Malgré des récoltes en déclin, une bonne année à champignons sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Malgré des récoltes en déclin, une bonne année à champignons

Date : 03/11/2019 | Mise à jour : 03/11/2019 15:59
Partager

Ce week-end du samedi 2 et dimanche 3 novembre s'est déroulée la Foire annuelle aux Champignons à Saint-Bonnet-le-Froid. Plus de 200 exposants et un public nombreux étaient présents autour du champignon, de la gastronomie et du terroir, de l'artisanat... Malgré la météo un peu capricieuse.

Un évènement automnal hétéroclite

Si les champignons, frais ou secs, constituaient le coeur de la Foire, la gastronomie de terroir était également mise à l'honneur par les producteurs et artisans locaux et régionaux, avec vins, fromages, charcuterie, châtaignes et noix, miel et nougats, pommes et cucurbitacées. On trouvait aussi des vêtements - chauds, Saint-Bonnet-le-Froid n'ayant pas usurpé son nom -, des sculptures sur bois, accessoires de modes, confiseries... Ainsi qu'un large choix de plats à déguster sur place : un repas Champigourmand était proposé sur réservation, mais des stands proposaient aussi veloutés de cèpes, soupes à l'oignons, châtaignes grillées, sandwiches à la raclette, crêpes...

Cueillir les champignons...

Certains étals proposaient des champignons tout frais, cueillis dans les jours précédents, où la météo s'y prêtait. C'est le cas de Didier, 53 ans, de Tence, qui tient la boutique Champi-Mignon. "J'en cueille, j'en achète, j'en sèche, et j'en garde frais si j'ai des marchés de prévus", explique-t-il. Il achète notamment à des retraités pour qui le ramassage des champignons est à la fois un loisir et un petit plus financier, de temps à autre. Didier pratique cette activité depuis quelques années, et il remarque que "dans l'ensemble, les récoltes baissent". C'est sans le moindre doute dû au climat, affirme-t-il. "Cette année, il a plu aux bons moments, c'est plutôt une bonne année à champignons comparé aux quelques précédentes. Mais je pense que ça sera de pire en pire".

... Ou bien les cultiver

Pour pallier notamment à cette incertitude, certains cultivent les champignons, comme Eric Simpere, qui tient la Ferme aux Champignons à Saint-Pierre-sur-Doux en Ardèche, tout près de Saint-Bonnet-le-Froid. Le myciculteur de 32 ans a acheté une ferme il y a trois ans, se reconvertissant depuis un emploi d'électrotechnicien. Il cultive des pleurotes et des shiitakés, exclusivement en cave. Il les vend sur sa ferme les mercredis après-midis et samedis matins, et se déplace également sur les marchés de la région. "J'aime toujours découvrir de nouvelles choses et j'ai toujours été passionné par les champignons", précise-t-il pour expliquer son parcours. Entré en contact avec Régis Marcon, il fournit plusieurs restaurants locaux avec ses produits.

Une année à champignons de qualités... à quel prix

"Cette année, les champignons ne sont pas véreux", explique un animateur au micro, "c'est les sècheresses qui sont en cause". En effet, les vers qui viennent parfois se loger dans les champignons ont besoin d'un minimum d'humidité pour se développer, et les canicules de l'été, suivies de longues périodes sans pluie, sont rudes pour ces espèces animales qui contribuent à l'équilibre des écosystèmes. Bien que cela donne des produits de bonne qualité gastronomique, c'est aussi un indicateur inquiétant de l'aridité croissante des sols des forêts, et du changement climatique qui appauvrit chaque année un peu plus la biodiversité.


C.C.

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire