Un couple de randonneurs attaqué par des milliers d'abeilles sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Un couple de randonneurs attaqué par des milliers d'abeilles

Date : 02/07/2019 | Mise à jour : 04/07/2019 09:53
Partager

Ils se promenaient sur un chemin près du Brignon. Tous deux ont été évacués, en urgence absolue, vers l'hôpital du Puy. Le pronostic vital est engagé pour l'un d'eux.

- Photo d'illustration / DR Maxime Pitavy / Archive Zoomdici -

C'est au lieu-dit "Les Rozières", commune du Brignon, qu'une femme de 51 ans et un homme de 62 ans, originaires du Loiret (45) ont mis un terme à leur randonnée.
A une dizaine de mètres, un apiculteur était en train de récolter son miel. "Les deux randonneurs se sont fait importuner", relate sobrement le capitaine Pons, "puis piquer méchamment" par des abeilles dérangées par la récolte du miel et un temps orageux. Les deux victimes ont alors jeté leurs sacs et ont appelé en toute hâte les pompiers.

S'il existe chez les pompiers des formations pour les animaux vénimeux comme les serpents, les araignées ou les varans par exemple (des bêtes exotiques de plus en plus domestiquées en occident), rien sur les abeilles.

"Son corps était recouvert à 100 % d'abeilles, on ne voyait pas un seul bout de sa peau"

À l'arrivée des secours, l'homme était alongé au sol et "son corps était recouvert à 100 % d'abeilles, on ne voyait pas un seul bout de sa peau", explique le capitaine des pompiers. Idem pour sa compagne.
Problème : les secours ne sont pas vraiment équipés et sont donc vulnérables à hauteur du visage et des mains.

Plus de 300 piqûres recensées sur le corps du randonneur

Les pompiers sont alors dans l'incapacité d'aborder les victimes car "un nuage noir tapait sur le pare-brise du véhicule de secours" et dès que les soldats du feu ouvraient la porte, une nuée d'abeilles s'y engouffrait, ce qui a d'ailleurs causé un certain nombre de piqûres (plus d'une dizaine) au visage et sur les mains de six sapeurs-pompiers. Bien loin du randonneur dont le pronostic vital est engagé, sur lequel plus de 300 piqûres ont été recensées.

Gonflé de partout, le sexagénaire souffre de détresse respiratoire

Dans l'impossibilité d'affronter ce nuage noir, les secours sont allés à la rencontre de l'apiculteur et avec son aide, ils ont enfumé la zone. À l'aide de casques et de gants, ils ont pu extraire les deux victimes en les tirant jusqu'au véhicule VSAV (véhicule de secours et d'aide aux victimes).
Mais les corps des randonneurs étaient encore noirs d'abeilles et il a donc fallu enfumer l'habitacle du véhicule pour enfin "y voir plus clair" et dresser un premier bilan médical. Le constat est sans appel : gonflés de partout, ils présentent de très fortes douleurs. Les blessures sont très graves et le pronostic vital est engagé pour le sexagénaire, qui souffre de détresse respiratoire. Sa compagne est également dans un état critique et transférée en urgence absolue.

Si les attaques sont rares, elles peuvent être mortelles

En juin 2018, dans le Cantal voisin, une femme de 90 ans avait été piquée plusieurs centaines de fois avant de mourir mais, tous hyménoptères confondus (abeilles, guêpes, frelons, fourmis...), ce ne sont au plus qu'une dizaine de cas mortels qui sont recensés en France chaque année.

> Lire aussi : 'Ne mangez jamais une banane à côté d’une ruche...'

"Il faut souligner le courage" des secours qui "ont mis leurs propres vies en danger"

Ce sont les pompiers de Solignac et du Brignon qui sont intervenus et "il faut souligner leur courage", insiste le capitaine Pons, "ils sont intervenus sur une difficile opération de sauvetage, où ils ont mis leurs propres vies en danger".

S'il existe chez les pompiers des formations pour les animaux vénimeux comme les serpents, les araignées ou les varans par exemple (des bêtes exotiques de plus en plus domestiquées en occident), rien sur les abeilles.

Ce phénomène très rare invite à la prudence et rappelle que les promenades en forêt peuvent être dangereuses. L'occasion aussi pour le capitaine Pons de lancer un message d'alerte : "ne jamais s'approcher des ruches car dès qu'une abeille vous a piqué, ça entraîne une réaction en chaîne auprès des autres. Si ça vous arrive, il faut vite fuir et idéalement se jeter dans l'eau si vous en avez la possibilité". Et appeler les secours comme ce couple l'a fait.

Maxime Pitavy


Les abeilles, vitales pour la biodiversité

En septembre 2012, en amont de la foire du miel à Aiguilhe, Zoomdici avait rencontré un apiculpteur qui s'occupait des ruches que la municipalité avait installées sur la commune. L'occasion d'expliquer son travail et l'importance des abeilles.
NB. Il ne s'agit pas du même apiculteur que dans l'article ci-dessus.


 


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteMH le 4 juillet 2019 - 23h27
MH 04/07/2019 -23h18. Autre chose dans ce drame qui m'oripile c'est que les sapeurs pompiers n'aient aucune formation ni équipements pour intervenir efficacement; nous sommes en 2019!. J'espère que leurs éminents officiers vont résoudre cette lacune inacceptable!.

Signaler un abus

img_journalistea le 3 juillet 2019 - 23h29
Evidemment ça va être la faute de l'apiculteur....mais quand on voit certains "neuneus" marcheurs rien d'étonnant !! Certains citadins se croient tout permis avec leur sac à dos, ils se défoulent à la campagne , ils se croient les découvreurs d'un nouveau monde, nous prennent pour des ploucs à les entendre mais méfions-nous ils sont capable de réinventer le bidon de 2L....On dit, et je le crois, que les animaux ressentent la méchanceté de certains humains et bien en voilà une preuve.....

Signaler un abus

img_journalisteM le 3 juillet 2019 - 16h10
comme toujours en haute loire et surtout en milieu rural chacun fait sa loi et voilà le résultat

Signaler un abus