences « qui lui permettent notamment d’avoir une vision  cohérente et durable de l’aménagement sur l’ensemble de son territoire et de confirmer que son champ d’actions, tout comme son rôle dans le quotidien des habitants, ne cessent de s’accroître », ont estimé les élus, lors du conseil communautaire qui s’est tenu ce jeudi 30 novembre.
Depuis cette nouvelle dimension prise, parmi son champ d’actions, l’Agglo du Puy exerce des compétences obligatoires sur l’ensemble de son nouveau périmètre : le développement économique, l’aménagement de l’espace communautaire, l’équilibre social et l’habitat la politique de la ville, l’accueil des gens du voyage, la collecte et le traitement des déchets.

----Deux compétences se perdent dans les tuyaux
L’Agglo compte des communes qui confiaient leur gestion à feu le SAE - ou à d'autres syndicats, mais une quinzaine d’autres assurent cette gestion de l’eau et de l’assainissement de manière autonome, une gestion dite « en régie » : Allègre, Blanzac, Bonneval, Borne, La Chaise-Dieu, Cistrières, Connangles, Fix-Saint-Geneys, Laval-sur Doulon, Lissac, Malvières, Saint-Geneys-près-Saint-Paulien, Saint-Pal-de-Senouire et Saint-Paulien.
Leur « peu d’entrain » à passer le pas vers une gestion communautaire a repoussé l’adoption par l’Agglo de ces deux compétences, même si elle l’assure dans la forme auprès des anciennes communes du SAE.-----Cinq compétences optionnelles étaient soumises au vote :
- La création ou l’aménagement et l’entretien de voirie d’intérêt communautaire (éclairage public et feux tricolores, mobilier urbain, accessibilité), la création ou l’aménagement et la gestion de parcs de stationnement d’intérêt communautaire.

- L’assainissement

- L’eau (prise en charge de la gestion de l’eau, collecte et traitement des eaux usées et pluviales, fourniture en eau potable, réalisation des extensions de réseaux)

- En matière de protéction et de mise en valeur de l’environnement et du cadre de vie : la lutte contre la pollution de l’air, la lutte contre les nuisances sonores, le soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie.

- La construction, l’aménagement, l’entretien et la gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire.

Laurent Duplomb à la rescousse
Cependant, la gestion de l’eau et de l’assainissement constituent un sujet toujours aussi sensible qui n’a pas été totalement tranché au sommet de l’État. Même si la loi NOTRe prévoyait leur disparition, les régies communales sont légions partout en France, et notamment en Haute-Loire ; la question d’un transfert de compétence pourrait être repoussée à 2020, voire 2026…
Ainsi une quizaine de communes du département ont fait valoir cet état de fait au moment du vote (notamment par la voix du sénateur Laurent Duplomb, remplaçant du maire de Saint-Paulien Denis Eymard qui a démissionné de son siège communautaire) et l’on a dû surseoir au vote de ces deux compétences optionnelles, les trois autres ayant été adoptées.

J.J.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire