Vidéo : la cabane des Gilets jaunes des Fangeas incendié sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Vidéo : la cabane des Gilets jaunes des Fangeas incendié

Date : 20/01/2019 | Mise à jour : 21/01/2019 10:44
Partager

"Il ne nous reste plus que les yeux pour pleurer... et la motivation". Après l'incendie, a priori criminel, de leur cabane, les Gilets Jaunes des Fangeas n'entendent pas baisser pavillon. Bien au contraire : la reconstruction d'une nouvelle cabane, encore plus grande et avec déjà le soutien d'autres Gilets jaunes, est en cours.

Les sapeurs-pompiers du Puy et de Coubon sont intervenus samedi, ves 22h15, sur le rond-point des Fangeas, le long de la D906, commune de Cussac.
Un cabanon des Gilets Jaune était en feu. Il a été entièrement détruit par les flammes avant l'extinction du sinistre par les secours. Au total, ce sont 80 m² qui sont partis en fumée, avec la réserve de bois et les panneaux utilisés lors des manifestations.
L'origine demeure à déterminer par les services de gendarmerie. Une enquête a été ouverte et des prélèvements ont été réalisés.

Il s'agit d'un terrain privé et le propriétaire leur a redonné l'autorisation pour reconstruitre une cabane, alors qu'il aurait pu refuser car ce sinistre a malheureusement abimé son terrain aussi.

Trois départs de feu qui alimentent la piste criminelle

Deux Gilets jaunes des Fangeas sont partis du rond-point vers 20h30 samedi soir et l'incendie a été déclarée peu après 22h au secours.
Compte tenu que les sapeurs-pompiers ont identifié trois départs de feu, tout laisse à penser qu'il s'agit bien d'un acte criminel. Le visionnage des caméras alentours afin de scruter si un véhicule a été identifié aux abords du sinistre à l'heure du départ de feu pourrait corroborer cette thèse.



Il s'agit d'un terrain privé et le propriétaire leur a redonné l'autorisation pour reconstruitre une cabane, alors qu'il aurait pu refuser car ce sinistre a malheureusement abimé son terrain aussi.

Solidarité d'un rond-point à l'autre

"On nous a amené des palettes, des clous, des vis, de la nourriture", témoigne Jérôme, "donc ça renforce notre mouvement, s'ils pensaient l'affaiblir, pas du tout, bien au contraire", ajoute Patricia.
Les Fangeas ont d'ores et déjà pu compter sur le soutien moral, et logistique, des Gilets jaunes de Langogne, de Saint-Just-Malmont, de Blavozy, ou encore de Lachamp.

Maxime Pitavy






 
Partager

Vous aimerez aussi