Yssingeaux : un homme dénonce des actes de pédophilie sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Yssingeaux : un homme dénonce des actes de pédophilie

Date : 12/04/2016 | Mise à jour : 12/04/2016 15:16
Partager

Médiapart recueille les témoignages de victimes d'actes pédophiles. Un homme, ancien élève du collège du Sacré-Coeur d'Yssingeaux, raconte les abus dont il aurait été victime dans les années 60.

Il y a une semaine, Médiapart a mis en place une adresse mail dédiée pour recueillir des témoignages de victimes d'actes pédophiles, notamment commis par des hommes de foi. Cette démarche fait suite aux révélations divulguées par l'association La Paroles Libérée. Un des témoignages vise Yssingeaux.

Des caresses à travers les vêtements

Le pure player payant livre plusieurs récits où l'anonymat des mis en cause est préservé dans le cadre de la présomption d'innocence. L'affaire remonte à la fin des années 60 au sein du collège du Sacré-Coeur d'Yssingeaux. Un jeune homme de 12 ans, Pierre, est scolarisé dans l'établissement catholique. Chaque

La Parole libérée a été crée le 17 décembre 2015 par d'anciens scouts abusés par le père Preynat à Sainte-Foy-lès-Lyon (69). Depuis, des centaines de témoignages ont été recueillis dans toute la France et cinq prêtres ont été soupçonnés ou condamnés pour des agressions sexuelles sur des mineurs ou jeunes majeurs.

garçon doit choisir un "directeur de conscience". Pierre se tourne vers celui que Médiapart a appelé le père F. Toutes les semaines, les élèves s'entretiennent individuellement avec leur mentor, c'est un temps pour évoquer les pêchés, les états d'âme... L'homme aujourd'hui âgé de 59 ans raconte à Médiapart : "C’est lui qui a évoqué en premier les questions d’attirance et de sexualité. Puis un jour, il m’a demandé de m’approcher de lui. Il m’a calé entre ses jambes, m’a caressé au travers de mon pantalon. Ça s’est répété plusieurs fois. Ce n’est jamais allé au-delà".

Un enfant qu'on ne croit pas

Pierre décide alors d'en parler au père B., le père supérieur. Rien n'y fait. Des rumeurs circulent sur ce dernier, également infirmier, il aurait demandé à certains élèves de baisser leurs pantalons. Un soir, Pierre retourne le voir pour des maux de gorge. Il se confie aux journalistes de Médiapart : "Il m’a dit : “Tu tousses, il va falloir que tu te déshabilles. Les glandes qu’on a dans la gorge correspondent à celles qu’on a au niveau du zizi, il va falloir que je regarde." (...) C’est à ce moment-là qu’il m’a tripoté". En rentrant chez lui, il en parle à sa mère qui le gifle, très croyante, elle ne donne pas de crédit au récit de Pierre.
Le jeune adolescent a alors pris ses distances avec son directeur de conscience et le père supérieur. Il est devenu éducateur spécialisé dans la protection de l'enfance et traite des affaires de pédophilie. Aujourd'hui jeune retraité, il a choisi de parler grâce aux révélations de l'association La Parole libérée.

Médiapart recueille les témoignages à cette adresse : temoins@wereport.fr
Pour contacter La Parole Libérée : laparoleliberee@gmail.com


Le directeur de l'établissement, Richard Barthélémy, n'est en poste que depuis quatre ans. "J'ai entendu parler de l'affaire lundi, mais je n'ai pas encore lu l'article de Médiapart." Parmi le personnel, personne n'était présent sur les lieux au moment des faits, en 1968. "Je n'ai pas réussi à savoir qui était le directeur à l'époque", explique Richard Barthélémy. Ce dernier ne sait pas encore comment va s'organiser la suite des événements après de telles révélations. "Je suis attristé et il est normal de soutenir les victimes pour que les coupables soient condamnés."

Pour l'heure, nous attendons la réaction de Mgr Crepy qui doit réagir "dans la journée".

Emma Jouve


 
Partager

Vous aimerez aussi