Terres de Jim : Des ''mesures compensatoires'' réclamées suite aux travaux de voirie sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Terres de Jim : Des ''mesures compensatoires'' réclamées suite aux travaux de voirie

Date : 12/09/2019 | Mise à jour : 13/09/2019 06:40
Partager

Le 29 juillet dernier, les écologistes interpellaient le préfet "suite au signalement par plusieurs personnes de faits de destruction massive de haies et de murets sur plusieurs centaines de mètres sur deux chemins des communes de Séneujols et de Bains et en pleine période de reproduction de la faune."

Cet été, d'importants travaux de voirie avaient été engagés sur les communes de Bains et Séneujols, le long d'un tracé de plus de deux kilomètres, dans le cadre de l'organisation du concours national de labour, nommé Terres de Jim, qui s'est tenu du 6 au 8 septembre 2019 sur le domaine Chantouin. "Ces travaux étaient nécessaires pour permettre l'accueil des 100 000 visiteurs attendus et la circulation des 200 semi-remorques et bus. Cela relève du pouvoir de police du maire que d'assurer la sécurité", explique Serge Boyer, le maire de Séneujols.

> Voir le courrier envoyé au préfet le 29 juillet

Toutefois, le Réseau Ecologie Nature 43 devenu France Nature Environnement Haute-Loire, et la Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne-Rhône-Alpes, s'inquiétent du fait que ces travaux, qui ont nécessité l'arrachage de haies et la destruction de murets, aient eu lieu "en pleine période de reproduction des oiseaux ayant pour conséquence une atteinte grave à la biodiversité et la destruction d'espèces protégées tels que la pie-grièche écorcheur ou la très rare pie-grièche grise." Une étude de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) est actuellement en cours pour rendre compte de l'impact de ces travaux sur la biodiversité.

> Voir la réponse de la préfecture le 8 août

Cette inquiétude, les écologistes en avaient déjà fait part publiquement sur les Terres de Jim, le 8 septembre dernier, jour de la visite du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume. Ils étaient une dizaine, à distribuer des tracts, postés sur le chemin qui menait à l'entrée du lieu de l'événement. "Nous avons bien sûr eu quelques critiques. Mais nous avons rempli notre devoir d'information et nous sommes partis tranquillement", précise Renaud Daumas, président de France Nature Environnement (FNE) 43.

Une concertation à venir

A l'occasion d'une conférence de presse organisée hier, mercredi 11 septembre, le président de FNE 43 accompagné de son vice-président Jean-Jacques Orfeuvre, a annoncé qu'une réunion de concertation aura lieu prochainement avec le maire de Séneujols sous l'égide des services de l'Etat. Une annonce confirmée par Serge Boyer, qui se dit ouvert à la discussion. France Nature Environnement 43 réclame "des mesures compensatoires".

Stéphanie Marin

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 13 septembre 2019 - 12h21
de toutes les façons, les paysans font ce qu'ils veulent dans ce pays. Voyez les manifs : destructions, immondices déversés en toute impunité...

Signaler un abus

img_journalistec le 13 septembre 2019 - 07h20
Parmi les 115000 visiteurs, nombreux étaient ceux qui veulent aussi protéger la nature. Pourquoi opposer les gens sur l'idéologie "supposée" !

Signaler un abus

img_journalisteL le 12 septembre 2019 - 21h36
l'arithmétique de gs est douteuse. On peut aussi dire qu'il n'y avait que 115 000 personnes venues voir cet événement sur un pays de 70 millions d'habitants. Les quelques membres de FNE n'étaient là que pour informer les visiteurs de cette atteinte à l'environnement. Les associations écologistes auraient, comme "terre de Jim" des centaines de milliers d'euros de subventions, elles pourraient mobiliser beaucoup de monde.

Signaler un abus