Sécurité routière : des camions de pompiers modifiés en cours d'expérimentation sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Sécurité routière : des camions de pompiers modifiés en cours d'expérimentation

Date : 05/07/2019 | Mise à jour : 09/07/2019 07:13
Partager

Deux camions citernes ruraux ont été modifiés pour permettre une première approche des victimes sur les accidents routiers. Ils sont opérationnels depuis ce lundi 8 juillet et font l'objet d'une expérimentation lancée par le SDIS (Service Départemental d'Incendie et de Secours) de la Haute-Loire pour une durée d'un an.

En réponse à une demande du colonel Christophe Glasian, directeur du SDIS de la Haute-Loire, deux camions citernes ruraux (CCR) ont été modifiés pour leur donner une polyvalence avec une capacité à intervenir sur les accidents de la route, et de réaliser une approche des victimes coincées dans les véhicules. "Tout d'abord on a travaillé sur la sécurité des véhicules avec un renfort du balisage lumineux à l'arrière. Ensuite, nous avons travaillé sur un équipement de sécurité avec le rajout d'un chariot de balisage et d'une valise airbag. Cela permettra aux sapeurs pompiers de baliser un accident en toute sécurité avec un maximum de matériel et le plus rapidement possible", précise le capitaine Pascal Perrin, en charge de ce projet.




Ensuite pour aborder les véhicules et porter secours aux victimes, un outil combiné électroportatif de désincarcération a été installé dans ces deux camions. Les sapeurs pompiers seront ainsi en capacité d'accéder aux victimes en réalisant l'ouverture de portes, d'un coffre, de lever un véhicule si une victime est coincée dessous. Un jeu de cale escalier complète ce dispositif matériel, il permettra le calage sommaire des véhicules accidentés. 

Sur 100 accidents de la route, moins de cinq se terminent par une désincarcération

"Ces moyens rapportés ne sont pas adaptés à une victime qui serait 'vraiment' incarcérée", souligne le capitaine Pascal Perrin. C'est la raison pour laquelle, le CODIS (centre opérationnel départemental d'incendie et de secours) en cas de présence de victime incarcérée fera intervenir un autre véhicule de secours routier. "Mais avec ces camions citernes ruraux-Abordage (CCR-A), nous allons gagner du temps sur le balisage, la mise en sécurité du chantier et l'abordage de la victime. Il faut savoir qu'aujourd'hui, une étude nationale valable à l'échelle départementale, révèle que sur 100 accidents de la route, moins de cinq se terminent par une désincarcération. Donc 95 % des interventions vont être gérés par ce type de véhicules". 

Pourquoi ces deux camions sont-t-il attribués aux centres de Fay-sur-Lignon et La Chaise-Dieu ?

Ces deux camions transformés ont été attribués aux centres de Fay-sur-Lignon et La Chaise-Dieu. Pourquoi ?
   

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Si cette expérimentation qui démarre ce lundi pour une durée d'un an, se révèle concluante "le nombre de CCR-A va augmenter dans les années à venir. Cela va certainement donner comme déclinaison trois niveaux de réponses dans le domaine du secours routier : le CCR-A, le CCR-SR (Camion Citerne Rural Secours Routier, Ndlr) et les VSRM (Véhicules de Secours Routier Moyens, Ndlr) qui sont au nombre de 5 répartis sur des points de grande circulation (RN 102 et RN 88) et essentiellement voués à intervenir sur les poids-lourds", explique le capitaine Perrin.  

Stéphanie Marin

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...