Festival Celte en Gévaudan : Kalffa a enflammé Thoras sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Festival Celte en Gévaudan : Kalffa a enflammé Thoras

Date : 09/08/2019 | Mise à jour : 09/08/2019 23:50
Partager

La 13e édition du Festival Celte en Gévaudan s'est lancé ce jeudi soir à Thoras avec un repas local, un soleil radieux et un concert du group breton Kalffa.

Chaque année, la première journée du Festival Celte met en valeur une commune des alentours de Saugues. Cette année, c'est le village de Thoras qui a lancé les festivités, sous un soleil que les organisateurs ne pouvaient espéraient plus radieux et qui a fait briller le drapeau celte de mille feux.

Alan Stivell et Celtica Pipes Rock

Le deuxième plus important festival celtique de France (après Lorient) se tient prêt à accueillir entre 10 000 et 15 000 personnes. Les organisateurs sont dans les starting-blocks. Thierry Bonnet et Severine Aurand, co-présidents expérimentés, annoncent fièrement les deux têtes d'affiche qui composent le festival "Nous avons eu une opportunité. Nous voulions à tout prix Alan Stivell le vendredi, mais il n'était disponible que le samedi. Avec Celtica Pipe Rock, nous avons donc deux têtes d'affiche." Après deux affiches pop-rock lors des deux dernières éditions Matmatah et Kyo, le festival revient donc à ses fondements.

Thoras sous le soleil

L'affluence était au rendez-vous. Dès 19h et le discours d'inauguration, environ un millier de personnes fourmillaient sur la place de Thoras en attendant le début du service du repas composé de produits locaux. Pendant que ce dernier se servait et se dégustait, les quatre membres du groupe breton Kalffa se préparaient à donner un concert inaugural qui allait littéralement faire danser et chanter le public pendant 2 heures et demi.

Le folklore breton en musique

Kalffa est un groupe de musique traditionnelle bretonne composé de David, Ludovic, Emma et Didier. Ils trouvent leur inspiration en Bretagne, dans les mondes maritimes, les mythes et les légendes celtiques. La soirée s'est joué au rythme de la guitare, du violon, des percussions et de la tchatche du chanteur, non pas sans humour, qui s'est régalé de chambrer le public à plusieurs reprises..."Cette chanson, elle parle de vous (le public). Elle parle de tous les poivrots et des piliers de bars !". Sans rancune.

"Gardien du feu" et "La Jégado" pour faire de beaux rêves

>Le groupe auto-produit a également proposé quelques histoires "à raconter le soir aux enfants" telles que l'histoire du gardien de feu qui a enfermé sa femme et son amant dans un phare avant de se jeter du haut de celui-ci. Ou encore l'histoire de la Jégado, la plus grande empoisonneuse de tous les temps. Les quatre musiciens ont conclu leur show sur des extraits d'airs pop-rock, comme Queen, Pink-Floyd et les Beatles, et une version revisitée d'Amsterdam de Brel.




Valentin Bonnefoy

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...