A 19 ans, une jeune Ponote réalise son 1er court-métrage

ven 01/06/2018 - 18:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Elle poursuit son rêve. Depuis l’âge de 11 ans, Emeline Tissandier veut travailler dans le 7e art. Après la classe de seconde, cette Ponote est partie à Lyon pour passer un bac option cinéma au lycée Lumière. Chose faite l’été dernier. Avant de tenter la sélection pour intégrer une licence de cinéma à Paris à la rentrée, elle prend une année sabbatique dans ses études pour mener à bien son premier court-métrage professionnel, co-écrit avec avec Jean-Maxime Sapin.
Avec beaucoup de networking - et un scénario qui a plu - elle s’est entouré de professionnels du cinéma qui ont accepté de travailler bénévolement pour réaliser « Quand bat le silence ». Emeline Tissandier explique le thème principal de ce drame sur la paternité et la musique.

Quant au style de la réalisation, le court-métrage sera filmé à l’inspiration de plans-séquences. Les lumières rappelleront des films de Gaspar Noé ou Nicolas Winding Refn. Une caméra mobile suivra sans arrêt le personnage principal. Des demandes de tournage ont été envoyées à la mairie du Puy-en-Velay. Globalement, Emeline Tissandier trouve ses influences parmi des cinéastes comme Xavier Dolan, des films comme « The Rider » ou encore récemment « Call me by your name ». Cette passion pour le 7e art, Emeline Tissandier l’a depuis la 6e. Elle écrivait des scénarios à classer dans le genre « fantastique ». Aujourd’hui, à 19 ans, elle se souvient.

Aux côtés de Vincent Cassel, Romain Duris et Sandrine Kiberlain
Le casting, lui, n’est pas totalement inconnu : Lauréna Thellier tient le rôle principal. La jeune femme a joué dans « Ma Loute » de Bruno Dumont, « Le ciel attendra » de Marie-Castille Mention Schaar, et plus récemment « Fleuve noir » d’Erik Zonka aux côtés de Vincent Cassel, Romain Duris et Sandrine Kiberlain. « C’est en pensant à elle que j’ai écrit ce rôle », confie Emeline Tissandier qui connaissait déjà l’actrice. C’était le cas également pour d’autres acteurs ou techniciens. D’autres encore étaient des connaissances d’amis. Mais la jeune réalisatrice a su s’entourer également via une application de rencontres professionnelles. Sans compter les castings organisés à Paris en publiant une annonce dans un magazine de cinéma et sur Facebook, puis en louant une salle.

----La musique tient un rôle important dans ce court-métrage. Et pour cause, Emeline Tissandier, la réalisatrice, fait partie, depuis plusieurs années, du groupe de rock chrétien ponote Alive.-----Vus dans « Plus belle la vie » ou « Les Tuches 3 »
Les autres rôles sont joués par Julien Bravo (« Le miroir de l’eau », « Tandem », « Plus belle la vie », et plus récemment « Cain »), Lionel Cécilio (dernièrement dans « Les Tuches 3 » de Olivier Baroux, « La Fête des mères » de Marie-Castille Mention Schaar, et en guest dans des séries comme « Scènes de Ménage » ou « Nos chers voisins »), Eliza Calmat (« Patients »), Lisa Chabot (« De l’autre côté du mur », « Le petit Spirou »), ou encore Julia Mugnier (« Un prince presque charmant » de Philippe Lellouche). Morgan Mulhstein est chargé de production.

Au festival de Cannes ?
« Quand bat le silence » sera probablement proposé à des concours de courts-métrages et même au festival de Cannes. Il est produit par Falcon Keys Prods et DB’s Record. Le film sera tourné au Puy, la deuxième semaine d’août 2018 a priori. On cherche encore des figurants (se manifester à quandbatlesilence@gmail.com ou via la page Facebook de « Quand bat le silence » en précisant son nom, prénom, âge, e-mail et téléphone).
Des demandes de subventions ont également été déposées auprès de la Région, du Département et du Point Information Jeunesse. Et pour ceux qui voudraient bien donner un coup de pouce financier, une campagne Ulule a été créée. Elle vient de dépasser les 3 000 euros sur un total de 4 000.

Annabel Walker

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire