Bientôt onze éoliennes supplémentaires sur le parc d'Ally-Mercoeur ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Bientôt onze éoliennes supplémentaires sur le parc d'Ally-Mercoeur ?

Date : 21/10/2019 | Mise à jour : 22/10/2019 09:25
Partager

La commission d'enquête ayant terminé ses travaux concernant la demande d'autorisation pour l'extension du parc éolien d'Ally-Mercoeur, le dossier est désormais entre les mains du préfet de la Haute-Loire qui devrait se prononcer d'ici la fin de l'année, c'est en tout cas ce qu'espère le porteur du projet, la société Boralex.

Le projet d’extension du parc d’Ally-Mercoeur, qui compte déjà 26 éoliennes, a débuté en 2013. Après 6 ans d’études, le préfet de la Haute-Loire, Nicolas de Maistre, en possession du rapport de la commission d'enquête depuis le mois de juillet dernier ; devra très prochainement statuer sur cette demande d'implantation de onze nouvelles éoliennes sur la commune de Mercoeur, située à l'ouest du département, sur la Communauté de communes des Rives du Haut-Allier et limitrophe du Cantal.

Ce projet prévoit notamment l'installation de neuf éoliennes sur des parcelles agricoles et deux sur des terrains boisés (soit une surface totale d'un peu plus de quatre hectares), l'ensemble réparti en quatre lignes de deux ou trois machines d'une hauteur de 150m et d'une puissance nominale de 3 mégawatts.

Cette extension permettra d'assurer une production d'environ 63 000 à 77 000 mégawatts par an et de couvrir ainsi la consommation annuelle de 23 500 à 28 700 foyers. Enfin, le chantier qui nécessitera un investissement maximal d’environ 48 millions d'euros, comprend également la création d'un poste de transformation HTB sur la commune de Sainte-Eugénie-de-Villeneuve et le raccordement du parc au réseau électrique sur un tracé de 31,6 kilomètres.

Le projet d'extension et ses enjeux : Paul Remondeau, développeur territorial chez Boralex.



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Ce lundi 21 octobre 2019, le préfet de la Haute-Loire est venu prendre la température autour de ce projet sur le terrain, en présence des élus locaux. "On doit développer des projets d’énergies renouvelables puisque l'objectif à 2030 est d’augmenter notre production d’énergie de 53 % et de réduire notre consommation d’environ 25 %. Reste à savoir quel type d’énergies renouvelables on privilégie." La question étant de connaître l’acceptabilité de telle ou telle énergie sur tel ou tel territoire.  


(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Sur ce projet précis d'Ally-Mercoeur, "pour l’instant je sens qu’il y a une acceptation du projet tel qu’il existe. Après il faudra voir l’enquête publique", précise avec précaution le préfet. Une précaution nécessaire car dans cette enquête publique certains habitants, le conseil municipal de Saint-Poncy (l'une des 18 communes invitées à se prononcer sur le sujet) ainsi que l'association Ally-Mercœur vivre en paix ont fait connaître leur opposition à ce projet. Leurs arguments font valoir une agression environnementale et paysagère ainsi que des nuisances sonores et une dépréciation du bâti. Malgré cela, "on peut dire que la population locale ne l'a [le projet d'extension, Ndlr] pas rejeté de façon notable avec moins de 6% d'opposition", concluent les trois commissaires enquêteurs.

Une modernisation des 26 éoliennes existantes

Avant de se prononcer, le préfet de la Haute-Loire sollicitera une nouvelle rencontre avec les représentants de l'entreprise Boralex. Au coeur de ces discussions à venir, cette éventuelle installation de onze nouvelles éoliennes mais également le projet de modernisation des 26 en place depuis 2005. Au mois de mars 2020, le parc éolien implanté il y a 15 ans au nord de l'Ardèche, à Lanarce, fera l'objet d'un chantier de modernisation. Comprenez un renouvellement des machines par des modèles de dernière génération avec une puissance nominale doublée (1,5 à 3 mégawatts). Les anciennes partiront dans le sud de l'Espagne. Le parc éolien d'Ally devrait s'inspirer de ses voisins ardéchois. Il faudra d'abord compter sept ans d'études avant de pouvoir lancer les procédures administratives d'usage.

Stéphanie Marin

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteml le 25 octobre 2019 - 11h26
Lutter contre les bâtiments agricoles ?!! il faut bien que les agriculteurs mettent leur bétail à quelque part non ? pour son bien -être....

Signaler un abus

img_journalistec le 24 octobre 2019 - 22h28
Oui a l'énergie propre et renouvelable à l'infini...et que les esthètes de village luttent contre les poteaux et fils électriques, les décharges sauvages et les bâtiments agricoles, les carcasses de voitures et les magasins de tôle !

Signaler un abus

img_journalistepp le 24 octobre 2019 - 15h27
L'information sur l'éolien est dominée par un lobby très puissant . La réalité est fort éloignée de la propagande . Ainsi les éoliennes ne sont d'aucune utilité en ce qui concerne le CO2 car notre électricité ne produit que 5 ou 6 % de ce gaz . Les émissions viennent surtout des transports et de l'habitat .Leur intermittence oblige à compenser leur faible rendement par des centrales à gaz . Résultat paradoxal ! Quant au paysage , la dénaturation des sites est une évidence visuelle .

Signaler un abus