Vivre le Covid avec un enfant à risque sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Vivre le Covid avec un enfant à risque

Date : 31/05/2020 | Mise à jour : 05/06/2020 10:35
Partager

Suivre les restrictions sanitaires a été la partition commune à tous les français et d'ailleurs. Pour certaines personnes, elles ont dû être renforcées, plus vulnérables à l'épidémie. Et quand il s'agit d'une enfant de 8 ans, tout est alors mis en place pour que rien ne passe.

Nathalie* est la maman de Juliette*, 8 ans, atteinte d'un asthme chronique et de diverses malformations cardiaque. À l'annonce des causes et des conséquences du coronavirus notamment au niveau du système respiratoire, Nathalie, habitante sur la commune de Saint-Germain-Laprade, a doublement fermé la porte au Monde et à son entourage. Et si à l'heure d'aujourd'hui, les différents médecins rencontrés se contredisent sur le degré de risque que pourrait courir sa fille, Nathalie a préféré tout cloisonner en attendant des jours meilleurs. Voici son témoignage sur son quotidien et celui de sa petite Juliette.

Qu'est ce que provoque cette pathologie sur votre fille ?

Ses différentes pathologies entraînent chez elle une fatigue chronique, un essoufflement fréquent, des difficultés à l'effort. Une sensibilité à divers allergènes ( pollens, graminées, etc.) Parfois même des malaises. Et des infections pulmonaires chroniques dont les poumons gardent des séquelles.

Les mots de Juliette...

"Je sais que Le coronavirus est un virus agressif qui est très contagieux et qui peut provoquer des choses graves chez certaines personnes à risques, avec des problème pulmonaires, cardiaque ou du diabète".

"J'ai un peu peur d'être en contact avec des personnes qui peuvent avoir le Covid et de l'attraper ou quand papa va travailler dans les écoles et qu'il le transmette à la maison. Mais je sais que maman fait tout pour que je ne l'attrape pas".

De quoi se compose son traitement ?

Il se compose actuellement de plusieurs corticoïdes, et de bronchodilatateurs (traitement de fond et crise aiguë) et d'un traitement prolongé aux antibiotiques de longue durée pour les personnes souffrant de maladie pulmonaires importantes. Elle est suivie par un pneumo-pédiatre et un cardiologue régulièrement.

Quelles sont les choses, les activités ou autres qui pourraient être dangereuses pour Juliette ?

Elle a de fortes réactions à certains allergènes entraînant une hyperréactivité bronchique. Le sport en salle, les piscines, les sports d'endurance sont très difficiles pour elle lui provoquant de gros efforts respiratoires, un essoufflement important, voire une grave crise d'asthme. Elle ne supporte pas la chaleur provoquant des malaises chez elle. Les diverses affections hivernales comme la grippe, et même un simple rhume entraîne facilement une infection respiratoire.

Comment s'est passé le confinement ? Suivait-elle les conseils gouvernementaux sur les gestes barrières ou devait-elle encore plus les approfondir ?

Durant le confinement, j'ai bien sûr suivi les directives imposées et surtout aucun contact avec les personnes de l'extérieur. Mais ce qui m'inquiète le plus sont que les avis des médecins divergent concernant la contraction du virus sur les enfants. Certains pensent que nous devons prendre plus de précautions, et d'autres non. Juliette ayant ses prochains rendez-vous avec son cardiologue et son pneumologue à la mi-juin, j'espère trouver auprès d'eux des réponses concrètes et sérieuses. Je ne sais pas, à l'heure actuelle, les conséquences que pourraient avoir le Covid ou la nouvelle maladie, celle qui ressemble à la maladie de Kawasaki, sur elle.

...et les maux"

"J'ai un peu peur de ce virus, mais j'ai déjà eu de nombreuses infections pulmonaires, alors je sais ce que cela fait d'être très malade. Je suis certaine que si je l'attrapais, je le reconnaîtrai tout de suite et je pourrai le dire à maman immédiatement".

Qu'est ce que Juliette sait du coronavirus ? A-t-elle conscience du danger surement plus important pour elle ?

Quand l'épidémie s'est sérieusement installée et que le confinement a été imposé, Juliette nous a questionnés. Nous avons pris le temps de répondre à toutes leurs questions et à leur préoccupations dans la plus grande sincérité. (Voir encadré)

Si les mesures sanitaires s'amoindrissent, cela ne veut pas dire que la maladie a disparu. Comment appréhendez-vous la suite ?

Nous restons actuellement dans la continuité stricte des gestes barrières. Je trouve que les nouvelles mesures sanitaires ne peuvent s'appliquer que pour des personnes biens portantes. L'école étant actuellement faite sur la base du volontariat, nous avons décidé de ne pas la remettre pour l'instant. En attendant, Juliette poursuit sa scolarité à la maison. Mais nous appréhendons aussi la rentrée de septembre et j'attends de connaitre les mesures qui seront proposées à ce moment là. Je sais que Juliette aime l'école et qu'elle est impatiente d y retourner. Je la cite : "J'ai trop envie de retrouver mes copains et mes copines, mais j'ai aussi peur de contracter le virus là-bas".

*Nathalie et Juliette sont des noms d'emprunt, les intervenants souhaitant rester anonymes

Nicolas Defay

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...