Une nouvelle maison médicale à Vals ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Une nouvelle maison médicale à Vals ?

Date : 03/06/2020 | Mise à jour : 04/06/2020 07:53
Partager

Depuis quelques jours, une information circule sur les réseaux sociaux qui promeut l'ouverture d'une prochaine structure médicale à Vals-près-le-Puy. Dans le même temps, cette même commune va perdre trois généralistes après avoir été dans l'incapacité de trouver un local adapté.

En ce début d'année 2020, "l'affaire" avait secoué non seulement la municipalité de Vals-près-le-Puy mais également la profession médicale et les 3 500 habitants de la commune. Si au jour d'aujourd'hui, il reste encore cinq médecins généralistes, trois d'entre eux vont partir à la fin du mois de juillet pour s'installer dans la commune d'Aiguilhe, juste à côté de l'école La Coustette. "C'est une maison médicale sur trois étages, détaille le Dr Catherine Vaggiani. Mes deux consœurs et moi-même allons occuper le rez-de-chaussée. Au premier étage, des professionnels de différentes spécialités y seront également. Pour le deuxième, ce n'est pas encore défini." Coût de ce bâtiment pluridisciplinaire, 1,2 millions d'euros, dont 350 000 pour les seuls généralistes.

À la fois heureuse et extrêmement déçue

Après s'être cassées les dents sur les différentes propositions issues de la municipalité et totalement inadaptées selon les trois généralistes, ces dernières viennent d'apprendre qu'un nouveau cabinet médical allait sortir de terre dans cette même commune qu'elles ont décidé de quitter. "Je suis à la fois très contente pour les Valladiers et énormément déçue que nous n'ayons pas eu accès à ce genre d'établissement avant !, partage Catherine Vaggiani. Et mes deux consœurs ressentent le même sentiment. Cela faisait 20 ans que j'étais installée à Vals. Mon cabinet, c'était mon bébé. Déménager n'est vraiment pas une partie de plaisir." C'est en 2000 que Catherine Vaggiani s'installe sur l'avenue de Vals. En 2007, elle est rejointe par une seconde généraliste. Puis par une troisième en 2012. "Depuis dix ans, je recherchais un espace plus adapté et plus grand que celui actuel pour accueillir mes 1 500 patients et ceux des deux autres généralistes. Devant les propositions incohérentes de l'ancienne municipalité, nous nous sommes résignées à chercher ailleurs. Encore une fois, si Vals trouve des généralistes grâce à ce nouveau cabinet, je serais vraiment heureuse pour ses habitants. Mais je suis tellement déçue que ça arrive maintenant, alors que nous partons".

Pour contacter la SCI DANJ :

C'est au 06.68.23.85.75. ou 06.50.39.39.59.
Leur page Facebook ICI

Une ouverture souhaitée en novembre 2020

La SCI (Société Civile Immobilière) privée et familiale DANJ, instigatrice du projet, indique que ce nouvel établissement pourra accueillir onze praticiens de disciplines différentes et devrait être ouvert avant la fin de l'année 2020. "Nous ne voulons pas pour l'instant communiquer sur l'adresse exacte de la maison médicale, indique l'un des deux membres de la SCI. Je peux juste vous dire qu'elle sera aux portes du Puy-en-Velay, sur l'avenue de Vals, à proximité d'un arrêt de Tudip et de places de stationnement gratuites. Nous avions prévu d'ouvrir au mois de septembre mais le Covid est passé par là, retardant ainsi les travaux".

Pour l'instant, pas de généraliste intéressé

D'après les informations partagées par la SCI, le bâtiment était occupé avant par des bureaux. Il mesure environ 300 m² et bénéficie de diverses prestations. "Les espaces proposés occupent entre 13 et 27 m² sur deux étages respectant les normes PMR [personnes à mobilité réduite, Ndlr], précise la SCI. Les superficies sont modifiables selon les demandes. Il y a un ascenseur extérieur pour les patients, une terrasse privative pour les praticiens, une salle de repos et de lunch, des lavabos dans chaque bureau et la climatisation réversible. L'isolation thermique et phonique a également été installée." Selon les porteurs du projet, il y a déjà deux réservations actées de praticiens souhaitant s'installer ici. "Depuis vendredi, quatre autres professionnels ont mis en option des emplacements, détaille-t-elle. Donc, je conseille aux praticiens intéressés de vite nous contacter car il n'y aura bientôt plus de place." À noter que, sans préciser la spécialité des professionnels enclins à occuper l'établissement, la SCI confie qu'aucun médecin généraliste n'a encore toqué à leur porte. "Quoi qu'il en soit, nous voulons coûte que coûte qu'un ou plusieurs généralistes fassent partis des professionnels installés ! C'est très important pour nous et les habitants de Vals. Nous avons donc décidé de réserver des emplacements pour eux, même si les locaux restent vacants un moment".

Quelques chiffres :

-En Haute-Loire, il y a 684 médecins généralistes tout confondu (actifs et retraités, hospitaliers et libéraux).
-Environ 400 sont en activité dans le département.
-102 466 en France en 2018
-Densité moyenne nationale : 153 médecins généralistes pour 100 000 habitants
-En Auvergne, il est de 157
-Age moyen des généraliste en 2018 : 47 ans pour les femmes, 55 pour les hommes.
-47% sont des femmes.

"Il est logique que ses habitants disposent de plusieurs médecins"

Concernant le futur cabinet de Vals, le Dr Alain Chapon, président du Conseil de l'Ordre des médecins de Haute-Loire, n'était, à l'instar de Catherine Vaggiani, pas au courant du projet. "Je pense que c'est une bonne idée. Vals est une importante commune et il est logique que ses habitants disposent de plusieurs médecins. Cela éviterait aux gens de courir même si les autres généralistes ne sont pas très loin." Alain Chapon pense que le départ des trois généralistes pour la commune d'Aiguilhe est justifié malgré les propositions de l'ancienne municipalité. "Ca s'est mal goupillé. Elles se sont senties mal écoutées. Les locaux qu'on leur proposait étaient soit trop petits, soit trop grands soit avec des loyers au-dessus du marché. Néanmoins, malgré leur départ, je sais qu'elles continueront leurs visites par exemple à l'Ehpad Saint-Dominique".

Implantation inégale des médecins

"Même si les distances sont courtes entre les communes, il y a un gros problème de répartition de médecins dans l'agglomération du Puy-en-Velay, se désole le docteur Alain Chapon. À titre d'exemple, il y en a cinq à la Renaissance, six à Chadrac, huit à Brives-Charensac, cinq dans le secteur du Pensio. Avec le futur départ des trois médecins de Vals pour s'installer à Aiguilhe, cette dernière commune va bénéficier de quatre médecins. Vals-pres-le Puy n'en aura donc bientôt plus que deux. Bientôt, même le centre-ville du Puy va connaitre une pénurie car, actuellement, il y en a cinq mais deux vont bientôt partir à la retraite. Le point positif c'est que, par rapport à l'année dernière, l'agglomération sera dotée de plus de médecins généralistes en 2020, précisément quatre de plus. Mais répartis inégalement".

Remplir les espaces vides et combler les secteurs en pénurie

À Espaly-saint-Marcel, un cabinet médical flambant neuf est accessible depuis le début d'année 2019. Mais depuis, aucun généraliste n'y a mis les pieds. "Il aurait fallu intervenir dès le début, c'est-à-dire anticiper avant le départ du dernier médecin pour trouver un remplaçant, explique Alain Chapon. Mais nous allons nous concentrer sur un dispositif pour permettre aux habitants de la commune de bénéficier d'un généraliste cinq jours par semaine. Pour cela, nous allons proposer aux généralistes des cabinets d'Aiguilhe, de la Renaissance et de Brives-Charensac de consacrer un jour de leur semaine à des consultations dans le cabinet d'Espaly." Il n'y aura donc pas de médecins installés à proprement parlé dans l'Espace Charles VII mais la présence de différents généralistes tout au long de la semaine.

Nicolas Defay

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 4 juin 2020 - 23h12
N'oublions pas qu'au départ, il y a la volonté de faire une bonne opération financière, qu'on soit médecin ou investisseur privé, surtout si la région met au pot. Et puis une maison médicale, ça réduit les impôts, ça rapporte ou rapportera des loyers, ça pourra se transformer en appartement ou autre. La santé de la population c'est autre chose n'est-ce pas ?

Signaler un abus

img_journalistepb le 4 juin 2020 - 14h53
raisonner en 2020 à l 'echelle d'une commune ( vals ou autre ) est totalement dépassé. C'est au niveau agglomeration du puy qu'il faut raisonner . quand on est avenue de Vals, on est plus prés du pensio que de Chirel ( par ex.). La pénurie de médecin généraliste n'incombe pas à l 'équipe municipale. Querelle de clocher d'un autre âge. Il y a aujourd'hui plus de ''maisons médicales'' que de généraliste.. bon courage aux futurs projets !

Signaler un abus

img_journalisteJ le 4 juin 2020 - 10h47
Le projet d'Aiguilhe est bien plus ancien que ce projet. En même temps il ne va pas être facile de trouver des généralistes ou même des médecins en général avec des surfaces de 13 ou 14 m², entre le lavabo, le plan de travail (il faut bien examiner et peser les bébés), la table d'examen, le bureau, et les rangements... le médecin n'aura pas besoin de se lever de son bureau pour vous examiner.

Signaler un abus