Trois arbres abattus pour permettre la réouverture du parking du Breuil sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Trois arbres abattus pour permettre la réouverture du parking du Breuil

Date : 19/11/2019 | Mise à jour : 20/11/2019 07:56
Partager

Deux arbres avaient été en partie sectionnés et présentaient un danger. Il a fallu les abattre pour permettre la réouverture du parking en début d'après-midi ce mardi.

Décidément, ce parking est maudit ! Il avait fallu près de six mois pour la remise en service de la barrière, qui avait été incendiée par les Gilets jaunes le 1er décembre 2018. Six mois durant lesquels le parking avait été plongé dans "l'anarchie la plus complète", selon le maire du Puy Michel Chapuis.
En ce mardi 19 novembre 2019 après-midi, il est de nouveau accessible, après avoir été fermé le temps de la fête foraine, soit du 12 octobre au 11 novembre... et un peu plus avec ce sinistre.

Le maire du Puy a porté plainte contre X dès vendredi dernier

Depuis le départ des forains, deux platanes ont en effet été sectionnés. Impossible pour autant d'établir un lien certain entre les deux faits et le maire du Puy Michel Chapuis tient absolument à ne pas jeter l'opprobre sur ces derniers, bien qu'il soit outré par cet acte de vandalisme. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il a porté plainte contre X, dès vendredi dernier.
"C'est très malheureux, surtout que ce sont de très vieux arbres et je condamne fermement cet acte odieux, c'est déplorable", a-t-il commenté. Une enquête a été ouverte et tentera de faire la lumière sur ce triste événement. La vidéoprotection pourrait aider à comprendre ce qui s'est passé.


Un périmètre de sécurité face au risque de voir chuter l'un des platanes

Constatant les faits mercredi dernier, les services municipaux ont aussitôt décrété qu'il était nécessaire d'établir un périmètre de sécurité, le risque de chute de l'un des grands platanes sur le parking étant trop important.
Après quelques jours de réflexion et le passage d'experts qui ont jugé la coupe trop profonde, il a été constaté que ces arbres étaient condamnés et qu'il fallait les abattre ce mardi matin. Dans le prolongement, un troisième arbre était malade et il a été convenu qu'il subirait le même sort.


Vers 9h30, il ne restait plus que trois maigres souches comme vestiges de ces arbres centenaires

Pour être tout à fait précis, il n'était pas possible de les abattre, leur chute pouvant provoquer de très importants dégâts sur le parking. Il a donc fallu les élaguer puis les étêter, couper la cime et procéder de la sorte jusqu'au pied de l'arbre.
Trois élagueurs des services techniques municipaux étaient à pied d'oeuvre ce mardi matin depuis 7h30. Vers 9h30, il ne restait plus que trois maigres souches comme vestiges de ces arbres centenaires.

Parking réouvert et volonté de replanter des arbres à l'identique

Ensuite, il fallait débiter tout ce bois puis ramasser toutes les feuilles avant l'ouverture du parking, qui était effective ce mardi en début d'après-midi. 
Le maire du Puy Michel Chapuis nous a confié sa volonté de replanter des arbres au même emplacement ; ce devrait également être des platanes.



Maxime Pitavy



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteMH le 20 novembre 2019 - 19h00
HM 20/11/2019 - 18h53. Pourquoi avoir attendu qu'ils s'en aille pour constater les dégradations?. Un état des lieux à leur arrivée puis un autre avant leur départ, c'est pas compliqué!. Si ils ont utilisé une tronçonneuse pour commettre ces dégâts, personne n'a rien vu, rien entendu! comme d'habitude!. Bientôt les élections municipales, je doute de la suite donnée à la plainte!.

Signaler un abus

img_journalistemH le 20 novembre 2019 - 14h02
pour ma part c'est terminé la vogue......je ne perds pas grand chose vu c e que c'est devenu......je garde la nostalgie de ce que c'était quand j'étais petite......il y a un peu longtemps....cela ne me manquera pas du tout, et je boycotte, tant pis pour les forains corrects.......

Signaler un abus

img_journalisteM le 20 novembre 2019 - 13h37
Etonnant de voir encore pareille manifestation d'un autre temps en centre ville avec ce que cela comporte en terme de risque en matière de sécurité, de pollution sonore. La ville qui se veut écolo n'a rien à faire des nuisances subies par les riverains pourtant n'est ce pas au Maire de faire appliquer la loi notamment contre le bruit et en cas de défaut au Préfet. En plus on les reçoit en mairie et on leur accorde des facilités (electricité etc.)

Signaler un abus