3,92 %, le poids électoral de la Haute-Loire pour les Régionales

lun 09/11/2015 - 17:08 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

Beaucoup considèrent que la fusion avec une grande région comme Rhône-Alpes ne peut qu'être bénéfique pour le département de la Haute-Loire, mais le revers de la médaille, c'est que le rapport démographique entre l'Auvergne et Rhône-Alpes est d'environ un à huit... ce qui offre donc une représentativité bien moindre aux territoires auvergnats dans la future assemblée.
Ainsi, sur les 204 sièges à pourvoir, seuls 47 seront attribués à l'Auvergne, soit environ 23 % du total, et seul le département du Cantal (cinq sièges) sera moins représenté que la Haute-Loire à l'assemblée régionale.

Un département peut se trouver avec des sièges d'une autre teinte politique que son vote
Avec huit sièges sur les 204 de la future assemblée, la Haute-Loire ne pèsera donc que 3,92 % du poids électoral pour la future région, et le vote départemental peut se traduire tout autrement dans la répartition des sièges altiligériens...
Si une liste A recueille par exemple une écrasante majorité en Haute-Loire mais qu'elle est battue au niveau régional par une liste B, ce sont bien majoritairement des élus de la liste B qui siègeront pour la Haute-Loire au sein de l'assemblée régionale.

Pauline Stolarz occupe le poste de chef du Bureau des Elections et de l'Administration Générale à la préfecture du Puy-en-Velay.

  • On invite bein évidemment les citoyens à aller voter mais la fusion des régions va offrir une représentativité bien moindre à la Haute-Loire au sein de la future assemblée n'est-ce pas ?


----Un département ayant une population inférieure à 100 000 habitants a une représentation minimum garantie de deux sièges. Au-delà de 100 000 habitants, la représentation minimum garantie est de quatre sièges.-----Le mode de scrutin
Au premier tour, il n’y a répartition des sièges que dans l’hypothèse où une liste obtiendrait la majorité absolue des suffrages exprimés. Les sièges sont alors attribués à chaque liste en fonction du nombre de voix obtenues par chacune d’entre elles à l’échelon régional. La liste qui recueille la majorité absolue des suffrages exprimés obtient une prime majoritaire de 25% du nombre de sièges à pourvoir. Les autres sièges sont attribués à la représentation proportionnelle selon la règle de la plus forte moyenne, à toutes les listes qui ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. Notons enfin qu'il faut franchir la barre des 5 % des suffrages exprimés pour être remboursé de ses frais de campagne.
Si aucune liste n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, il est procédé à un second tour de scrutin. Seules peuvent se présenter les listes qui ont obtenu au moins 10% des suffrages exprimés. Au second tour, la liste qui a obtenu le plus grand nombre de voix obtient une prime majoritaire de 25% du nombre de sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis à la proportionnelle à la plus forte moyenne entre toutes les listes qui ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. La liste arrivée en tête reçoit donc le plus grand nombre de sièges qu’elle ajoute à ceux obtenus par la prime majoritaire. Elle est ainsi quasiment assurée de détenir la majorité au sein du conseil régional.

Une forte mobilisation des personnels de l'Etat pour ce scrutin
Cette année, la mise sous pli des propagandes officielles est confiée en régie, c'est donc aux services de la préfecture de s'en charger : 160 personnes de toutes les administrations du département sont mobilisées afin de les envoyer aux 179 000 électeurs du département.

  • Pauline Stolarz, en interne, pour les services de l'Etat, on suppose que c'est une importante mobilisation pour organiser ce scrutin ? Notamment pour les soirées électorales ?


Une élection sous la neige ?

Si des instituts de sondage permettent d'avoir une idée des résultats que nous réservent ces deux week-end de décembre, difficile pour l'instant de prédire la météo qui sera réservée aux électeurs et aux services de l'Etat.
C'est en fait la première fois qu'un scrutin est organisé en décembre (exception faite d'un un vote présidentiel en 1965, le deuxième de la cinquième république, et qui a consacré Charles De Gaulle pour un second septennat). Une donnée qui peut sembler anecdotique, mais qui pourrait avoir quelques incidences...

  • Pauline Stolarz, petite particularité pour terminer : pour la première fois, des élections sont organisées en décembre... Dans un département comme le notre, est-ce que ça peut freiner la participation des électeurs et compliquer la tâche des services de l'Etat pour ce scrutin ?


Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire