Vidéo-protection : une mise au point en plein déploiement sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Vidéo-protection : une mise au point en plein déploiement

Date : 28/11/2019 | Mise à jour : 28/11/2019 14:25
Partager

Une quarantaine de communes altiligériennes situées en zone gendarmerie sont d'ores et déjà équipées d'un dispositif de vidéo-protection. Cussac-sur-Loire veut en être, le projet est posé sur le papier.

Sur le papier donc, la commune de Cussac-sur-Loire sera quadrillée en cinq points par huit caméras de vidéo-protection haute performance. Des points stratégiques situés sur les secteurs de Malpas, Les Baraques, Tarreyres et le bourg de Cussac, qui permettent d'avoir un regard, si nécessaire, sur les entrées et sorties de la commune traversée par la RN88.
"Si nécessaire", il faut bien le garder en tête car les images enregistrées par les équipements de vidéo-protection ne peuvent être visionnées que sur réquisition judiciaire. Cette crainte d'être surveillé, observé, le maire de Cussac-sur-Loire l'a bien identifiée chez ses administrés, lors d'une réunion publique organisée en présence des militaires de la compagnie de gendarmerie départementale du Puy-en-Velay, le 8 novembre 2019. "C'est un dispositif très encadré qui est fait pour rassurer les habitants. D'ailleurs, les caméras sont dirigées vers la voie publique", précise Jean-Pierre Brossier.

Un outil complémentaire au dispositif Participation citoyenne

Rassurer la population mais pas que. La vidéo-protection est aussi et d'abord un outil de dissuasion. "Il vient en complément du dispositif Participation citoyenne. 22 protocoles ont été signés en Haute-Loire dont le dernier à Vergongheon ce mois de novembre", précise le colonel Jean-Pierre Rabasté. Elle peut aussi être utilisée comme un instrument d'investigation et jouer un rôle-clef dans le cadre de certaines enquêtes. Ça s'est notamment vérifié au Puy-en-Velay (en zone police) entre autres exemples, dans une affaire de plusieurs cambriolages commis par un jeune couple entre les mois de septembre et octobre.

>> Pour relire l'article de Zoomdici : Le Puy : le jeune couple reconnaît huit cambriolages

Et en termes de cambriolages, la commune de Cussac-sur-Loire n'est pas épargnée, un constat qui a motivé le projet d'installation de ces huits caméras. Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2019, dix faits ont été relevés contre huit en 2018 sur l'année entière. Les chiffres ne sont pas spectaculaires, mais cette petite augmentation inquiète tout de même l'édile, d'autant que Cussac-sur-Loire a cette position particulière, en bordure de RN 88, point d'entrée et de sortie du contournement du Puy-en-Velay.

Les caméras devraient être installées dans le courant du premier semestre 2020

La mise en place de ce nouveau dispositif devrait, selon le maire, avoir lieu dans le courant du premier semestre 2020. Le coût total de ce chantier est estimé à près de 56 000€ HT. Il comprend l'achat des huit caméras (la commune a demandé à l'Agglo du Puy de prendre en charge deux d'entre elles pointées sur son secteur de compétence) et leur implantation, ainsi que celle d'une station wifi nécessaire au vu de la topographie de la commune pour pouvoir transmettre les images à un enregistreur qui les stockera quelques jours. Ce à quoi il faut ajouter les travaux de câblage électrique.
Si la Région Auvergne-Rhône-Alpes accorde une aide à hauteur de 20% du montant de ces travaux, la municipalité est toujours dans l'attente d'une validation de subvention DETR (Dotation d'équipement des territoires ruraux) attribuée par l'Etat. "Nous pouvons prétendre à une aide de 60% de la part de l'Etat, sur le devis global, hors engagement de l'Agglo", précise Jean-Pierre Brossier. La réponse de l'Etat concernant ce dossier devrait être connue d'ici le mois de mars 2020.

Stéphanie Marin

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire