Retour de l'alevinage en amont du barrage de Poutès sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Retour de l'alevinage en amont du barrage de Poutès

Date : 10/06/2019 | Mise à jour : 21/06/2019 14:13
Partager

Ce lundi 10 juin 2019 a eu lieu un alevinage à Saint-Etienne-du-Vigan en amont du barrage de Poutès. Une opération historique étant donnée son interdiction depuis 12 ans sur cette portion de l'Allier.

« Ça faisait longtemps qu’on attendait ça »

Le député du département altiligérien Peter Vigier était présent pour ce premier alevinage à Saint-Étienne-du-Vigan : « ça faisait longtemps qu’on attendait ça », se réjouit-il. En cause, une telle opération dans cette partie de l’Allier était interdite depuis 2007. Le Conservatoire National du Saumon Sauvage (CNSS) voulait donc à tout prix remettre en place cette pratique, dénonçant un dépeuplement des eaux en saumons sur cette portion.
Ce n’est qu’en avril que le CNSS a obtenu gain de cause grâce à un vote où une large majorité s’est prononcée en faveur de la réinstauration des alevinages en amont du barrage. Au total ce lundi, c’est 68 000 alevins qui ont été lâchés dans l’Allier, 18 000 à Saint-Étienne-du-Vigan et 40 000 à Jonchères, deux communes en amont du barrage de Poutès. Les opérations dureront jusqu’à mercredi, pour une durée de trois jours.


Les bienfaits d’un alevinage

Louis Sauvadet, président de l’Association de Protection du Saumon du bassin Loire-Allier, énonce 3 points mettant en évidence les bienfaits de l’alevinage en amont du barrage. Le premier concerne la qualité de l’eau : « en amont du barrage, on a une eau très pure, favorable à la survie de ces alevins », explique-t-il. « Ces eaux sont aussi sous-exploitées, il faut les repeupler ». Il finit par énoncer le problème du barrage de Poutès, un problème qui a maintenant disparu depuis la mise en place de systèmes sur celui-ci permettant la libre circulation du saumon au-delà du barrage. Ils ont alors la possibilité de redescendre jusqu’à l’océan Atlantique sans encombres.

Comment s'est déroulé l’alevinage ?

Les alevins sont d’abord transvasés dans des sacs oxygénés avec une eau similaire à la température de l’Allier (environ 13°C). Ensuite, ces derniers sont installés sur des canots, au total de 8, où les bénévoles se chargeront de les déverser dans l’Allier. « On ne fait pas ça au hasard » assure cependant Francis Rome, président de la Commission locale de l'eau du SAGE Haut-Allier (Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux), en affirmant qu’une eau avec un léger courant et un fond sableux est indispensable pour assurer une eau saine pour les alevins.
Enfin, les poissons ne sont pas jetés d’un coup, les sacs sont mis dans l’eau et les alevins sortent par eux-mêmes, pour s’acclimater à la nouvelle eau.

F.R.



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 10 juin 2019 - 19h32
La sauvegarde du saumon passe par un mur de barrage qui ne soit pas de 7 m. comme décidé en dépit des avis des scientifiques .

Signaler un abus

img_journalisteFL le 10 juin 2019 - 18h10
«remonter jusqu'à l'océan Atlantique sans encombres» c'est redescendre jusqu'à la source qui sera difficile

Signaler un abus

img_journalistenv le 10 juin 2019 - 16h16
Loutre, Grand Cormoran, Héron Cendré, Truite fario sont ses prédateurs, entre autre,durant sa vie ici. Pourvu qu'ils ne deviennent pas les "ennemis" de ceux qui voudraient développer, la pêche dites "sportive", quand il reviendra et il faut le souhaiter, en nombre. Le saumon n'est pas le " faisan "de nos rivières, ni la "galinette cendrée".

Signaler un abus