Le Puy : des panneaux solaires pour recharger les véhicules électriques sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Le Puy : des panneaux solaires pour recharger les véhicules électriques

Date : 30/11/2015 | Mise à jour : 30/11/2015 18:07
Partager

Intégralement financée par le groupe Bolloré, la première ombrière photovoltaïque de France a été installée place Michelet, au Puy-en-Velay, alors que s'ouvrait la COP 21 ce lundi.

Une tonne de CO2 économisée chaque année : ce sont les estimations pour cette ombrière composée de 30 m² de panneaux solaires, et qui permet de recharger des véhicules électriques gratuitement (dans un premier temps) en utilisant principalement de l'énergie solaire.
Cette ombrière est qualifiée d'intelligente car elle est capable de stocker l'énergie dans une batterie tampon, l'aboutissement d'un programme de recherches mené par le groupe Bolloré qui lui permet de développer des solutions de production, de stockage et de consommation de l'électricité. Ainsi, on peut recharger son véhicule électrique (de tout type car équipé de deux prises au standard européen T2) de jour comme de nuit à cette borne.

  • Le vice-président de l'agglomération du Puy-en-Velay Willy Guieau, en charge de la transition énergétique et de la gestion des déchets, revient au micro de Zoomdici sur les grandes lignes du projet.






"De la Cop 21 concrète" au Puy

Une première instalation en France donc, de bon augure alors que s'ouvre la COP21 ce lundi et qui permet à la ville du Puy et son maire Laurent Wauquiez (en campagne pour les régionales) de se positionner. L'élu précise : "cette première installation en France prouve que notre ville est loin d'être le Petit Poucet, et devient même pionnière et modèle sur le plan environnemental". 
Le maire du Puy en profite également pour railler les divers gouvernements : "nous, on veut faire de la COP21 concrète, pas comme tous ces chefs d'Etat qui font le tour du monde en avion et polluent énormément".


Quelques chiffres clefs :

- Puissance totale de 5,8 kWc
- Productible annuel de 6 700 kWh
- Batterie de 15 kWh.

 

Une quarantaine de bornes en Haute-Loire

Rappelons que cet équipement n'a rien coûté à la collectivité car c'est le groupe Bolloré qui en a pris intégralement la charge : installation (borne, raccordements), mise en service, maintenance, exploitation. L'ombrière est équipée de deux prises donc deux recharges maximum sont possibles en même temps.
Ce partenariat devrait d'ailleurs dépasser les frontières de l'agglomération ponote puisque le groupe va déployer et exploiter à ses frais 16 000 points de charge électrique en France, dont plus de 300 en Auvergne. Pour le département de la Haute-Loire, une quarantaine de bornes sont escomptées, dont une dizaine pour l'agglo du Puy.
La première idée était que cette installation soit mobile, dans le but de la déplacer au Pôle d'Echange Intermodal (PEI) une fois que ce dernier sera opérationnel. Mais désormais, on s'oriente plus vers la perspective de conserver cette borne à Michelet et d'en développer une autre au PEI.



"C'est la fin du débat, il faut avancer"

En toile de fond sur cette problématique apparaît la fameuse question de l'oeuf et de la poule : est-ce que les véhicules électriques sont peu développés car les infrastructures ne sont pas encore présentes, ou est-ce que les infrastructures ne sont pas installées car il y a trop peu de véhicules électriques en circulation ?
Le vice-président de l'agglo Willy Guieau, en charge de la transition énergétique et de la gestion des déchets, tranche : "c'est la fin du débat, il faut avancer. Le transport électrique ne se développera que si l'infrastructure publique se développe. C'est aussi le rôle de la collectivité d'impulser le mouvement".


Quel intérêt au Puy ?

Même son de cloche chez le député-maire du Puy Laurent Wauquiez : "les collectivités doivent montrer l'exemple en adoptant des modèles de déplacements propres". Le nombre de véhicules électriques est encore modeste sur le territoire de la Haute-Loire mais "La Poste, ERDF Haute-Loire, EGEV, le lycée Charles et Adrien Dupuy, et bien d'autres ont ouvert la voie chez nous", insiste le secrétaire général Les Républicains (LR), "quand on sait que le plein d'une Zoé coûte seulement deux euros pour 160 km d'autonomie, on comprend les enjeux économiques de ces véhicules électriques".
La collectivité veut donc développer l'électrique au sein des voitures de service qu'elle possède, en plus des quatre bus électriques jusqu'alors loués. Le vice-président de l'agglo Jean-Paul Bringer précise : "si tout fonctionne comme on le souhaite, ce partenariat verra son prolongement dans l'acquisition de quatre bus électriques qui seront livrés au printemps prochain. Ils sont plus économiques que les bus thermiques et l'idée est de progressivement remplacer les véhicules de notre parc".

  • Une première borne vient d'être installée, mais ce n'est qu'un point de départ pour en développer d'autres ? La gratuité du service n'est proposée que dans un premier temps ? Pourquoi la collectivité ne possède pas encore les quatre bus électriques ? 




Un ensoleillement et un rendement important en Haute-Loire

Rappelons que le rendement énergétique solaire du département est important avec un ensoleillement équivalent à celui de Toulouse. Ce n'est d'ailleurs pas la première réalisation en Haute-Loire et 7 200 panneaux ont été installés pour une surface totale de 11 500 m² sur le toit de Géant Vals-près-le-Puy (lire).
La production d'énergie n'est toutefois pas tributaire que de l'ensoleillement, il faut également une température relativement basse pour avoir une production optimale. Ainsi, un panneau photovoltaïque installé en plein coeur du Sahara produira, à ensoleillement égal, moins d'énergie qu'en Haute-Loire !


Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteVV le 2 décembre 2015 - 06h54
Aaaah ... L'écologie selon Laurent ... Quelle blague ! Allez faire un tour place Michelet et expliquez-moi où est passé le trottoir. Il n'y en a plus. Ni d'un côté, ni de l'autre de la chaussée. On est maintenant obligé de marcher sur la route. Les piétons sont tout de même et jusqu'à preuve du contraire plus écologiques que les autos, fussent-elles électriques. Il y a vraiment des génies pour autoriser ce genre de choses. Et en plus, est-ce légal de supprimer un cheminement piétonnier ?

Signaler un abus

img_journalistecI le 1 décembre 2015 - 12h56
La ville a passé une consultation d'achat de véhicules électriques en septembre... Vu l'installation offerte par Bolloré (ami de nos politiques), je ne serait pas surpris qu'il remporte le marché au détriment des garages fournisseurs locaux et donc de l'économie locale celle qui crée de l'emploi ici. Les intérêts politiques passent avant les citoyens locaux... ça tombe bien les élections approchent on saura s'en rappeler au moment de voter.

Signaler un abus

img_journalisteam le 1 décembre 2015 - 09h03
LW va peut etre acheter une parka verte !!!

Signaler un abus