Aide à domicile : les salariés passent à l'action sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Aide à domicile : les salariés passent à l'action

Date : 08/01/2019 | Mise à jour : 08/01/2019 14:08
Partager

Une quinzaine de salariés de l'UNA 43, qui propose des services à domicile en Haute-Loire, ont débrayé pendant une heure ce mardi 8 janvier 2019.

>> Rappel des faits : Aide et maintien à domicile : une dernière alerte avant de passer à l'action

Le courrier daté du 22 octobre 2018, adressé au président du Conseil départemental pour une demande d'entrevue afin d'évoquer "la situation fragile" des salariés de l'aide à domicile, ne sera finalement pas resté lettre morte. Le rendez-vous a eu lieu le 11 décembre dernier face à Michel Décolin, vice-président du Conseil départemental en charge des solidarités sociales, de la maison de l’autonomie, et des ressources humaines.

Stationnement

Les salariés de l'UNA 43 ont obtenu de la part de la mairie du Puy une carte d'abonnement pour le stationnement à 17€, financée à 50% par leur entreprise, au lieu d'un paiement au parcmètre à l'heure.

"Ils ont accordé 5 centimes d'euros au 1er janvier 2019, et 5 centimes de plus au 1er janvier 2020. Mais uniquement pour les associations ADMR et non pas à l'UNA qui est une autre entreprise du secteur de l'aide à domicile en Haute-Loire", précise Céline Lioutaud, secrétaire syndicale CGT des organismes sociaux de la Haute-Loire. Ces 10 centimes d'euros lissés sur deux ans, correspondent à une revalorisation des frais kilométriques, soit l'une priorité au niveau des revendications portées par les salariés du secteur. Un effort de la part du Conseil départemental (principal financeur de l’APA, Allocation Personnalisée d’Autonomie) qui reste, selon les salariés, "insuffisant". "Ça ne permet pas de couvrir les dépenses que les salariés peuvent avoir pour l'usage de leur voiture, un usage quotidien avec des frais kilométriques importants, une assurance à leur charge et l'entretien", explique Céline Lioutaud. Les salariés de l'ADMR et de l'UNA restent donc mobilisés et ont participé à des opérations de débrayage dans tout le département (Saint-Paulien, Bas-en-Basset, Langeac, Le Puy, Yssingeaux, Le Monastier-sur-Gazeille, Monistrol-sur-Loire), depuis hier, lundi 7 janvier 2019.

Mauvaises conditions de travail, un manque de recrutement, salaires trop bas...

Outre cette revendication axée sur les frais kilométriques, les salariés du secteur pointent du doigt des conditions de travail difficiles, un manque de recrutement et des salaires trop bas... Aurélie, 33 ans, auxiliaire de vie à l'UNA du Puy-en-Velay, raconte comment la situation des services de l'aide à domicile s'est dégradée en quelques années.


Stéphanie Marin 

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...