La Banque Alimentaire du Puy prête à déménager, mais pour aller où ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La Banque Alimentaire du Puy prête à déménager, mais pour aller où ?

Date : 02/12/2019 | Mise à jour : 02/12/2019 18:42
Partager

L'association ne trouve plus sa place dans les locaux de 400m² situés rue Louis Oudin au Puy-en-Velay, qu'elle occupe depuis plus de 20 ans.

Cela fait quelques années maintenant que le discours du président de la Banque Alimentaire de Haute-Loire, Jean-Marie Guérault, pour le lancement de la Grande collecte s'accompagne d'un appel du pied aux collectivités locales pour l'obtention de nouveaux locaux. Le bâtiment qui abritait autrefois un atelier de dentelle, reçoit depuis 20 ans les bénévoles et une partie aujourd'hui des denrées collectées par l'association. Une partie car faute de place, les produits frais et surgelés sont stockés chez Multi-Transports et les Entrepots frigorifiques du Velay. Mais le manque de place n'est pas le seul problème de ce bâtiment d'une surface d'environ 400m² où sont stockées 160 tonnes de denrées soit deux fois plus qu'il y a 20 ans. "Les locaux sont vétustes et ne sont pas adaptés à des activités de logistique, on ne peut pas travailler avec des chariots élévateurs pour pouvoir manutentionner des palettes, on n'a pas de quai etc", s'inquiète Michel Renault, président de la Banque Alimentaire Auvergne.


(Au lendemain de la Grande collecte, les bénévoles de la Banque Alimentaire du Puy s'activent dans "leur ruche" pour trier et ranger les denrées collectées. Photo © Zoomdici - S.Ma)

>> A lire : Banque Alimentaire : 41 tonnes de produits collectés en 2018, et cette année ?

Une voie d'accès trop exiguë

En plus du bâtiment, de son agencement et de son ancienneté, le président régional de l'association et son homologue départemental pointent du doigt sa voie d'accès, trop exiguë pour permettre aux camions de manoeuvrer et même de s'y engager. "Le Puy est l'une des dernières Banques Alimentaires de la région à être logée petitement", résume Jean-Marie Guérault. Et Michel Renault d'ajouter : "Je considère que la situation n'est plus convenable et je n'espère pas en arriver à cette situation, mais la conséquence de tout ça sera de fermer le dépôt qui n'est plus adapté, que ce soit en termes de logistique mais aussi de sécurité pour nos bénévoles."

"A la visite des lieux aujourd'hui, je m'aperçois qu'il y a urgence"

Un message d'urgence, un appel à l'aide adressé au président du Conseil départemental, en visite ce lundi 2 décembre dans les locaux ponots de la Banque Alimentaire. "A la visite des lieux aujourd'hui, je m'aperçois qu'il y a urgence, urgence sécuritaire et aussi sanitaire", réagit Jean-Pierre Marcon. Rappelons que le Département attribue une subvention de fonctionnement, qui permet de financer la location des locaux ponots, de 10 600€ à l'association. 

 
(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Un regroupement d'associations caritatives dans de nouveaux locaux, pourquoi pas...

Le dossier sera donc examiné par les services du Département pour répondre à cette problématique de logement. Le président Marcon préférerait même "que le Conseil départemental puisse acheter des locaux et les rétrocéder par la suite à l'association, peut-être même, en y ajoutant d'autres locaux qui pourraient recevoir des objets à recycler par exemple. Il faut qu'on y réfléchisse avec d'autres associations caritatives situées sur le bassin du Puy et avec qui on peut, peut-être, établir une collaboration. C'est ce qu'on va faire avant la fin de l'année."

>> A lire aussi : Lutte contre la pauvreté : l'Etat et le Département précisent leur plan d'actions

Haute-Loire : la Banque Alimentaire en chiffres

Ce sont environ 160 tonnes de produits qui sont collectées à l'année, dont 70 proviennent du FEAD (des ressources européennes qui pourraient être amputées de moitié pour la période 2021-2027), 50 de la ramasse bihebdomadaire dans les différents magasins du département. Des agriculteurs font également ponctuellement des dons de fruits et légumes. La Banque Alimentaire de Haute-Loire qui compte trois centres (Le Puy, Monistrol et Paulhaguet) les redistribue ensuite à une cinquantaine d'associations parmi lesquelles une grande majorité de centres communaux d'action sociale (CCAS), pour permettre d'aider 5 000 personnes et de servir 320 000 repas. La Grande collecte mobilise quelque 650 bénévoles sur le département. 

Stéphanie Marin

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistePm le 2 décembre 2019 - 22h13
Certainement que le président trouvera de l'aide auprès de son copain Wauquiez puisque qu'il a peut-être encore qques fonctions au sein du parti républicain local ce qui paraît étrange quand on est président d'une association subventionnée

Signaler un abus