Réouverture soudaine des lieux de culte sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Réouverture soudaine des lieux de culte

Date : 23/05/2020 | Mise à jour : 24/05/2020 09:09
Partager

(Mise à jour) Si les grosse structures pourront accueillir les pratiquants dans le respect des règles sanitaires établies, les plus petites pourraient ne pas rouvrir de sitôt.

Les croyants privés de célébrations depuis la mi-mars s’attendaient plutôt à une réouverture des lieux de culte la semaine prochaine. L’annonce est tombée ce vendredi 22 mai 2020 en fin de journée. Il faut dire que la date de l’Aïd al-Fitr a été fixée ce vendredi même en date de ce dimanche 24 mai en fonction des données astronomiques concernant l’observation de la nouvelle lune.

> Lire aussi : Être chrétien et pratiquant durant le confinement (09/05/2020)

Dès à présent donc, la reprise progressive des cérémonies est autorisée dans le respect des règles sanitaires et des recommandations élaborées par le Ministère de l’Intérieur en consultation avec les différents cultes :
"- Les lieux de culte seront tenus, comme tous les autres établissements recevant du public, de respecter les gestes barrières ainsi que les mesures de distanciation physique. Le gestionnaire du lieu de culte sera en charge du respect de ces prescriptions ;
- Les organisateurs s’assureront du respect de la règle la distanciation physique d'au moins un mètre entre deux personnes, en déterminant ce faisant le seuil maximal de fréquentation. Les organisateurs demeurent évidemment libres de fixer un seuil inférieur ;
- Le port d’un masque de protection sera obligatoire lors des cérémonies religieuses ;
- Une attention particulière sera portée sur les entrées et les sorties des édifices. Pour chaque lieu de culte, une personne identifiée sera ainsi désignée par l’organisation pour réguler le flux, veiller au nombre de personnes présentes à l’intérieur des bâtiments et éviter les attroupements aux abords de ceux-ci ;
- La désinfection des mains sera obligatoire à l’entrée des lieux de culte."

Compte tenu de ces contraintes, les petites structures ne seront probablement pas nombreuses à rouvrir de sitôt. D’autant que de nombreux représentants religieux sont âgés et craignent la contamination.

La cathédrale du Puy étant pratiquement la seule église du Diocèse à rouvrir dès ce dimanche 24 mai, elle ne peut accueillir plus de 150 personnes à la fois. Il est donc déconseillé de se déplacer depuis les autres paroisses pour assister à la messe ce dimanche. A partir du dimanche 31 mai, la plupart des autres églises de Haute-Loire devraient ouvrir.

En quinconce

A la cathédrale du Puy-en-Velay, trois messes seront organisées ce dimanche 24 mai - à 7h30, 9h et 10h30 – afin d’échelonner l’afflux de paroissiens. Dans cet édifice qui peut accueillir en temps normal près de 800 personnes, la jauge sera abaissée autour de 150 pratiquants pour respecter les 4m2 de distanciation entre chaque personne. « Mais les familles et les couples vivant sous le même toit pourront s’asseoir l’un à côté de l’autre, précise le père Bernard Planche, recteur de la cathédrale du Puy-en-Velay, autrement, il est demandé aux gens d’être deux par banc et de s’installer en quinconce, sinon il n’y aurait pas un mètre devant et derrière. »

Du gel hydroalcoolique volatisé

Le père Planche explique qu’une telle organisation est possible à la cathédrale car c’est une grosse structure avec plusieurs prêtres et même une équipe de bénévoles : « En attendant les bornes de gel hydroalcoolique, ce sont les bénévoles qui feront l’accueil et distribueront une dose à chaque paroissien à l’entrée… on avait mis des petites bouteilles de gel au début un peu partout mais elles ont été emportées. »
Quant à l'idée d'un distributeur d'eau bénite sans contact, comme de rares églises ont mis en place dans l'hexagone, le père Planche estime que l'eau bénite n'est pas indispensable; il faudra donc s'en passer.

Le Diocèse, pris de court par l’annonce ministérielle, va informer ses fidèles ce samedi via sa page Facebook, son site Internet et notamment la messe en direct qui y est diffusée tous les jours en vidéos à 10h30, mais aussi par e-mails.

> Lire aussi : Le confinement inscrit dans le marbre du quatrième pilier de l'islam (27/04/2020)

L'Aïd chez soi et non à la mosquée du Puy

Quant au culte musulman, la mosquée Ar-Rahma du Puy se voit dans l'impossibilité d'organiser l’Aïd al-Fitr au pied lever en présentiel. "Compte tenu du contexte de pandémie, la prière de l'Aïd ne peut avoir lieu dans notre mosquée. Chacun pourra l'accomplir chez lui, dans le même format que celui de la mosquée mais sans prêches", précise l'association ASCMP (Association Socio-Culturelle des Musulmans du Puy-en-Velay) qui adresses ses "chaleureuses félicitations à l'ensemble des musulmans du Puy-en-Velay et de Haute-Loire et leur présente ses meilleurs voeux de santé, de bonheur et de propsérité."

En Allemagne, les cérémonies religieuses ont pu reprendre il y a deux semaines. A Franckfort, un foyer de Covid-19 s’est déclaré après un office d’une église protestante baptiste le 10 mai. Environ 40 personnes sont contaminées dont six ont été hospitalisées. Cet office a été mené en toute légalité et en application des règles sanitaires en vigueur. Le nombre total de fidèles ayant assisté à la cérémonie n’est pas certain car les croyants n’ont pas à s’enregistrer à l’entrée.
Déjà, fin février, l'un des premiers foyers de contamination français s'était produit lors d'un grnad rassemblement évangélique national à Mulhouse.

Annabel Walker



> Lire le communiqué de Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay, sur la reprise de la célébration des messes en Haute-Loire, ce samedi 23 mai :
"En raison du tout récent décret ministériel daté du 22 mai 2020, la reprise des célébrations dans les églises paroissiales est autorisée dans le diocèse du Puy à partir de ce dimanche 24 mai 2020. Les communautés catholiques de Haute-Loire se réjouissent de pouvoir, de nouveau, se retrouver pour célébrer leur foi dans les églises.
Cette grande joie ne leur fait pas oublier la nécessité de lutter contre le virus, en prenant toutes les précautions nécessaires lors des cérémonies religieuses. En lien avec les prêtres et les équipes d’animation pastorale, cette reprise ne se fera que dans la mesure du possible, si les paroisses sont prêtes pour la mise en œuvre stricte des conditions sanitaires : limitation du nombre des participants (espace de 4m² par personne) et régulation des mouvements à l’intérieur de l’église, obligation du port d’un masque, désinfection des mains à l’entrée. Il est recommandé la mise en place d’une signalétique et d’une matérialisation de la distanciation physique.
Si les dispositions prescrites ne peuvent être satisfaites dans l’urgence, et les fidèles dûment informés, la prudence impose de différer la reprise des célébrations. Ainsi, la semaine prochaine permettra de mettre en œuvre progressivement les directives demandées, afin de pouvoir accueillir les fidèles heureux de célébrer la fête de Pentecôte, les 30 et 31 mai prochains.
Le respect mutuel, particulièrement l’attention envers les plus fragiles ou vulnérables, est un devoir de charité fraternelle qui passe avant tout, et doit manifester la volonté des communautés catholiques de vivre, dans le plus grand sérieux, la période de déconfinement.
"





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteM le 24 mai 2020 - 10h22
les musulmans si souvent décriés font preuve de sagesse alors que nos prêtres présumés si vertueux sont au taquet

Signaler un abus

img_journalisteM le 23 mai 2020 - 15h53
les religions toutes puissantes vont pouvoir remercier leurs dieux protecteurs de les avoir protégés de la pandémie !!! même si rien n'est comparable on ferme les bars et restos et ouvrons les églises ! qui controlera ? c'est de plus en plus du grand n'importe quoi d'ou est partie la pandémie en France de MULHOUSE a l'occasion d'une célébration religieuse

Signaler un abus

img_journalisteR le 23 mai 2020 - 12h39
Bien sûr tt le monde comprendra que ns sommes tjrs ds un ÉTAT LAÏQUE ,LIBRE ,!!!!!! mais soucieux de la liberté d' exprimer sa foi !!!!!au détriment du risque de contagion,et là bizarrement personne dit mot

Signaler un abus