Nouveau et insolite au Puy : un bar à chats ! sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Nouveau et insolite au Puy : un bar à chats !

Date : 29/06/2020 | Mise à jour : 01/07/2020 07:53
Partager

Le concept est original et après Clermont-Ferrand ou Saint-Etienne, c'est au Puy que va ouvrir un nouveau restaurant avec des chats en septembre prochain.

Les bars à chat sont nés au Japon il y a une dizaine d'années. On peut y venir "pour se détendre avec les chats, jouer avec eux, les caliner, prendre des photos, pour se restaurer, prendre soin de soi, faire la sieste, bouquiner ou prendre un thé", explique Stéphanie Cavard, future propriétaire du bar à chats qui devrait ouvrir en septembre prochain rue Grangevieille au Puy, à l'ancien emplacement du restaurant Bambou et Basilic. Un projet financé intégralement sur ses fonds propres (aucune subvention publique).
Il sera également possible d'acheter divers accessoires et objets de décoration autour de l'univers félin. Le concept a rapidement fait mouche dans les grandes villes de l'hexagone, à Paris, Lyon, Clermont-Ferrand ou récemment à Saint-Etienne. Il y en aura désormais un au Puy-en-Velay et il sera le seul de Haute-Loire, ce qui devrait lui conférer une large zone de chalandise.

Attention : ne pas venir avec son chat

Si l'on vient voir et profiter de la compagnie des animaux, il n'est pas possible de venir avec son animal de compagnie (qu'il s'agisse d'un chien, d'un chat ou tout autre type d'animal), pour éviter toute réaction hostile des chats présents sur place.

Des chats de race et des chats de gouttière

Pour lancer son projet, la quadragénaire, qui a travaillé une douzaine d'années à Pôle Emploi au Puy, a lancé une étude de marché. 200 personnes y ont répondu, favorablement (les étudiants sont notamment très demandeurs), et ce qui intéresse les sondés c'est qu'il s'agisse d'un "lieu plus calme qu'un bar ou un restaurant, qu'on puisse voir des animaux que l'on n'a pas l'habitude de voir et que l'on n'a pas chez soi", résume Stéphanie Cavard.
Car c'est l'une des clefs du concept : découvrir des chats de race (un animal peut facilement coûter 1 000 €), comme le Main Coon ou le Sphinx, fascinant chat sans poil venu d'Egypte, mais aussi des chats de gouttière (recueillis, chatons ou chats abandonnés qui viennent de refuges). "Au départ, j'aurai six chats", poursuit-elle, "et peut-être davantage ensuite". L'idée est également de pouvoir en proposer certains à l'adoption, en accord bien sûr avec l'espace animalier du Velay et selon les procédures d'usage.

Les chats ont la cote

Stéphanie Cavard a toujours défendu la cause animale et elle observe que les chats ont particulièrement la cote ces dernières années, avec notamment l'explosion de la bulle internet et ces millions de vidéos où l'on voit des félins faire les pitres.


(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)


Victime du confinement, elle lance une plateforme de financement participatif pour réaliser des précommandes

À l'instar d'Alti Arena, qui a ouvert ses portes ce lundi 29 juin, la quadragénaire a subi de plein fouet la crise de l'épidémie de Covid-19. Elle aurait dû débuter son activité début juin mais le confinement a tout chamboulé, avec en prime des difficultés financières puisqu'elle a tout de même dû faire face à des charges fixes, sans bénéficier d'aucun mécanisme d'aide (la création d'activité ne peut pas, par définition, justifier une perte de chiffres d'affaires par rapport à l'exercice précédent). Ayant racheté les murs, elle se doit de maintenant vite lancer son activité, même si la saison touristique semble ratée pour cette année.
C'est pourquoi, pour la soutenir, il est possible de précommander son premier menu ou sa première consommation sur une plateforme de financement participatif. En plus de la commande, on obtient des promotions, des cadeaux, des réductions ou encore la carte client VIP. Un moyen de lui permettre d'avoir un peu de trésorerie d'avance.

Si l'ancien restaurant proposait une quarantaine de couverts, Stéphanie Cavard n'en proposera qu'une vingtaine pour offir un espace plus aéré, avec du lounge, des canapés et des chaises longues.

Des ateliers, des séances de relaxation, des conférences, des concours, des expos… Le tout, en compagnie des chats !

 
Des canapés et une bibliothèque permettent de se reposer, lire, et même faire la sieste en compagnie des chats. Il y a également le wifi pour travailler, avec un petit espace en salon privé et afin de répondre à une certaine morcellisation du monde du travail. Véritable lieu de vie, le bar à chats proposera des ateliers, des séances de relaxation comme des séances de massage ou de sophrologie... et plein d’événements comme des conférences, des concours, des expos… Le tout, en compagnie des chats !
L'espace sera ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 19h30, sauf les vendredi et samedi soirs où l'ouverture se prolongera en soirée (jusqu'à 22h30 environ). Disposant d'une licence IV, elle aura la possibilité de servir de la bière et du vin même si l'objectif, on l'a bien compris, n'est pas d'organiser de gigantesques apéros.

Un poste d'apprenti à pourvoir

Pour travailler à ses côtés, Stéphanie Cavard a recruté un cuisinier afin de pouvoir proposer des repas chaque midi et elle recherche un(e) apprenti(e) qui pourrait commencer à la rentrée pour l'aider sur la partie service et vente. Aors si vous aimez les animaux et vous souhaitez passer un diplôme de serveur, vous pouvez contacter le restaurant par mail.

Maxime Pitavy





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 2 juillet 2020 - 23h16
Le rêve ! toute le monde aime caresser un joli minou.

Signaler un abus

img_journalisteL le 2 juillet 2020 - 09h40
C'est bien, ca on entend dire que la mairie veut revitaliser le centre ville, mais dans ce secteur au pied de la cathédrale, on voit beaucoup de commerces fermés, de devantures à l'abandon...ne serait-il pas possible de préempter l'achat ou la location pour mettre à disposition de personnes audacieuses et entreprenantes ? On donne bien énormément d'argent pour les associations sportives, l'activité économique est importante. Et la restauration, au moins ça ne se délocalise pas

Signaler un abus

img_journalisteR le 30 juin 2020 - 16h53
Bine souvent quand on fait une étude de marché, il faut diviser les intentions d'achat par deux. J'espère que cela ne se vérifiera pas pour cette dame.

Signaler un abus