L'Eglise de Haute-Loire appelle à l'aide sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

L'Eglise de Haute-Loire appelle à l'aide

Date : 18/06/2020 | Mise à jour : 19/06/2020 06:07
Partager

À l'instar d'une entreprise lambda, l'Eglise de Haute-Loire a souffert du confinement et de l'arrêt complet de ses activités paroissiales. Ses ressources ne provenant uniquement que de la générosité des fidèles, elle lance une double campagne de collecte de dons.

"Contrairement à certaines idées reçues, l'Eglise ne perçoit aucune aide ni de l'Etat, ni du Vatican, explique l'évêque du Puy-en-Velay, Mgr Luc Crépy. Et pour casser tous les fantasmes, nous ne cachons pas non plus de trésor flamboyant dans les sous-sols de la cathédrale où je garderais seul la clé autour du cou en permanence." D'après les chiffres exposés par l’économe diocésain, Laurent Aulagnier, les uniques ressources de l'Eglise proviennent à 38% des dons, 17% des legs, 23% des quêtes, 13% du casuel versé lors des mariages, des funérailles ou des baptêmes et 8% des messes. "Pour les trois dernières données qui représentent 44% des ressources, l'Eglise ne les perçoit que si elle assure des activités paroissiales, explique-t-il. Or, les restrictions sanitaires nous ont empêchés de les effectuer, stoppant alors cette rentrée d'argent".

La totalité des collectes est destinée à la rémunération des prêtres et des personnes au service de l'Eglise. "Il faut également payer les frais de fonctionnement comme l'électricité, le chauffage et les assurances", ajoute-t-il. Le problème ? Un trou financier de 400 000 euros par rapport à l'année dernière à cause du confinement.

En Haute-Loire, en 2019 :

- 107 prêtres, 16 diacres permanents, 331 religieux, 37 associations de fidèles.
- 216 mariages, 1 035 baptêmes, 376 premières communion, 225 confirmations.
- 40% des jeunes scolarisés dans l'enseignement catholique dans le département (14 667 élèves)

Tous les chiffres dans le rouge

"Il est certain que la situation est très préoccupante, admet Laurent Aulagnier. D'une part, la collecte 2019 n'a pas été bonne et celle de 2020, prévue en plein durant les Rameaux (dimanche 5 avril, Ndlr), a été différée." En 2018, l'Eglise de Haute-Loire a enregistré une collecte de dons égale à 1 164 077 euros, soit 3,5% de moins que l'année précédente. L'année 2019 accuse une baisse de 11,5% par rapport à 2018. Parallèlement, le nombre de donateurs altiligériens diminue également, passant de 7 790 en 2017 à 6 908 en 2019.

"Le montant du don moyen par personne suit cette courbe où 155 euros étaient versés en 2017, 154 en 2018 et 149 en 2019", précise l'économe. À la date du 16 juin, la collecte 2020 se chiffre à 207 133 euros contre près de 500 000 euros l'année précédente pour la même période. "Depuis quelques jours, les activités reprennent avec les mariages et les baptêmes, intervient Luc Crépy. Mais de façon très réduite après plus de trois mois de vie très difficile pour le diocèse". C'est une fois l'addition de toutes les ressources calculée que l'on arrive à cette baisse des recettes de 400 000 euros en comparaison à 2019, une année déjà pas en très grande forme.

> Lire aussi : Après deux mois sans messe, 'la vie reprend !' (24/05/2020)

Pour effectuer un don :

- Par carte bancaire sur le site du diocèse du Puy
- Par prélèvement automatique pour un soutien régulier réparti sur toute l'année
- Par chèque, à l'ordre de votre paroisse ou du diocèse : Association diocésaine du Puy Denier
Réduction d'impôt égale à 66% du montant de votre don.
Contact : 04.71.05.54.69.
Mail : accueil-eveche@catholique-lepuy.fr
Lieu : 2, place du For au Puy-en-Velay

Double campagne de collecte

Aussi, pour compenser cette perte importante, l'Eglise Catholique de France organise un appel exceptionnel au don décliné en deux mouvements. Le lancement de la campagne de dons qui avait été différée et qui durera jusqu'au Rameaux de l'année suivante (dimanche 28 mars 2021). Et la campagne nationale de l'Eglise intitulée "Situation inédite, appel inédit" jusqu'au 28 juin 2020.

"Plusieurs actions vont se dérouler à partir de vendredi 19 juin, dévoile Asia Gallien, responsable de la communication au Diocèse. 9 500 foyers vont recevoir un mail de sensibilisation pour les informer du lancement de la campagne de dons. L'ouverture de la campagne du denier les 20 et 21 juin et l'annonce de l'opération dans les paroisses. Ce même week-end, la radio RCF assurera deux jours spécial ressources. 15 000 dépliants et 500 affiches seront envoyés dans les paroisses. Enfin, du 20 au 27 juin, nous allons utiliser le service de la presse locale pour informer sur nos campagnes de dons".

"Sans la dimension communautaire, nous ne pouvons pas avancer, insiste Mgr Luc Crépy. On n'avance qu'avec les autres. Pour les dons, peu importe le montant offert. Les petites sommes, les grosses sommes. La question n'est pas là. Faire un don, c'est avant tout démontrer son appartenance à l'Eglise. Les gens donnent ce qu'ils peuvent en fonction de leurs propres moyens".

Nicolas Defay


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteDC le 21 juin 2020 - 09h20
En 43,l'enseignement privé catholique est sous contrat avec l'état qui paie ses enseignants. Et pas d'obligation de service public ! Se concentre dans les villes. Les parents paient les frais de scolarité (même pdt confinement covid ?) Le hic... Leur principale conviction qui est souvent extra religieuse. Une supposée meilleure qualité. Que ces gens aident l'église ! Fonds publics, école publique ! Et que le diocèse arrête de confier la catéchèse aux St Martin et consorts trads... CT

Signaler un abus

img_journalistep le 20 juin 2020 - 12h14
De qui se moquent ils ? Qu'ils vendent leur patrimoine immobilier !

Signaler un abus

img_journalisteah le 20 juin 2020 - 00h00
On paye les funérailles alors qu'il n'y a plus de prêtre pour les célébrer ! Ce sont des bénévoles qui assurent tout (donc non rémunérés). Je me demande toujours pourquoi, et j'appelle ça du vol !

Signaler un abus