Retour à l'école : FO invite les enseignants à faire jouer leur droit de retrait sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Retour à l'école : FO invite les enseignants à faire jouer leur droit de retrait

Date : 09/05/2020 | Mise à jour : 11/05/2020 10:01
Partager

Ce sont des paquets de masques à trois plis reçus dernièrement qui ont fait déborder le vase des personnels enseignants en Haute-Loire. Les mentions « ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses » sur l’étiquette et « ce produit n’est pas un dispositif médical » n’avaient rien pour les rassurer.

Le syndicat Force Ouvrière 43 s’est donc emparé du sujet (la photo provient de l'école de Céaux d'Allègre et a été transmise à l'Inspection d'académie vendredi, ces mêmes masques ont été distribués dans plusieurs écoles de Haute-Loire). Il alerte, par voie de presse, de la mise en danger des personnels des écoles à partir de la reprise du 11 mai.

Déjà pendant le confinement, les personnels qui ont accueilli les enfants des parents réquisitionnés n’étaient équipés que de masques chirurgicaux qui ne protègent donc pas la personne qui les porte mais son entourage contre ses projections de gouttelettes. « Depuis le 1er jour du confinement, notre revendication portait sur des masques protecteurs, type FFP2, comme le prévoit le code du travail », insiste Vincent Delauge, responsable FO43 enseignement et formation professionnelle, ce samedi 9 mai.

Il reste la distanciation et les gestes barrière. « Mais nos collègues qui ont eu à accueillir cinq enfants maximum dans les écoles pendant le confinement nous ont dit que c’était impossible de respecter ces distances », rétorque-t-il. D’autant que les plus jeunes (en maternelle et élémentaire) ne porteront pas de masque barrière. « Les parents sont censés leur prendre la température régulièrement, mais on n’a aucune assurance que ce sera fait », s’inquiète le syndicaliste.

Très vite pas assez de masques ?

En collège, à partir de la reprise du 18 mai, puis en lycée à partir de juin si la Haute-Loire reste en vert, les élèves, eux, devront porter des masques grand public, évitant ainsi a priori de projeter leurs gouttelettes sur les personnels ou leurs camarades. Mais ça ne rassure pas pour autant Vincent Delauge : déjà qu’il n’y a pas assez de masques pour le 1er degré, on verra bien le 18 dans les collèges ! Et d’étayer avec l’exemple d’une école qui vient de recevoir 50 masques à distribuer aux écoles alentours. Mais sa propre consommation voudrait que l’établissement utilise 48 masques par semaine puisqu’il faut deux masques par jour par adulte. Les réapprovisionnements arriveront-ils à temps ?

« Ces masques c’est un scandale d’État, poursuit Vincent Delauge, le premier protocole sanitaire avant le 4 mai prévoyait des masques obligatoires pour tous les usagers de l’école, adultes comme enfants. L’État s’est rendu compte qu’il n’était pas en capacité de le faire donc il retire l’obligation aux enfants ». Pour lui, « on s’assoit sur toutes les règles de sécurité sanitaire pour que l’école soit la garderie du Médef pour permettre aux parents de retourner au travail ! » Il en veut pour preuve également l’interdiction de rassemblements de plus de 10 personnes. Or dans une classe de collège, il pourra y avoir 15 élèves, plus l’enseignant, plus éventuellement un ou deux AESH (Accompagnants des Élèves en situation de handicap), un service civique… « on peut aller jusqu’à 21 personnes dans une classe ! »

Deux heures par jour pour le lavage des mains

Cette « garderie du Médef » s’apparentera plus, selon lui, à un « système carcéral ultra traumatisant ». Et d’illustrer : « Comment expliquer à un petit de maternelle qu’il ne peut pas entrer avec son doudou ? Qu’il n’a pas le droit d’approcher la maîtresse qu’il n’a pas vue depuis six semaines ? Qu’il ne doit pas toucher ses copains ? Tout ça ne répond pas à leurs besoins ». Rien que le lavage des mains à chaque occasion prévue par le protocole prendrait deux heures dans la journée selon les calculs d’une collègue de l’école La Borie Darles de Brioude. Le syndicaliste fait remarquer que l’Inspectrice d’académie elle-même, Marie-Hélène Aubry, a indiqué « qu’on ne rentre pas à l’école pour faire classe ». Il la prend au mot quand elle déclare, dans nos colonnes la veille, que « si c’est pour avoir des enfants statufiés, ça ne sert à rien de les remettre à l’école ! » Elle a beau assurer que ce ne sera pas le cas, le représentant FO rappelle que, selon lui, elle n’a fourni aucun argument prouvant l’inverse.

Quant au chiffre de 90 % d’écoles prévues pour rouvrir dès cette semaine en Haute-Loire, il en doute fort. « Nous avons répertorié des dizaines d’écoles qui ne rouvriront pas, notamment dans le Brivadois. »

Dans les cas des écoles qui ouvriront, Vincent Delauge ne peut pas exclure que des embouteillages se créent devant l’entrée avec des élèves refoulés dès que le quota des 10 élèves en maternelle et 15 en élémentaire sera atteint. Dans certaines écoles, il a été demandé aux parents d’indiquer deux jours par semaine où il souhaitaient envoyer leurs enfants en classe. « Ce n’est pas le cas partout », indique le syndicaliste.

Certains parents n'ont pas vraiment le choix

Au passage, Pascal Samouth glisse que le volontariat des parents confiant leurs enfants à l’école « n’en est pas vraiment un » puisque « certains sont bien obligés de retourner au travail tous les deux pour éviter encore une perte de salaire qu’ils ne pourraient pas absorber ».

Outre des masques protecteurs, une pétition FO, FSU, UNSA, CGT et FCPE demande le dépistage systématique de tous avant le retour à l’école. Celle-ci a recueilli plus d’un millier de signatures. « C’est ce qui se fait au Bénin, avec quarantaine pour tous les cas suspects », remarque Pascal Samouth, le secrétaire général de FO43. Et quand on lui rappelle qu’une personne dépistée négative un jour peut être positive le lendemain, il répond que « c’est toujours l’argument donné pour ne pas tester mais les dépistages devraient être faits au moins régulièrement ».

> Lire aussi : Masques à l'école : les réponses de l'Inspectrice d'académie (11/05/2020)

Le préfet tenu pour responsable

Compte tenu de toutes ces considérations, Force Ouvrière a une pensée pour les directeurs d’écoles, déjà sous pression avant même l’épidémie ; on se souvient du suicide de Christine Renon en Seine Saint-Denis en septembre dernier. Une quarantaine de directeurs d’écoles de Haute-Loire sont affiliés FO, soit un quart des effectifs. « Ils expriment leur colère, leur amertume du poids qui pèse sur leurs épaules si jamais des enfants ou des personnels étaient contaminés dans leurs établissements », confie Vincent Delauge. Ce samedi matin, le Sénat a obtenu gain de cause : la loi sur le déconfinement fera bien la distinction entre la responsabilité des autorités nationales qui ont décidé de la stratégie de ce déconfinement, et les acteurs locaux (maires, directeurs d’écoles et employeurs) qui n’en sont que les exécutants. Pour FO, c’est bien le préfet qui doit être juridiquement responsable : « Il l’a dit lui-même : ‘ce n’est pas aux maires de fermer des écoles, c’est à moi’ ».
Ce lundi 11 mai, pour la reprise, FO invite les enseignants à faire jouer leur droit de retrait. Ce qui signifie se présenter sur place et remplir les listes de personnels participant à faire remonter au syndicat. Un préavis de grève lancé dans l’enseignement au niveau national couvre les décisions collectives.
Annabel Walker

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 14 mai 2020 - 09h27
Les profs se sont promenés pendant deux mois, encore une stupidité. Les profs ont assuré les cours pendant le confinement, qui peut contester ça ? Certains sont remontés car ils ont eu leurs gosses dans les pattes pendant deux mois, plus de garderie ça craint ! Heureusement qu'il y avait Netflix et les téléphones mobiles... Gardez vos critiques super constructives.

Signaler un abus

img_journalisteG le 13 mai 2020 - 18h27
C est inadmissible, leur seul préoccupation c'est de partir le 1 juillet en vacances, mais pour reprendre l école surtout pas ils ont peur du covid 9 et pourtant ils se sont promenés pendant 2 mois. De tout façon l année scolaire 2020 est foutu , janvier en grève,puis vacances en février,puis confinement. Et je suis sûr à la rentrée prochaine qu ils vont faire grève.

Signaler un abus

img_journalisteM le 11 mai 2020 - 17h28
Mais quelle honte de proposer cela !! Heureusement que les personnes qui ont travaillé durant toute cette période n'ont pas eu cette lâcheté !!! Mais comment est-on capable de demander à des enseignants de déserter........alors que nous avons tous besoin de nous serrer les coudes !!!

Signaler un abus