15 km : le record durera-t-il plus d'un an ?

ven 13/04/2018 - 15:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Les organisateurs de la course du 1er mai veulent faire honneur au label international qui leur a été attribué par la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) et au bilan de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) qui les consacre comme le 15 km le plus rapide au monde chez les femmes et les 2ème le plus rapide au monde chez les hommes.

Ils seront ainsi deux Kenyans à faire figure de grands favoris de l’épreuve 2018. Emmanuel Kiprono est le numéro 1 mondial sur 10 km en 2018. Il a couru la distance en 27’26’’ et il vient de terminer 2ème du célèbre semi-marathon de Berlin en 60’22’. L'autre Kenyan, Stephen Kiprop, détient la 10ème meilleure  performance mondiale 2018 sur semi-marathon en 59’44’’. « Il n’a pas encore 19 ans et il s’annonce comme un futur grand champion », lance André Chouvet, le président de l’association de la course du 1er mai, qui ne cache pas son impatience : « avec ces deux athlètes, la meilleure performance de 42’ réalisée en 2017 peut tomber ! »

Six nations exigées par la FFA
L’éthiopien Dawitt Fikadu est un spécialiste des courses de 15 km. Il a remporté la célèbre corrida de São Paolo le 31 décembre dernier, une épreuve qui se court sur un parcours accidenté de 15 km.
Le Bahrein sera représenté par Almajoub Dazza. En 2016, c’est un représentant de cette nation, invité de dernière minute qui l’ avait emporté. Dazza vient de terminer 5ème de son premier marathon à Daegu, en Corée du Sud, en 2h08’. Il a un chronomètre de 1h01’30’’ sur semi-marathon en 2017.
Thierry Ndikumwenayo est un très jeune athlète du Burundi. Ce spécialiste de la piste vient de remporter une épreuve de 15 km en Turquie en 44’17.
« Mais l’outsider sera Ambrose Bore du Kenya, annonce André Chouvet, l’an dernier il s’est classé 4ème au Puy en moins de 43’ ; il fait partie des cinq athlètes ayant réalisé moins de 43’ au Puy ! »
Le Maroc sera aussi représenté. En tout, ce sont pas moins de dix athlètes de niveau international qui prendront le départ de cette 36ème édition ponote, représentant six nations exigées par le cahier des charges de la FFA.

Deux pointures chez les féminines
Chez les filles, le plateau est loin d’être aussi avancé dans sa constitution. Ce qui est sûr c’est qu’il y aura deux pointures mondiales. Gladys Kimaina s’était classée 3ème au Puy en 2017. La Kenyane figure au 12ème rang au bilan mondial en 2017 sur 10 km avec un temps de 31’15’’. « Mais c’est une inconnue en début d’année qui aura les faveurs du pronostic, prédit André Chouvet, Dorcas Jepchirchir a le 2ème meilleur temps mondial 2018 en 31’ sur 10 km », avant de couper court : « les autres invitées n’auront pas le même niveau ».
Car la venue de sportifs de niveau international se monnaye. En effet, plusieurs athlètes dans le top 30 mondial du semi-marathon ont fait acte de candidature mais les organisateurs n’ont pas les moyens financiers de faire face, « même si ces athlètes acceptaient de venir sans prime d’apparence », indique André Chouvet.

Une bonne représentation nationale
Les tout meilleurs spécialistes français de la course sur route ne seront pas présents. « Ils n’auraient aucune chance de briguer une place sur les sept premiers », constate André Chouvet. Néanmoins, la représentation nationale sera intéressante. Medhi Frère, du département des Hauts de Seine, tentera de battre le record de France des 15 km espoirs, placé à 46’52’’.
Chez les masters, Zioni, membre de l’équipe de France de marathon il y a trois ans, Geoffray Clavier, un ancien champion de France de 10 km et Benoît Dunet, sociétaire de la SCO Sainte-Marguerite de Marseille, sont des coureurs qui valent moins de 49’ aux 10 km.
Quant aux meilleurs locaux et régionaux, ils ne se sont pas encore engagés « mais le niveau sera très relevé », prédit André Chouvet.

Un challenge par équipe en pleine expansion
La course des 15 km du Puy est aussi une épreuve très populaire qui permet aux amateurs de jogging de participer dans une ambiance conviviale. Les entreprises ont été sollicitées pour s’associer à cette fête de la course à pieds. Elles devraient encore être nombreuses à répondre présent.

Trois épreuves réservées aux jeunes
Les grandes épreuves nationales consacrent de plus en plus de place aux jeunes en organisant la veille des courses réservées aux 5 – 15 ans. Au Puy, c’est dès le 3ème édition, en 1985, que les jeunes ont été conviés à participer. « L’année 2018 sera très favorable à la participation des jeunes puisque les vacances scolaires seront terminées », se réjouit André Chouvet.
La remise des dossards et la continuation des inscriptions aura lieu à partir du 23 au 30 avril, au 21 rue des moulins, au Puy, dans les locaux de la Mutualité française.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire