Vidéo : un 'haka' lycéen pour dénoncer les violences faites aux femmes sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Vidéo : un 'haka' lycéen pour dénoncer les violences faites aux femmes

Date : 25/11/2019 | Mise à jour : 26/11/2019 06:31
Partager

En cette journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, les adolescents du lycée C&A Dupuy ont participé à un 'haka' le temps de la récréation de 10h.

Ce lundi 25 novembre marque la journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des femmes.
À ce jour en France, 137 femmes sont mortes des coups de leur mari depuis le début de l'année, et c'est plus de 220 000 femmes qui sont victimes de violence chaque année. 

Quelles mesures après trois mois de concertations sur le sujet ?

Cette année prend une teneur particulière puisque cette date marque également la fin du Grenelle des violences conjugales qui s'est ouvert le 3 septembre dernier.
Le gouvernement doit prendre la parole dans la journée pour annoncer les mesures retenues après trois mois de concertations sur le sujet. Dans ces travaux figurent une soixantaine de propositions pour changer la situation actuelle. 

Le seul établissement du département à participer à ce mouvement

Noémie, Béatrice, Nadine, Monica, Anne-Marie, Sylvia... : ce sont les prénoms de femmes ayant été victimes de violence conjugales, et qui en sont mortes. Le CIDFF (Centre d'Information sur le Droit des Femmes et des Familles) de Haute-Loire leur a rendu hommage sous la pluie, place de la mairie, avec un haka ce samedi. 200 à 300 personnes s'étaient déplacées malgré une météo très compliquée.
Ce lundi, au lycée, ils étaient moins nombreux : environ une cinquantaine d'adolescents a joué le jeu, le temps de la récrétion, et d'autres prendront le relais au cours de la journée. Le lycée Charles et Adrien Dupuy est le seul du département à participer à ce mouvement mais le CIDFF rappelle qu'il mène des actions de sensibilisation et d'action toute l'année, avec en point d'orgue le 8 mars, journée internationale des droits des femmes.




Pourquoi le 25 novembre ?

Au niveau international, la date du 25 novembre renvoie depuis 1990 à l'histoire des sœurs Mirabal : Patria, Minerva et María Teresa, trois sœurs qui ont combattu la dictature du président Rafael Trujillo en République Dominicaine.


Maxime Pitavy


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistea le 25 novembre 2019 - 15h46
Il faut faire attention à ce que l'on fait devant des enfants....au risque qu'ils le répètent...même si la démarche d'origine était pour la bonne cause..!!

Signaler un abus

img_journalisteAL le 25 novembre 2019 - 14h18
Bravo aux jeunes filles et aux jeunes garçons pour leur action. L'éducation est un excellent levier pour combattre la violence.

Signaler un abus