Reste-t-il de la place pour s'abonner au Puy ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Reste-t-il de la place pour s'abonner au Puy ?

Date : 18/01/2018 | Mise à jour : 19/01/2018 11:57
Partager

La question risque de se faire de plus en plus pressante dans les semaines à venir alors que seulement 15 % des places du PEI sont encore disponibles en abonnement et que les listes d'attente s'allongent pour les autres parkings.

C'est le dossier brûlant de la rentrée et il n'a pas fini de faire couler de l'encre. "C'est une révolution semblable à l'installation des premiers parcmètres au Puy à la fin des années 1970", annonce Pierre Robert, maire adjoint responsable du dossier. Comme Zoomdici l'avait annoncé en avant-première, le tarif des amendes va changer et les 120 horodateurs seront modernisés pour environ 630 000 €.
Puis pour vous permettre de bien comprendre la réforme du stationnement au Puy, Zoomdici vous a proposé une infographie complète, pour résumer les principaux changements au 1er janvier 2018. 
Ce qui saute aux yeux de nombreux travailleurs au Puy-en-Velay, c'est le prix de l'abonnement des non-résidents, qui va presque doubler (33 à 60 €), alors qu'il demeure à 17 € pour les personnes domiciliées en zone payante. Les pendulaires sont donc très remontés et leur pétition a fait plus que doubler au cours du mois de décembre, les amenant à ironiser : "il y a plus de signatures que de places de parking". En attendant la réunion fin janvier, Zoomdici avait fait le point sur les avancées du dossier. Puis en début d'année, les nouveaux horodateurs ont commencé à être installés... en attendant l'arrivée de la voiture Lapi, qui verbalise avec une très forte cadence.

Premier couac : il n'y a qu'un seul et unique parking relais pour l'instant

La question qui se pose maintenant avec insistance pour nombre de travailleurs de l'agglomération du Puy est de savoir comment ils vont procéder pour stationner leur véhicule. La volonté politique de cette réforme est d'évacuer les "voiture ventouses" du centre ville pour les concentrer sur les parkings relais en périphérie.
Et là, premier couac : au Puy, il n'y a pour l'instant que le parking du PEI (Pôle d'Echange Intermodal), en attendant le parking d'Estrouilhas, dont les travaux viennent tout juste de débuter et qui offrira 100 places supplémentaires aux abords de la place de la Libération. La mise en service est espérée pour septembre. Rappelons que la ville propose 430 places en zone orange et 2150 en zone verte.

D'autres parkings, des pistes cyclables et des vélos électriques

"On réfléchit, et c'est bien avancé, à deux nouveaux parkings", avance Michel Chapuis, en référence aux secteurs de Sainte-Marie, Cluny et l'avenue Foch. Autre réflexion bien avancée : celle de l'utilisation des vélos en centre ville du Puy, qui devrait être opérationnelle en juin. Une douzaine de vélos sera disponible dans un premier temps. Un projet de piste cyclable, reliant le Pôle d'Echange Intermodal au centre-ville du Puy est également bien avancé.

Deux fois plus de personnes dans les navettes gratuites

"On a quantifié le nombre de personnes dans les navettes mises en place", relève Jean-Paul Bringer, "et là où on recensait 150 personnes par jour auparavant, ils sont aujourd'hui 300, ce qui nous conforte et nous encourage dans notre volonté d'avoir doublé le cadencement des navettes (ndlr : toutes les dix minutes à présent)".

Une cinquantaine de places pour s'abonner, soit 15 % du volume total

En attendant la mise en place de ces mesures, il faut bien chercher une place et les alternatives se réduisent comme peau de chagrin. La solution préconisée par la Ville du Puy, c'est de se garer au PEI et nous avons fait le point précis ce jeudi après-midi. Côté gare, les 140 places mises à disposition sont occupées par 130 abonnés et côté Bd Bertrand De Doue, il y a 104 abonnés pour 180 places.
Autrement dit, il reste moins de 90 places parmi les 320 proposées (environ 25 %), sachant qu'il faut "toujours garder un volume minimum d'une quarantaine de places vacantes pour les stationnements ponctuels", confirme Jean-Paul Bringer, adjoint aux transports à l'agglo du Puy. Il ne reste donc qu'une cinquantaine de places pour s'abonner, soit 15 % du volume total de places proposées au PEI. 




Les listes d'attente s'allongent pour les autres parkings

La mairie du Puy n'a pas été en mesure de nous fournir un bilan précis de l'état des lieux des places de stationnement encore disponibles en abonnement. Nous avons donc contacté le parking souterrain du Breuil pour demander un abonnement. Nous ne nous sommes pas fait passer pour des travailleurs pendulaires (ceux qui en bénéficient aujourd'hui peuvent conserver leur abonnement mais aucun autre n'est accepté depuis le 1er janvier) mais même en étant un résident du Puy, il faut s'inscrire sur une liste d'attente.
Même démarche du côté du parking privé du Dolaizon, qui n'a plus de place à proposer aux pendulaires et qui propose aux Ponots le désirant de les inscrire sur liste d'attente. Sa prestation dispose d'un système de vidéosurveillance et le tarif est de 35 € par mois, Ponots ou pas.

Dans le même registre, nous avons contacté l'OPAC 43. Leurs données chiffrées sont toujours attendues et seront publiées dès réception.

Dernière alternative : les privés et les bailleurs sociaux

Outre l'offre de prestataires privés (assez maigre au Puy), il reste enfin la solution des bailleurs sociaux, qui proposent parfois des places à la location. Au foyer vellave par exemple, on dispose historiquement d'environ 300 places en centre ville du Puy mais "elles sont pour la plupart affiliées à des logements et donc non disponibles à la location", nous explique Jean-François Sarrazin, commercial au sein de la structure, "notre objectif est de louer des logements donc on garde une réserve de places liées à ces logements".
Le potentiel de places de parking et de garages disponibles à la location pour le grand public existe cependant même s'il est maigre : une quinzaine seulement. "Beaucoup se réservent en ce moment, dans l'hypercentre et dans les secteurs de Saint-Jean, de la rue du Bac ou des deux Rocs", ajoute-t-il. Les tarifs varient selon les secteurs, de 35 € à 50 € pour les garages. "Nous ne sommes pas débordés pour l'instant, on a surtout ceux qui anticipent avec un risque de pénurie de place d'ici un ou deux mois", conclut Jean-François Sarrazin.



Maxime Pitavy



>> Vous pouvez retrouver la carte des principaux parkings au Puy dans cet article.


Les solutions les plus économes pour les pendulaires pour stationner

* En abonnement
- Abonnement au PEI pour 20 € par mois
- Abonnement au parking souterrain du Breuil (seulement pour ceux qui ont déjà un abonnement) pour 38 € par mois
- Abonnement zone verte à 60 € par mois
* En stationnement ponctuel
- Gratuité des parkings le samedi matin en zone verte et le samedi à partir de 12h sur toutes les zones et parcs à barrière de la Ville
- Parking souterrain à 0,80 € de l'heure (première demi-heure gratuite)
- Parking à barrières : 0,90 € de l'heure ((première demi-heure gratuite)
- Stationnement en zone verte à 1 € de l'heure
- Stationnement en zone orange à 1,20 € la première heure puis 1,40 € l'heure.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteC le 20 janvier 2018 - 19h00
Et pourquoi pas des lignes deTUDIP pratiques pour Brives St Germain Orzilhac...des navettes qui relieraient les parkings de Brives au centre du Puy sans passer d'abord par le pôle intermodal,?En bref un tudip TGV(slyle navette urbaine du Puy) avec 3 arrêts à Brives et qui vous conduirait directement en centre ville du Puy sans passer par Pôle et collèges,car les transports en commun sont plus assimilés au transport scolaire ;les usagers TUDIP connaissent aussi le stress du pôle obligatoire

Signaler un abus

img_journalisteM le 20 janvier 2018 - 07h27
SB a bien résumé l'opinion de nombreux pendulaires

Signaler un abus

img_journalisteM le 19 janvier 2018 - 20h10
imaginez un CCD a temps partiel. Vu les salaires versés mieux vaut rester couché et vivre des aides que de payer ses frais de voiture et stationneemnt. Quand aux ponots génés par les pendulaires s'ils ne se déplacent qu'a pied pourquoi faire financer leurs installations par l'agglo ? ENFIN LEPUY c'est aussi Mons, Taulhac etc... et là les navettes financée par l'agglo et non les seuls ponots sont bien utiles non ?

Signaler un abus