130 gendarmes pour contrôler simultanément les déplacements en Haute-Loire

dim 22/03/2020 - 13:15 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:04

Les contrôles routiers se sont multipliés ce vendredi 20 mars 2020 en Haute-Loire. A partir de 16 heures, les gendarmes ont vérifié les attestations de déplacements des conducteurs en divers points névralgiques du département. En tout, environ 60 points de contrôle ont été effectués par quelque 130 militaires à raison d’environ une heure en un lieu donné, puis transfert. A un instant, il y avait donc une trentaine de points de contrôle.

----En zone police (Le Puy et sa petite couronne), 81 contraventions ont été dressées depuis le début du confinement (en date de dimanche midi).-----Si le colonel Jean-Pierre Rabasté ne souhaite pas vraiment communiquer sur le nombre de contraventions dressées (« ce n’est pas le bon message à véhiculer et de toutes façons notre logiciel ne nous permet pas de les isoler pour l’instant »), il rend compte des raisons données par certains conducteurs : certaines valables, d’autres non. Mais comment savoir avant de prendre le volant ? « Les contours sont assez flous », reconnaît le patron de la gendarmerie de la Haute-Loire.

Par exemple, tout déplacement pour motif d’exercice physique ou pour promener son chien doit se faire à pied autour du domicile, sans prendre sa voiture. Le jogging, lui, doit être limité : « 7km c’est trop », illustre le colonel Rabasté. Et puis si vous pensiez faire votre sortie dans un lieu reculé, c’est raté aussi : « Au lac du Bouchet par exemple, il n’y a pas de domiciles, vous serez donc forcément en infraction ». Et le colonel de relativiser : « En Haute-Loire, nous n’avons pas de gros centres urbains ; ce n’est pas très difficile de sortir du centre-ville à pied pour se balader dans la nature ».

Parmi les « deux ou trois » contraventions de 135 euros dressées ce vendredi après-midi au rond-point de la sortie Sud du contournement du Puy-en-Velay, aux Barraques, sur la commune de Cussac-sur-Loire, le colonel cite justement un automobiliste qui ne comprenait pas pourquoi il ne pouvait pas prendre sa voiture pour aller promener. « Au moins, il a été honnête, il pensait qu’en pleine campagne, il n’y avait pas de danger de propagation du virus, mais on croise toujours quelqu’un et qui nous dit que ce monsieur ne va pas aller ailleurs ensuite », justifie le colonel qui comprend très bien que, dans la plupart des cas, il ne s’agit pas de mauvaise volonté mais d’une mauvaise connaissance des règles.

----Et les poids lourds ? Depuis ce samedi 21 mars à 22h00, un arrêté ministériel a signifié la levée totale des interdictions de circulation, jusqu'au 20 avril 2020 inclus, pour les véhicules de transport de marchandises de plus de 7.5 tonnes de poids total autorisé en charge.-----Cette méconnaissance est tellement partagée dans la population que le centre d’appels du 17 est submergé de demandes d’éclaircissements. « On a eu un apiculteur qui nous a demandé s’il pouvait sortir pour nourrir ses abeilles, raconte le colonel, on lui a dit oui car c’est son activité économique ». En revanche, à contre-coeur, les gendarmes ont dû refuser à une dame de sortir pour aller au cimetière sur la tombe de son mari. « Ce n’est pas un motif familial impérieux », précise le colonel, mais dans ces moments-là, le 17 se transforme presque en écoute psychologique ; cette dame a surtout besoin de rompre la solitude ».

A la question « quand sont prévus les prochains contrôles », le colonel répond qu’il y en a tout le temps, « qu’ils sont programmés, ponctuels ou aléatoires ».

Annabel Walker

> Voir les derniers arrêtés ministériels au Journal Officiel

- Photo archives mardi 17 mars 2020 @ DR Zoomdici.fr Maxime Pitavy - 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire