Agglo du Puy : les déchets s'amassent, les négociations dans l'impasse sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Agglo du Puy : les déchets s'amassent, les négociations dans l'impasse

Date : 02/06/2015 | Mise à jour : 04/06/2015 13:07
Partager

Sixième jour de grève déjà ce mardi 2 juin pour 100 % du personnel du service de la collecte des ordures ménagères de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay. Alors qu'un prestataire privé tente d'atténuer le désordre, les déchets continuent de s'amasser.

Une riveraine du boulevard de la République est exaspérée. Elle nous confie, la boule au ventre et la voix tremblante : "c'est n'importe quoi, des gens viennent déposer leurs poubelles devant chez moi, sans vergogne. Je leur ai demandé d'où ils venaient, ils m'ont dit qu'ils étaient de Chadrac et que chez eux, personne n'était venu ramasser les déchets".
Outre le problème d'incivilité évident soulevé par ce témoignage, c'est la question de l'insalubrité qui commence à se poser pour plusieurs habitants de l'agglomération du Puy, surtout que les températures ne cessent d'augmenter. Mais si la crainte est bien présente, pour l'instant, toujours pas de rat à l'horizon.


"On a même vu des gens nous courir après rue Pannessac pour nous amener leurs déchets"

En attendant, ce sont les employés de l'entreprise Vacher qui récoltent les ordures ménagères des habitants de l'agglomération du Puy. L'un d'eux nous confie : "d'un certain côté, ça fait plaisir car on est vraiment super bien accueillis, on a même vu des gens nous courir après rue Pannessac pour nous amener leurs déchets".
L'entreprise ne collecte d'habitude que les déchets des bâtiments publics (écoles, etc.) mais les employés font cette semaine des heures supplémentaires pour palier la grève des éboueurs de la collectivité. "Et on est bien moins payés qu'eux, croyez-moi", ironise l'un d'eux.


"De toute façon, ce n'est pas une guerre entre privé et public"

Contactée par téléphone, Stella Masson, secrétaire CGT, ne nie pas : "je n'ai pas vu leurs bulletins de salaire, c'est peut-être vrai, mais peut-être aussi que leurs conditions de travail sont encore plus précaires que chez nous. De toute façon, ce n'est pas une guerre entre privé et public, on est surtout en colère contre la collectivité".
Surtout, pour le syndicat, un prestataire privé, par essence, doit réaliser des bénéfices. Et en plus, ils ont travaillé samedi. "Si la communauté d'agglomération du Puy avait répondu favorablement à nos revendications, ça lui aurait certainement coûté bien moins cher", conclut la cégétiste.


Interdiction de ramasser le vrac

Au début de la collecte ce mardi matin, les salariés de l'entreprise Vacher ont ramassé le vrac qui bordait les poubelles de l'agglomération ponote mais leur hiérarchie leur a stipulé qu'ils n'en avaient pas le droit. Ils se contentent donc depuis des poubelles et laissent d'importants amas de déchets sur leur route. On ne sait pas encore comment va s'organiser la collecte des déchets dans les jours à venir.
Mercredi matin, une nouvelle AG sera tenue à Taulhac pour savoir si le mouvement est reconduit. Ce mardi, les syndicats étaient reçus en mairie du Puy-en-Velay à propos de la grève du 8 juin prochain. Le statu quo prévaut et une délégation devrait être reçue à l'agglo mercredi.


Maxime Pitavy



  • Pour plus d'infos sur les revendications et les évolutions du conflit, vous pouvez vous référer à notre précédent article.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistea le 4 juin 2015 - 17h59
Et qu'en pense le super maire/candidat à la présidence de la future nouvelle région ? Pas sur la photo comme d'habitude non plus, pourtant il est censé gérer au moins la ville du Puy.Si ça continue, ce que j'approuve totalement, ce sont les touristes qui vont lui faire de la pub...

Signaler un abus

img_journalistep le 4 juin 2015 - 16h16
externaliser le service ça revient a augmenter nos impôts non ? personnellement je préfère qu on augmente le personnel éboueur de la ville qui est consommateur comme ts fonctionnaires d ailleurs , chez les commerçants , artisans etc etc , plutôt que payer des 60000 euros de subventions au festival de la chaise dieu ki n intéresse que certaines personnes.

Signaler un abus

img_journalistes le 4 juin 2015 - 13h17
bravo la gandouze , continuez à lutter , le pire des travail , tout le monde gueule , ils ne savent pas la pénibilité du travail , la plus part vivent dans un quotidien aveugle , on vous traitent de façon secondaire , alors les militaires , ont cas faire le trait d'union jusqu'à un accord favorable en votre faveur . Messieurs les politiques , prenaient vos responsabilités : les militaires aussi sont payés à rien foutre , comme les éboueurs soit disant !!!!

Signaler un abus