Braquage à Solignac : « Je suis encore meurtrie par la violence de l’agression »

ven 22/01/2021 - 15:50 , Mise à jour le 23/01/2021 à 04:00

Mercredi 20 janvier, une octogénaire et son fils, gérant d’un bureau de tabac à Solignac-sur-Loire, ont été violemment molestés par un individu cagoulé. Les deux victimes ont échangé quelques paroles emplies d’émotions.

Il y a deux jours un peu avant midi, un individu au visage cagoulé a pénétré dans un bureau de tabac situé dans le centre de Solignac-sur-Loire. Ce dernier est tenu par un homme de 52 ans se mouvant à l’aide d’un fauteuil roulant suite à une grave accident de la route. Le jour de l’attaque se trouvait également sa maman âgée de 82 ans. Malgré tout, l’individu n’a pas hésité à projeter du gaz lacrymogène sur l’octogénaire et frapper sans pitié son fils pour s’emparer de la caisse du magasin. Discrets, encore sous le choc, ils confient une poignée de mots et un abyme de maux sur le traumatisme qu’ils ont tous les deux vécus.

L’individu en fuite

« Je préfère rester peu disert sur le triste moment de violence vécu, partage le buraliste. Des moments de violence, certes, mais je n’ai pas hésité à  répliquer à mon agresseur. Et je compte bien me remettre de cette épreuve ». L’inconnu toujours en fuite est vivement recherché par des équipes de gendarmes dépêchés en nombre. D’après les premiers éléments, il aurait tenté également de voler des cigarettes, son geste arrêté par la ténacité du propriétaire en fauteuil roulant.

« Je souffre de douloureuses conséquences physiques »

Après un court séjour au centre hospitalier Emile-Roux, la dame de 82 ans reste quant à elle hantée par cette agression qui a choqué le village tout entier. « Je suis encore meurtrie par la violence de l’agression et par le comportement sans pitié de l’agresseur. J’ai, moi aussi, reçu des coups et je songe à retourner en hôpital pour faire reprendre les soins. Je souffre de douloureuses conséquences physiques ».
À la manière d’une onde de choc, ce dramatique événement semble avoir miné l’atmosphère même de Solignac-sur-Loire. Ses rues sont vides, dénuées de tout passant, un silence assourdissant.

Un projet de vidéo surveillance dans le village

Une habitante du village, ancienne commerçante dans ce même bourg de 1 200 âmes, témoigne : « Tout le monde se connaît ici et la vie est tellement paisible habituellement, assure-t-elle. Les commerçants agressés sont très appréciés de tous les villageois. Ce qui leur est arrivé est particulièrement triste. »

Le maire de Solignac-sur-Loire, Olivier Teyssier, livre à son tour. « Je suis particulièrement choqué par cette agression violente. Tout comme l’ensemble des habitants de ma commune. Lors du prochain Conseil Municipal, j’évoquerai le projet de caméras pour le bourg. Je compte bien faire équiper le village par ce matériel de vidéo surveillance ».

G.R.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire