Quoi faire d'une vie si on a aidé personne ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Quoi faire d'une vie si on a aidé personne ?

Date : 30/11/2019 | Mise à jour : 01/12/2019 12:07
Partager

C'est la question que se pose Jean-Louis (Quoi faire d'une vie si on a aidé personne ?), bénévole à multiples casquettes mobilisé en faveur de la Banque Alimentaire ce weekend. Nous l'avons rencontré à l'occasion des journées de "La grande collecte de la Banque alimentaire dans les supermarchés du département".

Jean-Louis est bénévole depuis 1982 - soit 37 années de bénévolat, il a mis le pied à l'étrier par hasard, au détour d'un échange avec son pharmacien qui était engagé les soirs, dans un local de vente Emmaüs. Un soir, il lui a proposé de l'accompagner, et petit à petit, le pharmacien s'est rapproché d'une cause plus médicale et à laissé Jean-Louis continuer tout seul . 

Avez-vous un message à passer à celles et ceux qui hésitent à faire du bénévolat ?

"Le bénévolat c'est très enrichissant - il ne faut pas hésiter à zapper à faire un essai dans plusieurs associations, pour voir là ou vous vous plairez le mieux." explique Jean-Louis. Et il complète avec "La vie nous gâte on peut bien donner aux autres". Même son de cloche pour le second : "Certaines associations connues peuvent décevoir" - nous Confie Alain, "mais il faut rebondir et trouver celle qui sera en accord avec ce que l'on cherche, ne pas s'arreter à un premier essai non concluant." .

Un partenariat gagnant/gagnant pour les grandes surface. 

Antoine - Responsable Intermarché Saint-Paulien nous explique pourquoi son enseigne joue le jeu de la solidarité et accueille les bénévoles des associations qui se regroupent en faveur de la Banque Alimentaire : "Pour s'engager (à notre échelle) en faveur des plus démunis, tisser des liens avec le milieu associatif local, mais également dans un soucis de cohérence; comme toutes les grandes surfaces jouent le jeu, nous aussi. On donne pour cette occasion à la Banque Alimentaire mais de la même manière que l'on donne déjà aux associations locales."

Surstock - DLC courtes, lutter contre le gaspillage alimentaire. 

Si les grandes enseignes participent c'est aussi pour lutter contre le gaspillage alimentaire. "On donne les produits à DLC courte et certains sur-stock, comme à cette occasion une vingtaine de jus d'orange à DLC proche (qui reste consommable une année après sa date de péremption), ça permet de lutter contre le gaspillage alimentaire." - nous explique Antoine.

Le bénévolat, une affaire de famille ?

Clignotant à gauche, le véhicule-navette de collecte quitte Auchan pour rejoindre Leader Price, nous lui emboitons le pas à la découverte d'Alain. Il a endossé le temps d'un weekend le rôle de navette et vogue d'un centre commercial à l'autre pour récupèrer et charger les collectes vers le point central avant tri. Et tout ça, car il a pris "conscience que les nécessiteux méritent du temps , son temps" et dans cette aventure son fils Thomas l'accompagne pour lui donner un coup de main, visiblement la générosité se transmet de père en fils.

A.M.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteM le 2 décembre 2019 - 10h58
c'est drôle de constater que les grandes surfaces si souvent décriées participent activement que font les défenseurs de l'anticapitalisme ? les agriculteurs? et oui il y a plus démunis qu'eux et ils ne saccagent rein, ne bloquent personne un peu d'humilité et bravo aux bénévoles il faut du courage pour s'engager

Signaler un abus