Acte IV : deux comparutions immédiates ce lundi

dim 09/12/2018 - 10:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

----Ce lundi 10 décembre, dans l'après-midi, deux personnes vont être entendues en comparution immédiate au tribunal correctionnel du Puy-en-Velay.-----Neuf interpellations et deux blessés. Neuf personnes ont été interpellées et font l’objet de procédures judiciaires sous l’autorité du procureur de la République. Par ailleurs, deux hospitalisations de manifestants ont été constatées. Le Président de la République, le premier Ministre et le ministre de l’intérieur ont renouvelé samedi soir au préfet leurs remerciements et leur confiance pour l’action menée sur le département par les services de l’État.
Brioude. Quelques centaines de manifestants (Chiffres Préfecture) étaient présents au plus fort de la manifestation. Une marche a eu lieu dans le centre ville. Une opération escargot emmenée par les agriculteurs et encadrée par la gendarmerie s'est arrêtée devant la sous-préfecture où un échange a été mené avec la sous-préfète. Une délégation a été reçue par la suite, occasion pour la sous-préfète d'un rappel des règles de sécurité, du maintien de la liberté de circulation et de l'interdiction de blocage. Malgré ces préventions, deux stations service ont fait l'objet d'un enrubannage, l'usine Riches Monts a été bloquée pendant plusieurs heures et des déchets ont été déversés devant la trésorerie de la ville.
Yssingeaux. Un rassemblement formé vers 10h s’est poursuivi en cortège dirigé vers le centre-ville, sans heurts. Une délégation a été reçue par la sous-préfète d'Yssingeaux, durant plus d'une heure. Par la suite, la sous-préfète s'est portée à la rencontre de la manifestation où restaient quelques dizaines de personnes.
Le Puy en Velay. La marche pour le climat, déclarée par ses organisateurs, a pu se dérouler en toute sécurité. En raison d’une présence massive des gilets jaunes attendue sur la place du Breuil, les organisateurs ont préféré opter pour un nouvel itinéraire. En début d’après midi, un appel au calme et à l’arrêt de la violence, lancé par les élus, les forces économiques, morales et religieuses du département a été relayé par le préfet. Les premières tensions sont apparues devant la préfecture aux alentours de 16h, où les manifestants ont commencé à proférer des menaces de mort et des insultes à l’encontre des forces de l’ordre. Des projectiles (bouteilles, pavés, liquides incendiaires, bâtons) ont été lancés dans leur direction. Par la suite, un feu a été déclenché devant le portail de la cour d’honneur, très rapidement alimenté par certains manifestants. A 17h15, les premières sommations ont été réalisées, suivies d’un jet de grenades lacrymogènes.

Retour sur notre article : Acte IV des Gilets jaunes : encore un sombre dénouement au Puy-en-Velay.

Une heure plus tard, l’avenue du Général de Gaulle et la place du Breuil étaient contrôlées par les forces de l’ordre. Un groupe d’une cinquantaine d’individus s’est alors rassemblé sur l’avenue du Breuil pour tenter de monter une barricade côté boulevard St Louis. Aucune des cibles symboliques revendiquées par les manifestants n’a eu à subir de dommages majeurs. La mairie du Puy a été constament placée sous protection et n’a connu aucune attaque. Le centre des impôts a été l’objet d’une tentative d’incendie rapidement maîtrisée par les sapeurs pompiers sous protection de la gendarmerie. La préfecture, dont le renforcement a été préparé toute la semaine, est restée inviolée. Trois grandes surfaces (Auchan, Géant et Intermarché) on dû, pour leur protection et en accord avec la préfecture, fermer leurs portes à leur clientèle pour empêcher d’éventuels pillages.

Retour sur notre article : Plus d'un millier de Gilets jaunes tournent autour du Puy.

Les forces de l’ordre étaient alors en mesure d’intervenir à l’extérieur de ces établissements sans pouvoir garantir totalement la sécurité à l’intérieur des surfaces commerciales.
Un hélicoptère de la gendarmerie à survolé le Puy. En début de soirée, l’intervention d’un hélicoptère de la gendarmerie nationale, Dragon 73 venant de Modane, équipé d’un phare de recherche a permis le survol des rues de la ville permettant ainsi d’identifier rapidement les derniers attroupements et de les disperser. 
Accompagnement des Gilets Jaunes. Les forces départementales de police et de gendarmerie ont, dès le matin du samedi 8 décembre, assuré la sécurité des manifestants sur le département. Ils les ont accompagnés dans leurs mouvements y compris lorsque l’obligation de déclaration en préfecture n’avait pas été respectée.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire