Sans surprise, Michel Joubert élu Président de la nouvelle agglomération du Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Sans surprise, Michel Joubert élu Président de la nouvelle agglomération du Puy

Date : 04/01/2017 | Mise à jour : 04/01/2017 14:46
Partager

Peu de femmes, peu de changement, peu de jeunes et aucune opposition dans le bureau de la nouvelle collectivité (composée de 81 669 habitants pour un budget total de 100 millions d'euros) : c'est le premier constat à l'issue de la première réunion de cette nouvelle assemblée.

Rencontre protocolaire et symbolique ce mardi soir salle Jeanne d'Arc au Puy-en-Velay afin d'élire le nouveau Président de l'agglomération du Puy.
C'est en effet un tournant majeur dans l'histoire de la collectivité, avec la mise en place de la loi NOTRe, qui métamorphose en profondeur son fonctionnement : elle passe de 28 communes à 71, de 54 conseillers à 95 et recense désormais 81 669 habitants.

Coup de théâtre : ce n'est pas Michel Joubert qui se lève, mais Michel Chapuis, le maire du Puy

C'est Adrien Gouteyron, le doyen d'âge des élus présents, qui a présidé la séance jusqu'à l'élection du Président. Le maire de Rosières, ancien sénateur, a souhaité que cette nouvelle collectivité "serve ses habitants" et qu'elle soit "un moteur pour le département". Il demandait ensuite à l'assemblée qui souhaitait se présenter. A la surprise générale, ce n'est pas Michel Joubert qui se levait, mais Michel Chapuis, le maire du Puy-en-Velay.
Mais ce n'était pas pour concurrencer le maire de Chaspuzac qu'il prenait la parole, mais bel et bien pour lui apporter son soutien et demander aux autres élus d'en faire de même, soulignant notamment "l'excellent travail réalisé au cours de ces dernières années". Un seul autre élu se levait : Michel Laurent, adjoint au maire de Saint-Germain-Laprade. Le conseiller d'opposition n'allait cependant pas faire le poids dans les urnes, avec un résultat sans appel : Michel Joubert l'emportait avec 78 voix contre 12 pour Michel Laurent (5 blanc ou nul).

"Chacun voudrait que l'agglo fasse beaucoup, mais a contrario, chacun voudrait garder la main..."

Se disant "prêt à y consacrer toute mon énergie", Michel Joubert a tenu à tempérer quant aux difficultés de ces fusions. "Tout est à inventer, je n'ai pas la clef, pas plus que chacun d'entre vous", a-t-il glissé avant de mettre en garde : "chacun voudrait que l'agglo fasse beaucoup, mais a contrario, chacun voudrait garder la main... C'est la quadrature du cercle... autant dire impossible". Pour le maire de Chaspuzac, l'intercommunalité n'est pas "la supra communalité", avec "un empilement de compétences sans grande logique". Il estime au contraire qu'il faut "laisser leur place aux communes et s'appuyer sur elles [...] la proximité au service du citoyen doit être en permanence notre leitmotiv et il faut aussi que nos communes acceptent de jouer le jeu et ne renvoient pas tout à l'agglo".
Il a enfin souligner une ombre au tableau : "le lobby des grandes métropoles urbaines, qui réclame toujours plus de moyens, et qui a réussi à faire reporter la réforme visant à un rééquilibrage réél des ressources en faveur du milieu rural", un lobby qui a réussi à "reporter cette réforme à 2018 dans un premier temps... puis à carrément la faire annuler cet automne", avant de conclure : "reste une nouvelle fois les bonnes paroles pour le monde rural".

Célestin Quincieu, futur nid de la collectivité ?

La salle Jeanne d'Arc a accueilli la réunion des élus mais à court terme, il faudra trouver un autre espace pour réunir les 95 élus. Le site de Célestin Quincieu, doté d'une salle événementielle polyvalente, serait pressenti pour être le futur nid de la collectivité.

Marathon des vice-présidents et plaisanteries potaches

Venait ensuite la désignation des vice-présidents : l'assemblée décidait, en votant à main levée, de fixer à 15 le nombre de vice-présidents, le maximum autorisé par la loi, rappelons-le. "C'est notre choix et croyez-moi, chacun sera bien occupé", ajoutait le Président Michel Joubert. La décision était approuvée par les élus, avec seulement une abstention. Il en était de même pour la proposition suivante, à savoir désigner six membres supplémentaires du bureau.
Le marathon des vice-présidents pouvait alors débuter car pour désigner chacun d'eux, le vote à main levé n'étant pas autorisé, l'urne devait circuler auprès des 95 élus... Un protocole interminable qui a laissé place à quelques plaisanteries potaches de certains élus, qui au lieu de voter pour le candidat proposé, désignait des personnalités telles que Laurent Wauquiez ou encore Simone Weil... Des enfantillages dignes d'une classe de collège au moment d'élire le délégué de classe.

Le détail du bureau de la nouvelle agglo

Le maire du Puy Michel Chapuis devient le premier vice-président (74 voix sur 95). "Sa commune représente plus d'un quart des habitants de cette collectivité", a souligné le Président Michel Joubert en appuyant sa candidature, comme un renvoi d'ascenseur après le discours d'introduction de Michel Chapuis pour soutenir sa candidature comme Président. 
Viennent ensuite, dans l'ordre, Jean-Paul Bringer de Brives-Charensac (77 voix), Willy Guieau du Puy (72 voix), Jean-Benoît Giraudet de Saint-Vincent (85 voix), Corinne Goncalves du Puy (74 voix), Laurent Mirmand de Craponne-sur-Arzon (87 voix sur 95, soit le meilleur score du soir), Madeleine Rigaud de Polignac (85 voix), Gérald Gros de Saint-Vidal (82 voix), Adrien Defix de Coubon (74 voix), Philippe Meyzonet de Félines (81 voix), Jérôme Bay du Brignon (75 voix), Michel Roussel d'Aiguilhe (79 voix), Franck Paillon de Blavozy (83 voix), Eric Raveyre du Puy (68 voix) et enfin Denis Eymard de Saint-Paulien (70 voix).
Les six membres supplémentaires du bureau sont Michel Decolin de Bains (67 voix), André Reynaud d'Espaly (66 voix), Elizabeth Raffier du Puy (84 voix), Philippe Joujon de Vals (58 voix, le plus faible score du soir), Thierry Mourgues d'Arsac-en-Velay (69 voix) et Brigitte Bénat (79 voix).

Peu de femmes, peu de changement, peu de jeunes et aucune opposition

Si l'on s'attarde un instant sur cette nouvelle assemblée, on constate que le bureau ne comptera aucun membre de l'opposition, ce qui n'est guère surprenant. On note aussi que parmi les 15 vice-présidences, seules deux reviennent à des femmes (Corinne Goncalves, 5ème vice-présidente et Madeleine Rigaud, 7ème vice-présidente). La jeunesse n'est également guère promue : sans mentionner l'âge des élus (par respect pour leur intimité), on constate qu'aucun n'a moins de 40 ans et qu'ils ne sont que quatre à être âgé de moins de 50 ans. Le benjamin du bureau est Willy Guieau.
Enfin, on observe qu'il n'était pas facile de se frayer un chemin sans faire partie de l'ancienne agglomération du Puy-en-Velay. Seuls quatre élus y sont parvenus : Jean-Benoît Giraudet de Saint-Vincent, Laurent Mirmand de Craponne, Philippe Meyzonet de Félines et Denis Eymard de Saint-Paulien.
L'ancienne agglo comptait 14 vice-présidents, seuls Michel Decolin, André reynaud et Brigitte Bénat n'ont pas été reconduits, en étant cependant tous membres supplémentaires du bureau.


Maxime Pitavy

>> Liste des 95 conseillers communautaires

Marie-Josée ALLEMAND
Magalie ALLIBERT
Georges ASSEZAT
Jean Marie BADIOU
Caroline BARRE
Sylvie BARBE
Paul BARD
Jérôme BAY
Brigitte BENAT
Jean Paul BÉRARD
René BERTHON
Roselyne BEYSSAC
Bernard BONNAL
Jean Claude BONNEBOUCHE
Jean Luc BORIE
Annie BOUCHET
Pierrette BOUTHERON
Daniel BOYER
Jean Marc BOYER
Bernard BRIGNON
Jean Paul BRINGER
André BRIVADIS
Catherine CHALAYE
Gérard CHAPELLE
Michel CHAPUIS
Guy CHOUVET
Yves COLOMB
Gérard CONVERT
Laetitia CORNU
Didier DANTONY
Michel DECOLIN
Adrien DEFIX
Yves DEVEZE
Eric DUNIS
Denis EYMARD
Guy EYRAUD
Jean Claude EYRAUD
Michel FILERE
Michel FORESTIER
Alain FOUILLIT
Cécile GALLIEN
Marc GIRAUD
Jean-Benoit GIRODET
Jean-François GISCLON
Roland GOBET
Corinne GONCALVES
Adrien GOUTEYRON
Gérard GROS
Willy GUIEAU
Albert HERITIER
Nadine HERITIER BRANCO
Laurent JOHANNY
Michel JOUBERT
Philippe JOUJON
Jean-Noël LAPEYRE
Michel LAURENT
Alain LIOUTAUD
Danielle MALARTRE
Maguy MASSE
Sébastien MASSON
Paul MAURY
Gilbert MEYSSONNIER
Philippe MEYZONET
Laurent MIRMAND
Jean-Pierre MORGAT
Christiane MOSNIER
Thierry MOURGUES
Christine NOTON
Franck PAILLON
Gilbert PEYRET
Geneviève PIGER
Huguette PORTAL
Maryse POURRAT
Elisabeth RAFFIER
Eric RAVEYRE
André REYNAUD
Jean-Yves REYNAUD
Madeleine RIGAUD
Bernard ROBERT
Pierre ROBERT
André ROCHE
Michel ROUSSEL
René SAINTENAC
Yves TAFIN
Christine THIVAT
Jean-Pierre TOURETTE
Jean-Dominique TOUSSAINT
Christelle VALANTIN
Maurice VALENTIN
Eric VALOUR
Isabelle VERDUN
Jean-Paul VIGOUROUX
Ginette VINCENT
Marie-Pierre VINCENT
Jacques VOLLE

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteA le 5 janvier 2017 - 09h31
On change mais on ne change rien ! Comme le chantait très justement il y déjà quelques décennies Françoise Hardy ... "c'est le temps des copains et de l'aventure" à quand la plaque de verglas ?

Signaler un abus

img_journalisted le 5 janvier 2017 - 08h04
Quelle tristesse de voir ces résultats. Pas de démocratie, pas d' ouverture,. Il y avait plein d'élus de talent, plus ouverts pour diriger cette agglomeration. Et comme signe du changement, on trouve mieux....

Signaler un abus

img_journalisteM le 4 janvier 2017 - 20h05
simulacre de démocratie l'ombre de la parka rouge plane. Les moutons ont voté comme un seul homme. Par solidarité pour les vice-présidents non réelus on crée des postes de bureau les vacations réduiront la perte du "fixe" les petites communes plus nombreuses se font manger et régleront néanmoins l'ardoise. Où sont les femmes ?

Signaler un abus