Mobilité douce : quel chemin reste-t-il à parcourir ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Mobilité douce : quel chemin reste-t-il à parcourir ?

Date : 17/09/2019 | Mise à jour : 18/09/2019 08:56
Partager

L'usage du vélo représente moins de 1% des déplacements sur le département. Les principaux freins à sa pratique seraient en partie liés à la forte déclivité du territoire, aux conditions météorologiques ainsi qu'aux aménagements destinés aux vélos.

Alors que la 18e édition de la Semaine européenne de la mobilité a débuté hier, lundi 16 septembre 2019, l'Union française des industries pétrolières annonce une hausse des prix de 4 à 5 centimes d'euros prévisible des carburants à la pompe suite à l'attaque par des drones d'installations pétrolières de la compagnie saoudienne, Aramco, le samedi 14 septembre. Voilà une formidable occasion pour croire (naïvement) en la capacité de l'être humain à changer de comportement, bien décidé à raccrocher son volant, trop agacé de mettre toujours plus la main à la poche, et préférer son vélo ou la marche à pied.

>> A lire : Le Puy : nouveau coup de pédale au pied d'une pente raide

Mais encore faut-il que tous les éléments soient réunis pour pouvoir opter pour la mobilité douce. Et on ne parle pas seulement des conditions météorologiques. L'argument n'est d'ailleurs presque pas valable, en tout cas pas tout au long de l'année ; il suffisait de lever la tête vers le ciel ce mardi 17 septembre, pour le comprendre. Dans ces éléments, il faut d'abord prendre en compte la déclivité du territoire puis la distance du déplacement surtout dans un secteur rural comme la Haute-Loire. L'usage du vélo représente moins de 1% des déplacements sur le département alors que le Plan vélo 2018 prévoit un taux de 9% d'ici 2024.

>> A lire aussi : Le Puy : voies cyclables, un projet tout tracé ?

Réduisons maintenant les champs de l'observation à l'échelle de la ville du Puy-en-Velay. Depuis plusieurs mois maintenant, le maire du Puy, Michel Chapuis, ne cesse de le répéter : chaque chantier de voirie engage une réflexion de la municipalité pour la réalisation d'un espace partagé, d'une bande cyclable ou quand c'est possible, ce qui est rare au vu de la topographie de la ville, d'une piste cyclable (séparée de la circulation motorisée).
En matière de vélos électriques, un domaine dont l'Agglo est en charge, Le Puy possède une flotte de 36 deux-roues -- plus quatre à la Maison des services au public de Craponne-sur-Arzon -- ainsi qu'une boutique vélos et des zones de stationnement sécurisées sur la place Michelet, le parking d'Estroulhas et le Pôle Intermodal. 

Continuité des itinéraires, panneaux de jalonnement et stationnement

Des réalisations et offres qui répondent aux attentes formulées par les usagers du service location de vélos électriques de la Communauté d'agglomération. Mais son vice-président chargé des transports, Jean-Paul Bringer, ne le nie pas, il reste du chemin à faire. Ce mardi 17 septembre, dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, l'Agglo du Puy et la Direction départementale des Territoires (DDT) de la Haute-Loire, ont co-organisé un séminaire sur le thème "La mobilité à vélo". "L'idée, c'était de travailler en interne avec des élus, des responsables de service de l'Agglo, du Département et les services de l'Etat. À chaque chantier, pensons vélo et regardons ce que nous pouvons réaliser pour améliorer le bien-être de chacun", précise Jean-Paul Bringer.

> Voir la carte des stationnements vélo au Puy et sa petite couronne

Une réflexion portée sur les déplacements à vélo et piéton sur Le Puy, en s'appuyant sur l'expérience d'autres territoires expérimentés en matière de politique cyclable, à savoir le Département de l'Ardèche et Chambéry Métropole, dont les représentants étaient présents autour de la table. Ces collectivités ont, selon le vice-président en charge des transports à l'Agglo du Puy, "fait le choix courageux de supprimer des voies de circulation pour les voitures", au profit des vélos.
Que les automobilistes se rassurent, au Puy, les actions devraient dans un premier temps cibler la continuité des itinéraires, les panneaux de jalonnement (aussi pour les piétons) et le stationnement. "Tout ne se fera pas en un jour. J'espère que dans cinq ou dix ans on dira que notre orientation était bonne", conclut Jean-Paul Bringer.

Le dossier de l'Agglo retenu dans le cadre de l'appel à projets "Vélo & Territoire"

La réflexion s'accompagnera d'un diagnostic qui sera engagé dès cet automne sur l'ensemble du territoire de l'Agglo du Puy dont le dossier de candidature a été retenu dans le cadre de l'appel à projets "Vélo & Territoire". L’objectif de cet appel à projets lancé au mois de septembre 2018 par le ministère de la Transition écologique et solidaire et l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), est d’accompagner les territoires afin de leur permettre d’anticiper le déploiement du plan vélo en soutenant la définition, l’expérimentation et l’animation de leur politique cyclable.

Stéphanie Marin








Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteJR le 18 septembre 2019 - 10h11
A lire le commentaire de R, il y a encore du boulot. Pour lui se déplacer en vélo est une activité de bobo, alors que pour les petits trajets ça coute bien moins cher qu'en voiture. Il faut sortir un peu et aller voir ce qui se passe par exemple dans les pays scandinaves. Là-bas aussi la météo et la déclivité ne sont pas toujours favorables et pourtant le vélo y est roi, les jeunes, les vieux, les hommes, les femmes, les riches, les pauvres, tout le monde l'utilise.

Signaler un abus

img_journalisteJG le 18 septembre 2019 - 10h11
Pas un élu vraiment en vélo, bien sûr. Cela me rappelle une manif en gare de Langeac ou Langogne pour défendre le train Le Cévenol où aucun manifestant n'était venu par le train!

Signaler un abus

img_journalisteT le 18 septembre 2019 - 08h59
Difficile de faire bouger les mentalités, dans un département comme le nôtre. Les gens n ont aucune volonté sauf celle de critiquer comme « a » et « R ». Et pourtant c'est plus agréable de se déplacer à vélo surtout depuis les nouveaux aménagements, excepté l arrivee en centre ville (on ne peut pas juste peindre un vélo sur un trottoir pour faire une piste cyclable). Continuer comme ça, Cette ville à tellement de retard.

Signaler un abus