Prélèvement à la source : les explications de la directrice des finances publiques en Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Prélèvement à la source : les explications de la directrice des finances publiques en Haute-Loire

Date : 04/01/2019 | Mise à jour : 04/01/2019 18:12
Partager

Valérie Michel-Moreaux passe au crible la réforme du prélèvement à la source, alors que plus de 30 % des usagers se trouvaient en difficulté avec des problèmes de trésorerie jusqu'à présent.

"Désormais, les Français paieront leutr impôt à la source, ce qui constitue l'une des plus importantes réformes du quinquenat". Le Ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin est fier de cette réforme et compte bien qu'elle soit appliquée avec brio sur l'ensemble du territoire.
À l'échelle locale, en Haute-Loire, c'est la directrice des finances publiques départementale qui reprend le flambeau pour porter cette réforme et en expliquer les contours. Elle répond aux questions de la rédaction de Zoomdici.

Concrètement, qu'est-ce qui va changer pour les habitants de Haute-Loire ?


Ce qui va changer pour les résidents du département, c'est que leur impôt sera réglé au fil de l'eau la même année de perception de leurs revenus. Autrement dit, au moment où ils perçoivent leur salaire, l'impôt sera réglé à hauteur de ce qu'ils doivent en toute équité en fonction de la déclaration d'impôts qu'ils ont faite et du taux qui leur est applicable. 

Cette mesure concerne les salariés ?


Oui, et il y a aussi les retraités, les indépendants, qui n'ont pas de bulletin de paye mais un accompte qui sera versé ou préleve sur leur compte bancaire

Quelle est l'idée principale de ce prélèvement à la source ? Près d'un tiers de la population se retrouvait en difficulté à cause de ce décalage, ce devrait être un moyen d'y mettre un terme ?




Pour les services des finances publiques, c'était un gros travail en amont. Le prélèvement à la source est désormais effectif, mais a-t-on perçu des bugs ? 


Non non, le système fonctionne parfaitement, nous sommes là aussi pour rassurer les usagers car un nouveau système apporte son lot d'interrogations mais tout a été testé techniquement des mois auparavant et non, comme l'a dit notre Ministre, il n'y a eu aucun bug et d'ailleurs on a constaté dès le premier jour 800 000 usagers qui sont allés sur le site web pour consulter leur situation, voire faire des modifications, ce qui a été le cas pour plus de 300 000 personnes dès le 2 janvier.

Doit-on alors vite aller vérifier sa situation ?


Non, car la plupart des usagers n'ont aucune modification à faire car on n'a pas non plus des naissances ou des départs en retraite par exemple tous les ans. Un divorce, une perte d'emploi ou une chute de salaire peuvent également être des critères impliquant une modification.

Les usagers se plaignent parfois de la dématérialisation du service, avec notamment la fermeture de centres des impôts. Ceux de Saint-Paulien, Saugues et Vorey devaient fermer au 1er janvier mais ils ont obtenu un sursis. Le bilan demeure cependant préoccupant : en neuf ans, 73 emplois ont été supprimés en Haute-Loire. Là, quoi, qu'il arrive et en cas de doute sur une situation, on peut toujours avoir un interlocuteur n'est-ce pas ?


Bien évidemment. Il y a déjà Internet, qui est un service 7j/7, 24h/24, on est de chez soi et c'est confortable mais on peut aussi appeler la plateforme gratuitement au 0 809 401 401, qui permet d'avoir un interlocuteur, un agent des finances publiques qui peut prendre en charge toutes les demandes de modification. Enfin, si on a un soucis plus prononcé ou que le téléphone n'est pas adapté, on peut toujours se rendre physiquement à son service des impôts des particuliers de proximité.


Propos recueillis par Maxime Pitavy






Ce qu'il faut retenir : 



* Si votre situation n'a pas changé depuis votre dernière déclaration de revenus, vous n'avez rien à faire : le taux « foyer » qui figure sur votre avis d’impôt reçu en 2018 sera automatiquement appliqué. Si vous avez déjà opté pour un autre taux (individualisé au sein de votre couple ou non personnalisé), c’est bien ce dernier choix qui sera pris en compte.

* Si votre situation de famille a changé en 2018 ou si vous souhaitez moduler votre taux à la suite d'une évolution de vos revenus : vous pouvez le faire depuis le 2 janvier (et tout le long de l'année 2019) grâce au service en ligne « gérer mon prélèvement à la source ». Ce service est accessible sur internet 24h/24 depuis votre espace sécurisé sur impots.gouv. Si vous n’avez pas d’ordinateur, d’accès à Internet ou si vous éprouvez des difficultés avec l’informatique ces démarches pourront également s’effectuer par téléphone au 0 809 401 401.

Dans ces centres de contact gérés par la DGFIP, les agents des finances publiques qui répondront aux questions sur le prélèvement à la source sont joignables du lundi au vendredi de 8h30 à 19h.
Vous pouvez également effectuer vos démarches au guichet de votre service des impôts des particuliers. Ces changements seront pris en compte le mois suivant dans le cas général (ou celui d'après), selon qu'ils sont réalisés en début ou fin de mois, et selon les dates d'envoi des taux aux collecteurs qui vous versent des revenus.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisted le 7 janvier 2019 - 18h54
Enfin une réforme technique utile. Et qui ne concernera que 47% des foyers fiscaux payant l impôt sur le revenu.. .donc les "pauvres" gilets jaunes roulant dans des grosses berlines ou avec d'énormes motos ne devraient pas être concernés.

Signaler un abus

img_journalisteJG le 7 janvier 2019 - 13h03
Encore une fake new! Non l'Etat ne recevra pas "son fric" plus vite : il en recevra moins chaque mois des ex mensualisés et moins au total à chaque trimestre des non ex mensualisés. En plus des délais de versement seront accordés aux entreprises, pour compenser leurs frais, plusieurs mois de délais pour les plus petites!

Signaler un abus

img_journalisteT le 7 janvier 2019 - 00h32
Interwiev sans aucun intérêt. Langue de bois. Nul. Tout va bien. Demerdez vous avec internet! Les gilets jaunes ont encore de beaux jours devant eux !

Signaler un abus