Rosières : le projet de sécurisation des Ravins de Corboeuf avance, enfin sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Rosières : le projet de sécurisation des Ravins de Corboeuf avance, enfin

Date : 12/11/2019 | Mise à jour : 12/11/2019 18:17
Partager

Jusqu'à présent, seuls des fils de fer barbelés encadrent certains points de vue des Ravins de Corboeuf classés Espace Naturel Sensible depuis 2018.

C'est d'ailleurs l'obtention de ce titre en 2018, qui a fait réagir un peu plus fort la mairie de Rosières quant à la nécessité de sécuriser les Ravins de Corboeuf. Ce projet, dans les cartons depuis plus de 10 ans, est ainsi devenu une des priorités de fin du dernier mandat d'Adrien Gouteyron, maire de la commune depuis 1989. Plusieurs réunions de travail se sont tenues cette année, en présence de nombreux acteurs** pour définir les contours de ce dossier dont la mise en oeuvre engagera un investissement de plus de 100 000€ TTC. La commune a d'ores et déjà obtenu une subvention du Département de la Haute-Loire à hauteur de 30%. Elle attend le retour de l'Etat et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.  

Des belvédères, des barrières de protection, des panneaux d'interprétation...

Concrètement, un circuit de trois kilomètres a été déterminé empruntant au départ la voie verte Via Fluvia pour rejoindre le PR 634 et le hameau du Chastel pour guider les visiteurs, "toujours plus nombreux", assure Serge Gidon, adjoint au maire de Rosières, vers le site surnommé le Colorado auvergnat. "Huit à neuf arrêts seront aménagés, offrant à chaque fois un point de vue différent", ajoute l'adjoint. Ces aménagements comprendront l'installation de belvédères au sol en cadelade de pierres volcaniques ou en plancher de bois, sécurisés par des barrières de protection. Le tout en préservant la végétation existante.
Des points de vue qui vaudront le coup d'oeil et même plusieurs, car non seulement portés sur ces stries bleutées, mais aussi sur des panneaux d'interprétation racontant l'histoire de ces Ravins, la formation des différentes strates d'argile, les effets de l’érosion sur le paysage à travers le temps, l'évolution de la faune et la flore... "La volonté est de mettre en valeur ce patrimoine et de permettre aux visiteurs d'en savoir plus sur ce site classé par le ministère de l'Ecologie depuis 2013, puis Espace naturel sensible en 2018", commente Serge Gidon.


(Illustration du futur arrêt n°4 : le Chemin de Chastel. DR/Thierry Leproust)

D'ici la fin du mois de novembre la mairie, qui a dû acheter cinq hectares de parcelles pour mener à bien ce projet, déposera un permis d'aménager auprès du Ministère de l'Ecologie avant de lancer les appels d'offres. Si tout se passe sans encombre, les travaux devraient démarrer "au printemps 2020", espère Serge Gidon. Ce qui signifie qu'ils ne seront pas gérés par l'édile actuel, qui ne cache pas sa déception selon son adjoint. "La multiplication des interlocuteurs a posé beaucoup de difficultés et retardé ce dossier", explique-t-il.

>> A lire : Rosières : l'ancienne ferme "Rancon" au coeur d'un projet touristique 

Où en est le projet de l'ancienne Ferme Rancon ?

Ce projet de transformer l'ancienne Ferme Rancon, propriété de la mairie depuis plus d'un an, est toujours en cours. Idéalement placée, tout près des Ravins de Corboeuf, sur le tracé de La Via Fluvia, l'un des axes majeurs des circuits de randonnées du territoire, cette ferme devrait être entièrement modelée pour devenir un complexe touristique. In fine, cette bâtisse devrait accueillir un restaurant, cinq chambres à louer, un espace boutique et un autre muséographique. Reste à trouver un gérant pour l'exploitation de ce complexe touristique et de connaître l'avis du Conseil municipal qui sera en place fin mars 2020, tel est le souhait du maire sortant. 

Stéphanie Marin

 
** Mme Degen de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL), M. Borget du Centre Permanent d'Initiation l'Environnement du Velay (CPIE), M. Grimaud du Département, Mme Roubinet du Conservatoire des espaces naturels d'Auvergne, M. Leproust, paysagiste, M. Marec, représentant du hameau du Chastel et des élus de Rosières avec le chef de file le maire, Adrien Gouteyron.

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire